Société |

Le Premier ministre yéménite revient à Aden dans le cadre d'un accord avec les séparatistes

Par Nabil Abdoullah al-Tamimi à Aden

image

Le Premier ministre yéménite Moeen Abdulmalik prononce un discours lors de la journée d'ouverture de la 40ème session du Conseil des droits de l'homme des Nations Unies le 25 février à Genève. [Fabrice Coffrini / AFP]

Le Premier ministre du Yémen s'est rendu lundi 18 novembre, dans la ville d'Aden, au sud du pays, aux termes d'un accord de paix conclu avec les séparatistes du Sud qui avaient expulsé le gouvernement de sa capitale provisoire en août.

Le retour de Riyad du Premier ministre Moeen Abdulmalik et de quatre autres ministres, initialement prévu pour la semaine dernière mais retardé pour des raisons de logistique, fait suite à l'accord de novembre avec les séparatistes qui avaient chassé le gouvernement de la ville portuaire, a rapporté l'AFP.

Les combattants du Conseil séparatiste de transition du sud (CTS) ont pris le contrôle d'Aden en août dernier. Cette dernière était devenue le siège du gouvernement après son expulsion de Sanaa en 2014 aux mains des Houthis (Ansarallah) soutenus par l'Iran.

Le CTS et le gouvernement, techniquement alliés dans la lutte contre les Houthis, ont signé un accord de partage du pouvoir à Riyad le 5 novembre sous la médiation saoudienne.

En plus d'annoncer le retour du gouvernement à Aden, il a jeté les bases de la formation d'un nouveau cabinet de 24 membres avec une représentation égale des Sudistes, y compris le CST.

Le président du Yémen, Abd Rabbo Mansour Hadi, vit à Riyad depuis que Sanaa est tombée entre les mains des Houthis.

Paiement des salaires

À son retour, Abdulmalik devrait signer des chèques pour des salaires suspendus depuis plusieurs mois et tenter de soulager les souffrances des résidents en raison de conditions économiques difficiles, a déclaré le gouverneur de la capitale Aden, Ghassan al Zamki, à Al-Mashareq.

Le retour du Premier ministre "ouvrira la voie au retour intégral du gouvernement", a déclaré à Al-Mashareq le vice-ministre des Droits de l'homme du Yémen, Nabil Abdul Hafeez.

Abdulmalik travaillera à mettre de l'ordre dans les locaux du siège du gouvernement au palais de Maashiq - qui a été entièrement pillé - et dans d'autres bureaux ministériels, a-t-il indiqué.

L'hôtel Al-Kasr, dans le district d'al-Buraiqeh, accueillera le Premier ministre à titre temporaire jusqu'à ce que le palais de Maashiq soit réhabilité et prêt à accueillir à nouveau les membres du gouvernement, a-t-il fait savoir.

Les choses avancent lentement sur le terrain en raison des problèmes de sécurité, techniques et logistiques qui restent à résoudre pour assurer le retour complet du gouvernement et la reprise des travaux d'Aden, a déclaré l'analyste politique Faissal Ahmed à Al-Mashareq.

Ahmed a appelé l'Arabie saoudite à intervenir pour s'assurer que toutes les parties respectent pleinement les dispositions de l'accord de Riyad, y compris la nomination d'un nouveau gouverneur et chef de la sécurité à Aden avant le 20 novembre.

Aimez-vous cet article?
0
NON
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire
Captcha