Politique

L’Iran tente d’amoindrir les sanctions dans un contexte de crise sanitaire

Sina Farhadi

image

Mohammad Javad Zarif, ministre iranien des Affaires étrangères, assiste à une réunion au siège national de la lutte contre le coronavirus. [Photo tirée de la page d’information du gouvernement iranien]

Alors que le monde est aux prises à une grave crise sanitaire, le régime iranien tente de saper et d’affaiblir les sanctions qui lui sont imposées et de se présenter comme une victime.

Alors que les responsables iraniens affirment que les sanctions américaines entravent leur capacité à lutter contre la pandémie du nouveau coronavirus (COVID-19), les spécialistes des affaires iraniennes réfutent ces allégations, précisant qu’ils cherchent à détourner l’attention de la crise sanitaire en Iran.

Depuis qu’il a signalé ses premiers cas en mi-février, l’Iran lutte pour contenir la propagation du virus, qui, à la date du mercredi 13 mai, a fait 6783 morts.

L’Iran a demandé un prêt d’urgence de 5 milliards de dollars au Fonds monétaire international (FMI) pour lutter contre le coronavirus. Mais les États-Unis, qui ont un droit de veto effectif au FMI, ont fait savoir qu’ils n’avaient pas l’intention d’accorder à l’Iran une telle ligne de crédit.

Le 29 février, les États-Unis ont déclaré qu’ils étaient prêts à aider l’Iran à combattre le virus si ses dirigeants le leur demandaient, mais le Guide suprême iranien Ali Khamenei a affirmé que son pays n’accepterait jamais l’aide des États-Unis.

L’Iran a tenté de présenter les États-Unis comme un opposant à l’aide humanitaire, et le ministre des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif a lancé une campagne mondiale en faveur de l’annulation de ces sanctions.

« La réalité est que l’incompétence des responsables gouvernementaux face à l’épidémie de coronavirus n’avait aucun rapport avec les sanctions », a affirmé à Al-Mashareq Siavash Mirzadeh, militant politique vivant à Téhéran.

« Lorsque des compagnies aériennes dépendant du Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI), dont Mahan Air, ont transporté des passagers entre l’Iran et la Chine malgré les avertissements sanitaires, quel rôle les sanctions ont-elles joué », s’est-il interrogé.

Il a depuis été révélé que Mahan Air avait joué un rôle dans la propagation mondiale du coronavirus. Les États-Unis ont sanctionné la compagnie aérienne iranienne en raison de ses liens avec le CGRI.

Mahan Air a poursuivi ses vols alors que les interdictions gouvernementales de déplacement aérien étaient en place, organisant des centaines de vols vers et depuis l’Iran et les pays de la région entre fin janvier et fin mars, a rapporté la BBC le 5 mai.

Certaines sources ont expliqué à la BBC que des dizaines de membres du personnel navigant présentaient des symptômes du virus, et ont déclaré que les employés étaient réduits au silence lorsqu’ils essayaient de faire part de leurs préoccupations quant à la gestion de la crise par la compagnie aérienne et la fourniture d’équipements de sécurité.

Pas de réduction des dépenses militaires

Les responsables gouvernementaux iraniens ont également dès le départ fait preuve d’un manque de transparence sur la maladie, a ajouté Mirzadeh, car il est devenu évident « qu’ils avaient été informés au moins un mois avant l’annonce officielle de l’apparition du coronavirus ».

Cela a retardé la mise en œuvre des mesures nécessaires telles que la distanciation sociale et d’autres restrictions, aggravant encore l’épidémie, a-t-il déclaré.

Le gouvernement a également confié la gestion de la crise « à des soldats non qualifiés qui ne conçoivent le remède qu’à travers les arrestations, la répression et le muselage des voix dissidentes », a-t-il rapporté.

Dans le même temps, les responsables gouvernementaux ont demandé la levée des sanctions, tout en affirmant que les sanctions américaines avaient été déjouées, a-t-il poursuivi.

« Si les sanctions ont échoué, pourquoi est-il nécessaire de les lever » a-t-il demandé ?

Le régime iranien affirme qu’il n’a pas pu répondre aux besoins de la population à cause des sanctions, mais il n’a pas non plus réduit ses dépenses militaires, a déclaré Mirzadeh.

« Il y a quelques jours à peine, le CGRI a lancé un satellite dans l’espace », a-t-il rapporté. « Des millions de dollars ont été dépensés, et les énormes ressources financières versées dans les poches du CGRI ne peuvent être dissimulées sous ce prétexte. »

« Au lieu de ces dépenses malavisées, le CGRI pourrait investir dans les besoins réels de la population. »

Aucune sanction sur la nourriture et les médicaments

Suite à l’épidémie de coronavirus en Iran, le ministère des Affaires étrangères a cherché les moyens « d’utiliser cette opportunité pour trouver un moyen d’affaiblir les sanctions », a indiqué le politologue Karim Samadian à Al-Mashareq.

« Il était évident » que les États-Unis s'opposeraient aux demandes iraniennes d’un prêt du FMI, a-t-il déclaré.

« L’appareil diplomatique iranien a tenté de présenter l’opposition américaine comme empêchant l’arrivée de l’aide à l’Iran pour combattre le coronavirus, mais nous savons que ce n’est pas le cas », a poursuivi Samadian.

Le Département du Trésor américain a déclaré à plusieurs reprises que la nourriture, les médicaments et les produits de première nécessité n’avaient pas fait l’objet de sanctions.

Le problème est que l’Iran a besoin de liquidités pour promouvoir ses politiques dans la région, et il n’est pas disposé à adhérer aux mécanismes financiers d’échange de marchandises, a-t-il fait savoir.

Deux canaux financiers en Europe, l’Instrument de soutien aux échanges commerciaux (INSTEX), et un autre créé par la Suisse pourraient être un moyen pour l’Iran de recevoir des biens et des médicaments, a-t-il précisé.

INSTEX fonctionne comme une chambre de compensation et permet aux entreprises européennes de commercer avec l’Iran sans s’exposer aux conséquences des sanctions américaines.

« Il y a environ un an, lorsqu’il est apparu manifeste que le canal financier européen INSTEX ne permettrait pas le transfert d’argent liquide vers l’Iran et qu’il ne pourrait pas contourner les sanctions américaines, les institutions militaires de sécurité et les proches de Khamenei sont devenus furieux », a-t-il rapporté.

Ce mécanisme permet bien des échanges commerciaux sans flux financiers directs, qui permettent ainsi à l’Iran de recevoir des marchandises, mais les autorités iraniennes sont plus intéressées par l’accès à l’argent liquide, a conclu Samadian.

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500