Sécurité

La coalition arabe intercepte des livraisons d'armes iraniennes destinées aux Houthis

Par Nabil Abdoullah al-Tamimi à Aden

image

Le colonel saoudien Turki al-Malki (Centre-G) montre au Secrétaire d’État américain adjoint aux Affaires du Proche-Orient David Schenker (C) des armes apparemment iraniennes saisies par les forces saoudiennes aux Houthis, soutenus par l'Iran, lors d'une visite à une base militaire à al-Kharj au centre de l'Arabie saoudite, le 5 septembre 2019. [Fayez Nureldine/AFP]

La coalition arabe a annoncé mardi 30 juin qu'elle a déjoué deux tentatives pour faire passer des armes iraniennes aux Houthis (Ansarallah) au Yémen ces dernières semaines.

Les forces navales de la coalition ont intercepté une livraison d'armes iraniennes au large de la côte yéménite le 24 juin, a annoncé la coalition dans un communiqué.

Dans une opération antérieure, les forces navales de la coalition ont intercepté le 17 avril une autre livraison d'armes iraniennes à bord d'un boutre au large de la côte est de la province d'al-Mahra au Yémen.

Le ministère yéménite des affaires étrangères a précisé que les livraisons d'armes étaient destinées aux Houthis, « dans une violation flagrante des résolutions du Conseil de Sécurité de l'ONU ».

Il a condamné le trafic continu d'armes aux Houthis, exhortant la communauté internationale et le Conseil de Sécurité à « mettre fin aux violations persistantes du régime iranien au Yémen ».

Dans une vidéo, le ministère a exposé les contenus de la livraison d'armes du 24 juin, qui contenait des centaines de roquettes, armes légères, fusils de sniper, lunettes de vision nocturne et système d'orientation de drones.

Le ministre d’État saoudien aux affaires étrangères Adel al-Joubeir et le représentant américain spécial pour l'Iran Brian Hook ont appelé lundi à prolonger l'embargo des armes de l'ONU contre l'Iran .

Lors d'une conférence de presse à Riyad, les deux responsables ont mis en garde contre les conséquences graves à la sécurité régionale de la levée de l'interdiction.

Efforts renforcés de surveillance

L'interception des livraisons d'armes iraniennes fait partie des mesures de protection des eaux territoriales yéménites et de l'Arabie saoudite suite à une hausse des attaques houthis aux missiles et drones sur le royaume, a précisé le ministre adjoint aux droits de l'homme Nabil Abdoul Hafeez.

« La coalition a renforcé les opérations de surveillance de sécurité le long des routes de navigation [maritime] dans la Mer Rouge et la Mer Arabe, alors que les Houthis continuent de déployer les mines navales et les bateaux piégés», a-t-il affirmé à Al-Mashareq.

Les deux opérations représentent « de nouvelles preuves que l'Iran est déterminé à soutenir les milices en défiance de l'embargo de l'ONU sur les armes », a-t-il dit.

Pour contribuer à mettre un terme aux violations iraniennes, les forces navales yéménites doivent être soutenues et armées pour qu'elles puissent participer à l'effort de protection de la côte du pays, a souligné Abdoul Hafeez.

« Cela resserrera l'étau autour des milices et restreindra les provisions d'armes qui leur sont destinées», a-t-il ajouté.

Le trafic continu d'armes destinées aux Houthis démontre que l'Iran cherche à empêcher une résolution pacifique de la guerre au Yémen « et continuera à menacer la sécurité régionale et défier les résolutions internationales», a précisé Abdoulsalam Mohammed directeur du centre des études et de recherche Abaad.

L'embargo sur les armes à lui seul n'est pas suffisant, a-t-il confié à Al-Mashareq, ajoutant que plus de sanctions doivent être imposées sur l'Iran, les Houthis et tous ceux qui les soutiennent dans le trafic d'armes.

Aimez-vous cet article?
1
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire