Économie

Les sanctions accélèrent le déclin de l'industrie pétrolière iranienne

Par Sina Farhadi

image

Le ministre iranien du Pétrole, Bijan Namdar Zangeneh, rencontre des députés iraniens à Ahvaz. [Photo fournie par le Réseau d'information sur le pétrole et l'énergie]

Les sanctions américaines visant l'industrie pétrolière iranienne ont déclenché une forte baisse des revenus qui a menacé la solvabilité du gouvernement, aggravant les malheurs d'une industrie déjà handicapée par la détérioration des infrastructures.

Avant l'imposition de sanctions, l'Italie, le Taïwan, la Turquie, le Japon, la Chine, la Corée du Sud, l'Inde et la Grèce figuraient parmi les principaux importateurs de pétrole iranien, a déclaré l'économiste Ali Nouri à Al-Mashareq.

À l'exception de la Chine, il ne reste plus de gros acheteurs, a-t-il indiqué.

Certains pays, comme l'Italie et la Grèce, ont immédiatement réduit leurs importations lorsque les sanctions ont été imposées, a-t-il dit, même s'il y avait une possibilité de recourir aux dérogations américaines.

D'autres, comme l'Inde, ont progressivement réduit leurs importations, les arrêtant finalement, a déclaré Nouri, notant que même la Chine avait réduit ses importations de pétrole.

Dégradation des infrastructures

La dégradation des infrastructures est un autre problème auquel l'industrie pétrolière iranienne est confrontée, a dit Nouri, notant que le ministre iranien du Pétrole avait à plusieurs reprises souligné l'état de délabrement des installations pétrolières du pays.

"Une fois, lors d'une réunion avec des parlementaires à Ahvaz, il a même déclaré que ces installations usées fonctionnaient à peine et étaient difficiles à utiliser", a ajouté Nouri, notant que certains rapports indiquent qu'environ 25% ne sont plus utilisables.

D'autres experts ont déclaré que les chiffres réels sont probablement beaucoup plus élevés.

Le président-directeur général de la National Iranian South Oil Company, Ahmad Mohammadi, a souligné en décembre que plus de la moitié des équipements et des installations pétrolières du sud de l'Iran devaient être reconstruits.

"Cela montre à quel point l'industrie pétrolière iranienne est tombée en ruine", a souligné Nouri.

Le coût de la maintenance a également augmenté, a-t-il noté, et l'Iran ne peut pas importer bon nombre de composants dont il a besoin pour réparer ses installations pétrolières.

Selon certaines estimations, le coût de l'entretien et des réparations de l'infrastructure pétrolière iranienne est quatre fois supérieur à celui d'autres pays - un chiffre que la journaliste basée à Téhéran Mina Bashiri décrit comme exact.

"Selon le président de la Société des fabricants d'équipement de l'industrie pétrolière iranienne, seulement 70% de cet équipement est produit dans le pays", a-t-elle déclaré à Al-Mashareq, notant qu'elle doute de la véracité de ce chiffre.

Même si c'est exact, a-t-elle dit, la production des 30% restants de composants nécessaires au secteur plus avancé de l'industrie pétrolière "est très difficile, et il est impossible pour l'Iran d'acheter des équipements technologiques de pointe".

'Détérioration extrême'

"La détérioration de l'industrie pétrolière iranienne pose des risques environnementaux étendus et démontre une fois de plus l'incompétence du régime", a affirmé Bashiri.

En septembre, par exemple, il y a eu une importante pollution par les hydrocarbures au large des côtes de l'île de Kharg et de Bandar Ganaveh, qui a duré des semaines.

l a fallu beaucoup de temps aux autorités pour identifier la source du pétrole, qui s'est avéré être une fuite d'une conduite sous-marine délabrée, a-t-elle déclaré, notant que la compagnie pétrolière n'était pas en mesure de tout nettoyer.

Dans un autre cas, le tremblement de terre de Masjed Soleyman en juillet de l'année dernière a gravement endommagé les installations d'un champ pétrolier de la région.

"Il a été dit à l'époque que la détérioration extrême de l'installation avait été la principale cause des dommages parce que l'ampleur du tremblement de terre n'était pas suffisamment élevée pour causer normalement de tels dégâts", a précisé Bashiri.

Pendant ce temps, le Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) iranien reste fortement financé, tout comme ses armes dans la région, y compris le Hezbollah libanais, qui a poussé de nombreux Iraniens à descendre dans la rue à plusieurs reprises au cours de l'année écoulée pour protester contre la négligence et l'incompétence du régime.

Un autre problème auquel l'industrie pétrolière iranienne est confrontée est la détérioration de sa flotte maritime, a-t-elle fait savoir, notant que la Compagnie nationale iranienne du pétrole possède environ 60 gros pétroliers, dont beaucoup ont besoin de réparations que les autorités ne peuvent pas entreprendre.

"L'Iran a été contraint de stocker des millions de barils de pétrole sur ces navires et dans l'eau, ce qui est très dangereux", a-t-elle dit.

La flotte de l'industrie pétrolière a la capacité de transporter 120 millions de barils, dont la moitié a maintenant été utilisée pour stocker du pétrole sur l'eau, a-t-elle ajouté, notant que la taille de cette réserve indésirable augmente chaque jour.

Malgré les sanctions et l'incapacité de l'Iran à exporter du pétrole, les opérations d'extraction se poursuivent, car si les gisements de pétrole sont fermés, il ne sera peut-être pas possible de reconstruire les installations d'extraction, a signalé Bashiri.

"Pour ces raisons, je pense que la pression qui a été imposée au gouvernement iranien par l'embargo pétrolier est sans précédent dans notre histoire", a-t-elle conclu.

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500