Politique |

Le gouvernement yéménite et les séparatistes vont signer un accord de partage du pouvoir mardi

AFP

image

Les gens défilent avec les drapeaux du sud du Yémen, des Émirats arabes unis et de l'Arabie saoudite, tandis que se dressait le portrait du roi saoudien Salman bin Abdulaziz, lors d'une manifestation intitulée "Un million de manifestants pour exprimer la gratitude à l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis" au centre de la deuxième ville d’Aden le 5 septembre. [Saleh al-Obeidi / AFP]

Le gouvernement yéménite, reconnu internationalement, va signer un accord avec les séparatistes du sud mardi 5 novembre dans le but de mettre fin au conflit qui couve dans la longue guerre civile du pays, ont annoncé des responsables yéménites et saoudiens.

L’accord de partage du pouvoir verrait le Conseil sécessionniste de transition du Sud (CTS) recevra un certain nombre de ministères et le gouvernement retournerait dans la ville principale d’Aden, dans le sud du pays.

Le ministre yéménite de l'Information, Mouammar al-Iryani, a tweeté qu'une cérémonie de signature officielle de "l'Accord de Riyad" aurait lieu mardi en Arabie saoudite en présence du prince héritier saoudien Mohammed bin Salman et du président yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi.

Le prince héritier d'Abou Dhabi, Mohammed bin Zayed Al Nahyan, représentera les Émirats arabes unis, principal partenaire de la coalition menée par les Saoudiens et soutenant le gouvernement de Hadi, a tweeté l'ambassadeur saoudien au Yémen, Mohammed al-Jaber.

Les forces de la ceinture de sécurité appuyées par les Émirats arabes unis - dominées par le CTS - ont pris le contrôle d'Aden en août - qui était la base du gouvernement assiégé depuis son éviction de Sanaa par les Houthis (Ansarallah) soutenus par l'Iran en 2014.

Les affrontements entre les séparatistes et les sympathisants du gouvernement, qui pendant des années se sont battus du même côté contre les Houthis, laissent craindre que le pays ne se déchire complètement.

Ces dernières semaines, le gouvernement et les séparatistes se sont entretenus dans des pourparlers indirects et discrets sous la médiation de l'Arabie saoudite dans la ville de Djeddah, dans l'ouest du royaume.

Des sources des deux côtés ont déclaré que les parties avaient conclu un accord de partage de pouvoir.

La télévision d'État al-Ekhbariya, en Arabie saoudite, a annoncé la formation d'un gouvernement de 24 ministres, "divisé de manière égale entre les provinces du sud et du nord du Yémen".

Dans le cadre de cet accord, le Premier ministre yéménite reviendrait à Aden pour "réactiver les institutions de l'État", a-t-elle ajouté.

Al-Ekhbariya a annoncé également que la coalition dirigée par l'Arabie saoudite superviserait un "comité conjoint" pour la mise en œuvre de l'accord.

Aimez-vous cet article?
1
NON

0 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire
Captcha