Santé

L'Iran met en garde contre des mois de crise alors que les décès causés par le virus atteignent 3 160

AFP

image

Une photo prise le 13 mars montre des pompiers iraniens désinfectant les rues de la capitale Téhéran dans une tentative de stopper la propagation sauvage du nouveau coronavirus. [AFP]

L'Iran a signalé jeudi 2 avril 124 nouveaux décès dus au nouveau coronavirus, portant le nombre total des morts à 3 160, alors que le président Hassan Rouhani a averti que le pays pourrait encore lutter contre la pandémie pendant un an.

Le porte-parole du ministère de la Santé, Kianoush Jahanpour, a annoncé le dernier bilan lors d'une conférence de presse et a confirmé 3 111 nouvelles infections au cours des dernières 24 heures, portant le total des infections en Iran à 50 468.

L'Iran s'efforce de contenir l'épidémie du COVID-19 depuis qu'il a signalé ses premiers cas le 19 février.

Après des semaines de réticence à imposer des mesures de confinement ou de quarantaine, Téhéran a décidé la semaine dernière d'interdire tout voyage interurbain jusqu'au 8 avril au moins.

Plus tôt mercredi, l'Iran a dénoncé les sanctions américaines, Rouhani accusant Washington de manquer une "opportunité historique" de lever les sanctions.

Les médicaments et le matériel médical sont techniquement exemptés des sanctions américaines, mais les achats sont souvent bloqués par la réticence des banques à traiter les achats par crainte de lourdes sanctions aux États-Unis.

Mardi, les pays européens ont livré des produits médicaux à l'Iran lors de la première transaction dans le cadre du mécanisme Instex mis en place pour contourner les sanctions contre Téhéran, a déclaré le ministère allemand des Affaires étrangères.

"La France, l'Allemagne et le Royaume-Uni confirment qu'Instex a conclu avec succès sa première transaction, facilitant l'exportation de produits médicaux d'Europe vers l'Iran. Ces produits sont désormais en Iran", a indiqué le ministère dans un communiqué.

La première transaction réussie survient plus d'un an après que la Grande-Bretagne, la France et l'Allemagne ont annoncé la création d'Instex.

"Maintenant que la première transaction est terminée, Instex et son homologue iranien STFI travailleront sur plus de transactions et amélioreront le mécanisme", a déclaré Berlin.

La Grande-Bretagne, la France et l'Allemagne faisaient partie d'une liste de pays d'où l'Iran a déclaré avoir reçu une aide médicale plus tôt en mars alors qu'il combattait le nouveau coronavirus.

Le président américain Donald Trump a déclaré le 29 février que Washington était prêt à aider l'Iran à combattre le virus si ses dirigeants le lui demandaient.

Pourtant, le guide suprême Ali Khamenei a déclaré le 22 mars que son pays n'accepterait aucune aide des États-Unis bien qu'il devienne un épicentre de menace croissante pour la santé mondiale avec son nombre croissant de personnes infectées et ses politiques mal avisées de lutte contre le virus..

L'Iran paiera «un lourd tribut»

Pendant ce temps, Trump a averti l'Iran mercredi d'un "prix élevé" si lui ou ses alliés en Irak attaquaient les troupes américaines stationnées là-bas.

"Nous ne voulons pas d'hostilité, mais s'ils nous sont hostiles, ils le regretteront comme ils ne l'avaient jamais regretté auparavant", a-t-il déclaré à propos de l'Iran lors d'un point de presse de la Maison Blanche sur la pandémie de coronavirus.

"Si cela se produit, l'Iran paiera un prix très lourd, en effet!" a tweeté Trump plus tôt dans la journée.

Le président américain a également écrit: "Après information et conviction, l'Iran ou ses mandataires prévoient une attaque sournoise contre les troupes et / ou les avoirs américains en Irak."

Quelques 7 500 soldats étrangers se trouvent en Irak dans le cadre de la coalition dirigée par les États-Unis qui aide les troupes locales à combattre "l'État islamique en Irak et en Syrie" (EIIS), mais ces chiffres sont considérablement réduits ce mois-ci.

L'alliance ramène temporairement des formateurs chez eux par mesure de précaution contre la pandémie du coronavirus et quitte carrément certaines bases irakiennes.

Ces bases et ambassades étrangères, en particulier la mission américaine, ont été la cible de plus de deux douzaines de tirs de roquettes depuis la fin octobre.

Les États-Unis ont pointé des doigts dans ces attaques une milice armée irakienne soutenue par l'Iran.

Aimez-vous cet article?
0
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire