Santé

Les parties belligérantes au Yémen soutiennent les appels au cessez-le-feu à cause du coronavirus  

AFP

image

Des garçons transportent ensemble un bidon rempli d'eau d'une citerne dans un camp de fortune pour déplacés yéménites en grave pénurie d'eau, dans la province du nord de Hajjah, le 24 mars. Laver les mains pour lutter contre la propagation du COVID-19 est un luxe inabordable pour des millions de personnes au Yémen ravagé par la guerre, où l'eau potable est dangereusement rare. [Essa Ahmed / AFP]

Jeudi 26 mars, toutes les parties au long conflit au Yémen ont apporté leur soutien à l'appel de l'ONU à un cessez-le-feu pour protéger les civils contre la nouvelle pandémie de coronavirus.

Cette décision est intervenue le cinquième anniversaire de la guerre civile au Yémen opposant le gouvernement soutenu par l'Arabie saoudite aux Houthis soutenus par l'Iran (Ansarallah).

Le système de santé défaillant du Yémen n'a jusqu'à présent pas enregistré de cas de coronavirus, mais des groupes humanitaires ont averti que lorsqu'il frappera, l'impact sera catastrophique dans un pays déjà considéré comme confronté à la pire crise humanitaire du monde.

Des millions de personnes ont été déplacées et les maladies, dont le choléra , sont très répandues en raison de la rareté de l'eau potable.

L'Arabie saoudite, le gouvernement du Yémen et les Houthis ont tous salué l'appel du secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, qui a appelé cette semaine à un "cessez-le-feu mondial immédiat" pour aider à éviter une catastrophe pour les personnes vulnérables dans les zones de conflit.

Cependant, le conflit au Yémen a été ponctué d'accords échoués et la négociation d'une pause pourrait être très difficile. Aucune des parties au conflit n'a défini de mécanisme pour le processus.

"Le gouvernement du Yémen salue l'appel du chef de l'ONU ... à un cessez-le-feu face au coronavirus et à désamorcer les actes de violence dans tout le pays", a déclaré le gouvernement dans un communiqué.

"La situation politique, économique et sanitaire nécessite d'arrêter toutes les escalades ... pour préserver la vie des gens et faire face de manière responsable à cette pandémie."

La coalition arabe a également soutenu l'initiative, déclarant: "Nous soutenons la décision du gouvernement yéménite d'accepter les appels de l'ONU à un cessez-le-feu."

Les Houthis, qui entrent dans la sixième année du conflit dans une position forte avec des gains plus stratégiques ces derniers mois dans le nord du pays, ont également salué l'appel de Guterres pour arrêter les combats.

Mahdi al-Mashat, chef de l'aile politique des Houthis, a exprimé la "totale disponibilité des insurgés à être ouverts à tous les efforts et initiatives dans le contexte d'un cessez-le-feu complet et réel".

Dans son appel du siège de l'ONU à New York lundi, Guterres a déclaré: "La fureur du virus illustre la folie de la guerre".

"C'est pourquoi aujourd'hui, j'appelle à un cessez-le-feu global immédiat dans tous les coins du monde."

Aimez-vous cet article?
2
1 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire

Quel virus. Il a dit que nous ne devrions pas prétendre être malades pour ne pas tomber malades. J'ai 28 ans et je n'ai jamais entendu parler d'une maladie similaire. C'est la dernière chose en 2020. Cette année, ils ont extorqué des gens en leur faisant peur de la maladie. Ils ont ajouté un autre ennemi, qui s'ajoute à l'agression. Puisqu'ils agissent comme si de rien n'était, nous ne devons pas prétendre être malades pour ne pas tomber malades. Salutations! Moitié-moitié

Répondre