Sécurité

Les exercices militaires américains sur les îles saoudiennes témoignent de la force de dissuasion

Sultan al-Barei à Riyad

image

Des véhicules d'assaut amphibies américains participent à des exercices conjoints au large des côtes saoudiennes, dans les eaux du golfe Persique. [Photo fournie par le commandement central des États-Unis]

Les manœuvres conjointes en cours entre l'US Navy et le corps des Marines autour de deux îles saoudiennes dans le golfe Persique témoignent de l'engagement continu des États-Unis dans le soutien à ses alliés et la dissuasion de la menace iranienne, ont indiqué des sources militaires.

Les entraînements au maintien en puissance dans les eaux entourant les îles de Karan et de Kurayn ont débuté le 20 avril, dans le but de renforcer les capacités des forces participantes pour soutenir les forces de réponse mobiles.

Les participants à ces manœuvres étaient le 26e Corps expéditionnaire des Marines (MEU) et le Groupe d'intervention amphibie Bataan de l'US Navy (BATARG).

Dans le contexte militaire, le maintien en puissance implique la mise à disposition d'effectifs et le soutien logistique pour maintenir et prolonger les opérations ou le combat.

image

Deux Marines du groupe d'intervention amphibie Bataan arrivent sur la plage de l'île saoudienne de Karan. [Photo fournie par le commandement central américain]

image

Des unités militaires amphibies vues sur les rives d'une île saoudienne lors des manœuvres conjointes avec la 5e Flotte américaine. [US Central Command]

« La formation au maintien en puissance sur les îles de Karan et de Kurayn non seulement renforce la préparation de la MEU, mais rassure également nos partenaires sur le fait que nous sommes prêts à défendre et à dissuader toute agression », a expliqué le colonel Trevor Hall, commandant le 26e MEU.

« Ces importantes manœuvres sur ces îles apportent à notre équipe du Corps des Marines des capacités de combat navire-terre intégrées et renforcent encore notre préparation à mener n'importe quelle mission en tant qu'équipe de réponse à la crise dans la zone d'opérations de la 5e Flotte », a ajouté le capitaine Lance Lesher, commodore de la BATARG.

« Ces manœuvres illustrent également les excellentes relations de défense que nous entretenons avec l'Arabie saoudite, et notre engagement permanent en faveur de la sécurité et de la stabilité de la région », a-t-il continué.

Lutter contre les ingérences iraniennes

« Les récentes manœuvres... comptent parmi les exercices les plus importants qui se déroulent dans la région pour lutter contre une quelconque menace résultant de l'ingérence de l'Iran », a expliqué l'expert militaire saoudien Mansour al-Shehri.

Ces îles se trouvent au large des côtes saoudiennes dans le golfe Persique et sont « des cibles manifestes pour les menaces de l'Iran », a-t-il ajouté à Al-Mashareq.

Le lieu de ces manœuvres « recouvre des implications et fait passer des messages stratégiques puissants » pour le Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI) d'Iran, a-t-il indiqué.

Malgré la faible taille de ces deux îles, a-t-il poursuivi, elles sont « situées au large de la côte de la région orientale de l'Arabie saoudite, où les groupes affiliés au CGRI ont tenté et tentent encore de mener des provocations et des attaques contre le personnel de sécurité ».

Ces îles servent aussi de « postes d'observation avancés contre toute tentative d'incursion iranienne par mer ou par terre », a ajouté al-Shehri.

La décision de mener des exercices d'entraînement militaires sur les îles de Karan et de Kurayn peut être interprétée comme « un signal fort » adressé à l'Iran pour qu'il « arrête ses provocations », a-t-il ajouté.

Propagande iranienne « risible »

« Il est à la fois risible et triste de voir les leaders iraniens publier des communiqués affirmant qu'ils chassent les forces américaines du Moyen-Orient », a estimé le politologue Abdoul Nabi Bakkar.

Au contraire, a-t-il expliqué à Al-Mashareq, « la cohésion entre les forces terrestres, aériennes et navales des États-Unis sert de première ligne de défense contre une quelconque incursion iranienne et limite les capacités de ses milices ».

« La politique américaine de retenue, adoptée pour éviter de plonger la région dans la guerre, est utilisée par la machine médiatique du CGRI pour déformer les faits et propager des mensonges », a-t-il poursuivi.

« La réponse la plus appropriée à la propagande iranienne consiste à conduire des manœuvres d'entraînement régulières dans la région, qu'il s'agisse d'exercices conjoints entre différentes unités militaires américaines ou entre les États-Unis et leurs alliés au Moyen-Orient et dans le golfe Persique », a-t-il déclaré.

Ces exercices servent également de « réponse directe aux menaces iraniennes incessantes », a-t-il ajouté, précisant que « la force de dissuasion est prête à répondre à n'importe quelle aventure dans laquelle le CGRI pourrait s'engager pour mettre en œuvre ses plans dans la région ».

Assurer le succès opérationnel

Les frontières maritimes dans la région du Golfe « font plusieurs milliers de kilomètres », ce qui en fait des cibles parfaites pour les violations et les attaques du CGRI, a rappelé Abdoullah al-Ameri, officier en retraite de l'armée émirienne.

« Il est impossible de déployer des forces pour toutes les surveiller en permanence », a-t-il expliqué à Al-Mashareq. « Par ailleurs, elles font l'objet d'une étroite surveillance par des équipes aériennes et terrestres, ainsi que par le biais de radars permettant de détecter une quelconque activité hostile. »

« Une identification positive déclenche une intervention militaire rapide, non seulement terrestre, mais également navale, qui est généralement menée par des forces amphibies en mesure d'atteindre [le rivage] par la mer pour prendre part à des opérations militaires sur le terrain », a-t-il continué.

« Ces forces subissent un entraînement spécial qui leur permet de mener [leurs opérations] avec rapidité et précision », a ajouté al-Ameri.

« Dans la mesure où ces unités spéciales nécessitent un soutien logistique spécial de la part des forces navales présentes dans la région, la 5e flotte en particulier, l'entraînement est essentiel pour s'assurer que les missions sont exécutées avec précision et succès », a-t-il poursuivi.

L'Iran tente de faire étalage de sa force militaire en déployant ses vedettes rapides pour « harceler les bâtiments américains et donner au monde l'impression fausse que ses forces peuvent intervenir rapidement, se fixer et contrôler n'importe quelle zone », a-t-il poursuivi.

« Mais les forces amphibies ont exposé ces mensonges », a-t-il déclaré, ajoutant en conclusion que les forces iraniennes « apparaissent désormais comme de petits jouets et des amusements sans importance face à la véritable puissance ».

Aimez-vous cet article?
10
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire