Sécurité

Le projet MASAM débarrasse le Yémen des mines houthies

Nabil Abdoullah al-Tamimi à Aden

image

Un membre des forces pro-gouvernementales cherche des mines le 6 novembre 2019 à Taez, dans le sud-ouest du Yémen. [Ahmad al-Basha/AFP]

Des responsables du gouvernement yéménite ont salué le succès des efforts saoudiens pour retirer les mines posées par les Houthis (Ansarallah) soutenus par l'Iran, tout en appelant l'ONU à faire pression sur la milice pour qu'elle cesse de poser des mines et à soutenir les actions de déminage.

Depuis le début de ses travaux en juillet 2018, le projet saoudien de déminage (MASAM) au Yémen a retiré 10 % des mines posées par les Houthis.

Fin janvier, le projet MASAM, parrainé par le Centre d'aide humanitaire et de secours du roi Salmane (KSrelief), a déclaré avoir retiré 127 483 mines de terres agricoles et de zones résidentielles.

Le vice-ministre des Droits de l'homme, Nabil Abdoul Hafeez, a appelé les Nations unies à faire pression sur les Houthis pour qu'ils arrêtent de poser des mines, qui sont interdites au niveau international.

« Les efforts déployés par le projet MASAM ont donné de bons résultats, avec l'élimination de plus de 127 000 mines », a-t-il déclaré à Al-Mashareq.

« Le projet poursuit son action pour épargner aux civils les blessures causées par l'explosion des mines posées par les Houthis, qui ont mis au point une variété de mines dont certaines ressemblent à des objets naturels », a-t-il ajouté.

Ces armes ont été développées avec le soutien de l'Iran, a-t-il affirmé.

« Les Houthis ont posé plus de 1,2 million de mines, et leur retrait nécessite un soutien aux efforts déployés par le projet MASAM et les programmes nationaux de déminage », a-t-il poursuivi.

Armes mortelles, meurtres aveugles

Turki al-Maliki, porte-parole de la coalition arabe, a annoncé le 7 février que trois pêcheurs égyptiens avaient été tués et trois autres blessés lorsque leur bateau a heurté une mine navale dans les eaux internationales de la mer Rouge.

« La poursuite du déploiement de mines navales par les Houthis constitue une menace réelle pour la navigation maritime et le commerce international dans le détroit de Bab-el-Mandeb et le sud de la mer Rouge », a fait savoir al-Maliki.

Les efforts de la coalition arabe ont réduit les menaces maritimes et le danger posé par les mines navales grâce à la détection et à la destruction de 137 mines posées de manière aléatoire par les Houthis à Bab-el-Mandeb et dans le sud de la mer Rouge, a-t-il déclaré.

L'analyste politique Faisal Ahmed a expliqué à Al-Mashareq que les mines représentent un grand danger pour les civils, notant que « les mines houthies visent les êtres humains, les animaux et tout ce qui vit ».

« Il ne se passe pas un jour sans que nous n'entendions parler d'une mine qui a explosé dans cette région et tué des enfants et des femmes, parfois du bétail », a ajouté Ahmed.

Les mines navales posées par les Houthis représentent aussi une menace dans les eaux régionales et internationales, a-t-il précisé, indiquant qu'un navire émirien et un navire d'aide américain avaient été touchés en 2018.

Il a appelé les Nations unies à faire pression sur les Houthis pour qu'ils remettent des cartes des champs de mines et à exiger qu'ils ne posent plus de mines, soulignant que « poser des mines ne leur apportera pas une victoire militaire ».

Les mines menacent la vie des Yéménites

« Le nombre de victimes humaines des mines au Yémen dépasse le nombre de victimes des batailles militaires sur les fronts, ce qui souligne le danger que les mines représentent pour la vie des Yéménites », a déclaré l'économiste Abdoul Aziz Thabet.

Selon lui, les combattants sur les champs de bataille savent que leur vie est en danger, « alors que la plupart des victimes des mines sont des femmes et des enfants innocents qui ont été blessés par les explosions de mines dans des zones réputées 'sûres' ».

« Avec le soutien et l'expertise qu'apporte l'Iran, les Houthis savent désormais fabriquer des mines qui s'intègrent dans l'environnement naturel », a-t-il déclaré.

« C'est un crime de guerre sans prescription, et les Houthis doivent assumer la responsabilité juridique et pénale de ces crimes et indemniser les victimes qui sont touchées tous les jours par les mines », a-t-il conclu.

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500