Terrorisme |

Les milices soutenues par l'Iran épuisent les pays hôtes et le peuple iranien

Hassan al-Obaidi à Bagdad

image

Une photo prise dans le centre de Bagdad le 20 juin 2018 montre un panneau de propagande pour la Kataeb Hezbollah, une milice fidèle à l'Iran. [Ahmad al-Rubaye/AFP]

Le régime iranien a mis en place un vaste réseau de milices intermédiaires, avec un nombre de combattants répartis dans toute la région estimé à 200 000, dans le but de renforcer son influence et ses ambitions expansionnistes, ont déclaré des experts à Al-Mashareq.

Par le biais de ce réseau de milices, l'Iran a cherché à dominer et à exploiter les activités d'import et d'export et les secteurs du pétrole et des investissements des pays hôtes, afin de s'arroger d'importants profits.

Mais au lieu d'améliorer le sort du peuple iranien, ont-ils déclaré, les profits de cette exploitation économique sont canalisés directement vers les coffres du Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI), puis vers les milices elles-mêmes.

L'objectif premier des intermédiaires de l'Iran est de « prendre le contrôle » des ressources nationales sous divers prétextes, a expliqué l'ancien député irakien Mithal al-Alousi à Al-Mashareq.

L'Iran crée et appuie des milices dans toute la région pour faire pencher la balance du pouvoir en sa faveur, a déclaré à Al-Mashareq le journaliste yéménite Mohammed al-Dhabyani.

Il a cherché à déstabiliser la région en semant le chaos, en détournant la souveraineté de ses voisins et en créant une classe politique loyale avant tout à l'Iran, a-t-il indiqué.

En plus de récolter des profits à l'étranger, le régime iranien a affecté des fonds publics au financement de ses affiliés et à la promotion de son programme dans des pays comme l'Irak, la Syrie, le Liban et le Yémen.

Le régime finance ces dépenses « alors que le peuple iranien vit dans une pauvreté extrême », a déploré al-Dhabyani.

« L'objectif ultime de ces milices n'est pas de servir les pays dans lesquels elles sont présentes, mais de servir l'Iran », a-t-il déclaré.

« On voit donc les membres de ces milices être isolés et ostracisés par leur peuple et traités comme des agents de l'Iran », a-t-il ajouté.

« De simples intermédiaires de l'Iran »

Un ancien membre d'Asaib Ahl al-Haq, une milice soutenue par l'Irak, qui a déserté en 2017, a déclaré à Al-Mashareq que les membres de la milice en Irak « reçoivent de l'Iran des salaires plus élevés que les médecins et ingénieurs iraniens reçoivent dans leur pays ».

« Ils paient entre 700 $ et 900 $ à chaque membre de la milice, sans compter les armes, l'équipement et l'aide », a rapporté cet ancien membre, qui a demandé à être identifié simplement comme « A.B. ».

En échange de l'argent qu'il paie, l'Iran gagne la loyauté des miliciens d'autres pays qui exécutent ses ordres et servent ses intérêts, a-t-il expliqué.

En Irak et en Syrie, par exemple, a-t-il poursuivi, ces miliciens sont connus pour faire pression sur les entreprises afin qu'elles n'importent que des marchandises d'Iran.

« Ils ont récemment mis en place des branches financières et commerciales qui aident à transférer des devises étrangères de pays comme l'Irak et le Liban vers l'Iran », a-t-il indiqué.

« J'ai quitté la milice quand j'ai découvert la vérité », a-t-il ajouté. « Les gens nous rejettent, maintenant. À leurs yeux, nous ne sommes plus ce que nous étions : nous sommes devenus de simples intermédiaires et des outils qui font ce que l'Iran veut. »

Les milices dépendent des fonds publics

Le régime iranien a bâti un vaste réseau de milices en Syrie et a dépensé d'importantes sommes d'argent pour mettre la main sur les ressources de la Syrie, monopolisant ses marchés, ses projets de reconstruction et son pétrole, a déclaré l'expert en sécurité Ahmed Rahhal.

Mais l'Iran utilise maintenant des fonds publics pour soutenir ces milices, a-t-il précisé à Al-Mashareq.

Dans la pratique, a-t-il poursuivi, les milices soutenues par l'Iran en Syrie, au Liban, au Yémen et en Irak « menacent la sécurité et la stabilité de toute la région et accaparent des dépenses que l'Iran pourrait diriger vers la prospérité de son peuple ».

Au lieu de soutenir les milices dans la région, ces fonds pourraient être utilisés pour améliorer les infrastructures et le système éducatif en Iran, a-t-il déclaré.

Pendant ce temps, dans les pays où l'Iran soutient les milices, il y a une plus grande prise de conscience des problèmes qu'elles peuvent causer, a-t-il rapporté , ce qui « pourrait torpiller les efforts de l'Iran ».

Cela est apparu clairement lors des récentes manifestations en Irak et au Liban, où des slogans anti-iraniens ont été scandés, a-t-il indiqué.

« Il est impératif que les efforts continuent pour révéler les projets [de l'Iran] et sensibiliser la population de ces pays au danger du régime iranien », a conclu Rahhal.

Aimez-vous cet article?
2
NON
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire
Captcha