Sécurité |

La coopération militaire entre les États-Unis et le Qatar est essentielle à la sécurité régionale

Hassan al-Obeidi à Bagdad

image

Les commandements des Forces terrestres émiriennes du Qatar et de l'armée des États-Unis lors de la présentation des missions dans le cadre de l'exercice militaire Eastern Action, le 31 octobre. [Archive]

Les relations entre l'armée américaine et les forces terrestres qatariennes continuent de se renforcer, les deux pays ayant récemment participé à des manœuvres militaires visant à améliorer la sécurité régionale.

Les derniers exercices Eastern Action en date ont débuté le 31 octobre et se sont conclus le 18 novembre. Plus d'une centaine de militaires des forces américaines et qatariennes y ont participé.

« Le partenariat des États-Unis avec les Forces terrestres émiriennes du Qatar est un élément important dans la dissuasion des agressions des adversaires régionaux », a déclaré le général de brigade américain Steven T. King, commandant adjoint de la force opérationnelle Spartan.

« La capacité de s'engager avec nos partenaires dans des exercices comme Eastern Action est un élément essentiel pour assurer l'interopérabilité et rester unis pour la sécurité régionale », a-t-il déclaré.

L'objectif d'Eastern Action, un exercice annuel de commandement rassemblant des états-majors de bataillons américains et qatariens, est de renforcer les relations entre les deux armées tout en évaluant leurs capacités, selon la Garde nationale américaine.

« Travailler ensemble offre une occasion unique d'apprendre de nos partenaires des Forces terrestres émiriennes du Qatar en partageant avec eux nos tactiques, nos techniques et nos procédures », a expliqué King. « L'interaction crée un environnement d'apprentissage riche. »

Eastern Action a débuté avant la visite à Washington début novembre du ministre qatarien de la Défense Khalid ben Mohammed Al Attiyah, au cours de laquelle il a rencontré son homologue américain Mark Esper et le secrétaire d'État américain Mike Pompeo.

Ces responsables ont discuté des moyens de renforcer la coopération des armées et du renseignement entre les États-Unis et le Qatar, selon le ministère de la Défense qatarien.

Plus tôt cette année, les forces aériennes américaine et qatarienne avaient participé à l'exercice interarmées de défense aérienne (JADEX) sur la base aérienne al-Udeid de Doha.

JADEX, qui s'est déroulé du 19 au 21 février, a souligné l'engagement des États-Unis à travailler avec le Qatar et ses partenaires du Moyen-Orient pour améliorer la sécurité et servir les intérêts communs.

La base aérienne d'al-Udeid accueille des milliers de soldats américains participant à la coalition internationale qui lutte contre des acteurs étatiques et non étatiques.

Pompeo a signé le 13 janvier un protocole d'accord avec le Qatar concernant l'extension et la rénovation de cette base aérienne.

Partenaires de sécurité efficaces

Les relations entre le Qatar et les États-Unis se caractérisent par un partenariat et une coopération stratégiques, car Doha accueille le Commandement central américain et supervise les opérations aériennes américaines dans plusieurs pays de la région dans le cadre de la guerre contre le terrorisme, indiquent des analystes de sécurité.

« Il est devenu évident que les pays qui entretiennent un partenariat étroit avec les États-Unis sont les plus stables et les plus en sécurité de la région », a déclaré Ahmed al-Hamdani, chercheur et membre au Centre al-Sharq de sécurité et d'études stratégiques.

« Une situation qui est renforcée par l'engagement des États-Unis dans leur partenariat avec eux. »

« Les exercices d'entraînement récurrents impliquant des manœuvres et le partage et l'échange d'informations entre les États-Unis, le Qatar et d'autres pays du Golfe ne peuvent être isolés de la sécurité de la région du Golfe dans son ensemble », a-t-il expliqué.

Cela envoie « le message que Washington n'abandonne pas ses alliés, ce qui est très important, surtout en ce moment », a-t-il affirmé à Al-Mashareq.

De tels exercices et partenariats ont un effet dissuasif sur les menaces provenant d'acteurs régionaux étatiques et non étatiques, a-t-il précisé, une référence à l'Iran et à ses intermédiaires.

Doha et Washington se sont révélés être des « partenaires efficaces » à tous les niveaux de la coopération militaire et de sécurité, en particulier ces dernières années dans la guerre contre « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS), a déclaré Ali ben Obeid, ancien professeur de droit à l'université du Qatar.

« Certaines activités militaires et de sécurité ont un impact rapide et positif sur la sécurité et l'équilibre actuel de la région, et elles réaffirment également l'engagement des États-Unis envers leurs partenaires et leur coopération continue », a-t-il indiqué à Al-Mashareq.

Le journaliste qatarien Mohammed Tayeh a expliqué avoir assisté à l'une de ces activités de coopération, avec la visite en octobre 2018 du plus grand navire militaire américain jamais venu au Qatar dans le cadre de la 5e Flotte de la marine américaine.

Ce bâtiment a participé à un exercice d'entraînement et de coopération avec la marine et les gardes-côte du Qatar.

« La coopération militaire et de sécurité entre Washington, le Qatar et les États du Golfe s'est certainement révélée être la principale barrière de dissuasion contre toute menace », a-t-il conclu pour Al-Mashareq.

Aimez-vous cet article?
0
NON
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire
Captcha