Sécurité |

Aden va améliorer ses services et réparer son infrastructure

Nabil Abdoullah al-Tamimi à Aden

image

Cette photo prise le 6 novembre montre une vue générale d'une route dans la ville portuaire d'Aden au Yémen. [Saleh al-Obeidi/AFP]

Le gouvernement yéménite a annoncé mercredi 20 novembre qu'il entreprendra un certain nombre de réparations d'infrastructures et d'interventions du secteur public urgentes dans la capitale provisoire d'Aden.

Cette décision s'inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de l'accord de Riyaddu 5 novembre, un traité de partage du pouvoir entre le gouvernement et le Conseil de transition du Sud (CTS) séparatiste.

Lors d'une réunion avec les ministres du gouvernement et les membres du conseil local d'Aden, le Premier ministre Moeen Abdulmalik a annoncé une série d'interventions urgentes à Aden pour résoudre les problèmes qui se sont accumulés depuis août.

image

Le Premier ministre yéménite Moeen Abdulmalik arrive à Aden le 18 novembre dans le cadre d'un accord de paix avec les séparatistes du Sud. [Saleh al-Obeidi/AFP]

Celles-ci se feront en coopération avec les autorités locales au cours des trois prochains mois, a-t-il précisé.

« Avec l'accord de Riyad, Aden a aujourd'hui une occasion historique de restaurer son rôle et son statut », a déclaré Abdulmalik.

Il a noté que le président yéménite Abdrabbo Mansour Hadi a exhorté tous les responsables et agences gouvernementales de l'État à établir la sécurité et la stabilité, à stimuler la croissance économique et à améliorer les services à Aden comme priorités absolues.

Améliorer les services publics

Le gouverneur adjoint d'Aden, Ghassan al-Zamki, a détaillé les secteurs devant être inclus dans les efforts visant à améliorer les services publics et à alléger les souffrances.

« Le versement des salaires en retard à tous les employés est une priorité », a-t-il affirmé à Al-Mashareq. « Cela s'ajoute à l'amélioration des services dans tous les secteurs, y compris l'électricité, l'eau, les routes et la santé».

« Lors de la réunion, les conseils locaux et les bureaux gouvernementaux de tous les districts d'Aden ont présenté plusieurs propositions et des solutions urgentes nécessaires dans les secteurs qui ont subi des dégâts lors des récents affrontements militaires », a-t-il déclaré.

« Le Premier ministre a donné des instructions pour examiner d'urgence ces propositions et commencer les réparations nécessaires dans les secteurs endommagés », a-t-il ajouté.

Lors d'un atelier organisé le 10 novembre dans la capitale saoudienne pour discuter de la reconstruction et du développement futur à Aden et dans d'autres parties du Yémen contrôlées par le gouvernement, le royaume a promis de soutenir ces efforts, a rapporté al-Zamki.

La supervision saoudienne est nécessaire

L'analyste politique Faisal Ahmed a souligné l'importance de la supervision par l'Arabie saoudite de la mise en œuvre de l'accord de Riyad, notamment en ce qui concerne la sécurité, car cela aura un impact sur tous les autres secteurs.

« L'accord de Riyad prévoit la restructuration des forces gouvernementales et des formations du CTS, et leur intégration dans le ministère de l'Intérieur », a-t-il noté.

Une fois cela accompli, a-t-il poursuivi, les forces de sécurité et d'urgence se chargeront de protéger la ville.

« Il y a des différends entre le gouvernement et le CTS au sujet de l'interprétation de certaines dispositions », a-t-il fait savoir.

« Par exemple, l'accord prévoit la formation sous 30 jours des Forces de protection des installations à partir des anciennes forces, y compris celles qui sont loyales au gouvernement et celles qui sont loyales au CTS », a-t-il déclaré. « Mais il y a un différend au sujet de la représentation de chaque partie et de son nombre».

« Par conséquent, l'Arabie saoudite doit être fortement présente dans la mise en œuvre de l'accord en ce qui concerne les aspects sécuritaires et militaires et faire pression sur toutes les parties en sa qualité de sponsor et de soutien », a-t-il déclaré.

Lors de la réunion de mercredi, « le Premier ministre a également parlé de la nécessité de restreindre les armes et les capacités militaires à l'État pour établir la sécurité et la stabilité », a-t-il ajouté.

Aimez-vous cet article?
0
NON
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire
Captcha