Criminalité et Justice

Des pirates attaquent un navire battant pavillon britannique au large des côtes du Yémen

Nabil Abdoullah al-Tamimi à Aden

image

Le Centre des opérations de commerce maritime du Royaume-Uni a émis une alerte le 7 mai après qu’un bâtiment a été attaqué au large des côtes du Yémen, demandant aux navires passant par la région de faire preuve d’une « extrême prudence ». [Capture d’écran du site web de l’UKMTO]

Des pirates embarqués à bord de deux vedettes rapides ont attaqué un chimiquier battant pavillon britannique au large des côtes méridionales du Yémen, dimanche 17 mai, causant des dommages légers mais ne faisant aucun blessé parmi les membres de l’équipage.

« Dimanche, des pirates ont attaqué le Stolt Apal au large des côtes du Yémen, incitant les gardes armés présents à bord du navire à tirer plusieurs salves d’avertissement en direction des attaquants qui se trouvaient à bord de deux embarcations rapides », a indiqué le Stolt Tankers.

Des dommages ont été infligés au pont du navire, mais aucun membre de l’équipage n’a été blessé, a rapporté la société, qui est une filiale de la société norvégienne cotée en bourse Stolt-Nielsen.

Les gardes qui se trouvaient à bord du Stolt Apal ont tiré plusieurs tirs d‘avertissement alors que s’approchaient ces deux embarcations, ont fait savoir des articles de presse. Les individus armés à bord de ces embarcations ont alors ouvert le feu contre le bateau, et les gardes ont répliqué et neutralisé l’un de ces bateaux.

Dryad Global for Maritime Security a indiqué que cet incident est le neuvième à être signalé cette année dans le Golfe d’Aden.

Selon United Kingdom Maritime Trade Operations (UKMTO), un bâtiment battant pavillon britannique avait été attaqué dans le couloir de transit ouest au sud-est d’al-Moukalla, la capitale de la province de l’Hadramaout.

Dans un communiqué publié sur son site web, l’UKMTO avait déclaré qu’elle avait « conseillé à tous les navires transitant dans la région de faire preuve d’une extrême prudence ».

Ces dernières années, plusieurs navires marchands ont été attaqués dans le Golfe d’Aden par des gangs armés et des groupes tels qu’al-Qaïda dans la Péninsule arabique (AQPA), a rapporté Al-Jazeera dimanche.

La coalition arabe a par le passé accusé les Houthis (Ansarallah) du Yémen, appuyés par l’Iran, de tenter d’attaquer les navires au large des côtes du Yémen à l'aide de bateaux sans équipage chargés d’explosifs, a indiqué l’organe de presse.

Menace navale dans le Golfe d’Aden

Par ailleurs, une source proche de la coalition arabe a appelé toutes les parties au conflit au Yémen à assumer leurs responsabilités, parce que cette menace navale dans le Golfe d’Aden est toujours présente, a rapporté al-Arabiya al-Hadath.

Selon cette source, le Conseil de transition du Sud (CTS) n’a pas répondu à la demande de la coalition arabe de permettre aux gardes-côtes yéménites de reprendre leurs opérations.

Le ministre yéménite de l’Information Mouammar al-Eryani a prévenu que la déclaration « d’autogestion » du CTS aura des conséquences sérieuses sur l’expansion des activités terroristes le long de la côte méridionale du Yémen.

« L’attaque terroriste qui a visé un navire au large de la côte sud du Yémen montre que l’activité terroriste visant les voies de navigation internationale dans le Golfe d’Aden et en mer Rouge se poursuit », a-t-il continué.

Al-Eryani a expliqué qu’il tenait le CTS pour entièrement responsable d’avoir bloqué les efforts du gouvernement de mettre en place la sécurité et la stabilité à Aden et le long de la côte méridionale, et d’avoir empêché les gardes-côtes yéménites de faire leur travail.

Cela comprend la protection des navires commerciaux, la mise en échec des activités terroristes et la prévention de la contrebande d’armes iraniennes destinées aux Houthis, a-t-il poursuivi.

Le politologue Abdoulmalik al-Youssefi a expliqué à Al-Mashareq que selon lui, l’attaque de dimanche était destinée à saboter les relations entre la coalition arabe et ses partenaires au gouvernement et le CTS.

« Nous devons comprendre que la partie qui bénéficie de cette attaque est l’axe du terrorisme dans la région, mené par l’Iran », a-t-il poursuivi.

« Les auteurs de cette attaque ont exploité les tensions entre les parties au conflit au Yémen pour détruire la relation entre le CTS, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis », a-t-il continué.

Mettre en œuvre l’Accord de Riyad

L’Arabie saoudite doit faire pression sur toutes les parties pour mettre en œuvre l’Accord de Riyad, afin de désamorcer la crise entre ses alliés au Yémen, a expliqué l'analyste politique Faisal Ahmed à Al-Mashareq.

Un échec à mettre complètement en œuvre cet accord « contribuerait à renforcer l’instabilité au Yémen et dans la région et menacerait le commerce et le transport », a-t-il commenté.

« Si les gardes-côtes yéménites ne peuvent faire leur travail dans la mer Arabe et le Golfe d'Aden, la contrebande d’armes iraniennes vers les Houthis se renforcera par les côtes des provinces libérées », a-t-il déclaré.

Ahmed a appelé la coalition arabe, le gouvernement du Yémen et le CTS à travailler ensemble pour mettre un terme à l’expansion de l’Iran dans la région.

« Cette attaque contre le navire britannique vient confirmer que le chaos et l’absence d’autorité de l’État laissent la porte grande ouverte au terrorisme et à l’anarchie », a expliqué le politologue Adel al-Shujaa à Al-Mashareq.

« C’est le résultat naturel de l’absence d’autorité de l’État ; le terrorisme prospère dans le chaos, qu’il sait parfaitement exploiter », a-t-il ajouté.

« C’est un message adressé à la communauté internationale, que la navigation sera en danger si les milices qui ont pris le contrôle de l’État et défient le gouvernement légitime ne sont pas combattues », a-t-il conclu.

Aimez-vous cet article?
0
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire