Criminalité et Justice

Le Liban fait la plus grande saisie de cannabis

AFP

image

Un travailleur cultive des plantes dans une plantation de cannabis dans le village de Yammouneh, dans l'est de la vallée de la Bekaa au Liban, le 23 juillet 2018. [Joseph Eid / AFP]

Les forces de sécurité libanaises ont déclaré vendredi 10 avril qu'elles avaient effectué leur plus importante saisie de cannabis de l'histoire le mois dernier, déterrant 25 tonnes de la drogue destinée à l'Afrique.

Le 15 mars, le pays a annoncé un confinement pour arrêter la propagation du nouveau coronavirus (COVID-19), qui a officiellement infecté 609 et tué 20 dans tout le pays.

Le 16 mars, les forces de sécurité intérieure ont arrêté "huit camions se dirigeant vers le port de Beyrouth transportant des milliers de sacs de terre en plastique", a indiqué la branche de la sécurité.

Après inspection, "d'énormes quantités de haschich atteignant environ 25 tonnes ont été saisies ... qui avaient été professionnellement cachées dans des sacs de terre", a-t-il déclaré dans un communiqué.

"Cette quantité est la plus importante saisie de l'histoire du Liban", a-t-elle ajouté, et était destinée à "un pays africain".

La marijuana est venue dans une variété de types, y compris "l'humeur de Beyrouth", "la fleur de printemps" ou même "Kiki m'aimes-tu", ont déclaré les forces de sécurité.

Freiner le commerce de la drogue

La consommation, la culture et la vente de marijuana sont illégales au Liban, mais dans l'est du pays, sa production s'est épanouie pendant la guerre civile de 1975-1990.

Les autorités ont depuis eu du mal à réprimer le commerce et sa production est devenue une entreprise de plusieurs millions de dollars. Les forces de sécurité arrêtent régulièrement les tentatives d'exportation de drogue à l'aéroport de Beyrouth et ont détruit des champs de marijuana.

Le Hezbollah a une longue histoire d'implication dans le commerce de la drogue, des agents liés au parti ayant été arrêtés pour trafic de drogue dans plusieurs pays ces dernières années.

L’implication du Hezbollah dans le commerce de la drogue trouve ses racines dans son bastion de la vallée de la Bekaa, une zone rurale reculée connue pour être un producteur actif de haschisch et d’opium.

Le parti a commencé à exploiter ces cultures pour son propre profit, et s'est ensuite étendu à d'autres substances, telles que le captagon, une amphétamine largement utilisée par les combattants dans la guerre en Syrie, où le Hezbollah se bat aux côtés du régime.

En 2016, l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime a classé le Liban comme la troisième source principale de résine de cannabis après le Maroc et l'Afghanistan.

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500