http://almashareq.com/fr/articles/cnmi_am/features/2019/09/17/feature-03
Réfugiés |

Logement gratuit pour les réfugiés syriens et les communautés d'accueil libanaises

Nohad Topalian à Beyrouth

Le programme de loyer gratuit (PLG) aide les réfugiés syriens à trouver un logement dans les communautés d'accueil libanaises depuis 2013. [Photo fournie par Save the Children]

Après avoir vécu pendant des années dans des tentes inondées par la pluie en hiver et ne protégeant pas de la chaleur en été, la famille du réfugié Mohammed Qassem s'est installée dans un bâtiment de la vallée de la Bekaa, au Liban, grâce à un programme de 12 mois sans loyer.

Le « programme de loyer gratuit » (PLG) permet à la famille de Qassem et à quatre autres familles de vivre gratuitement dans un bâtiment de la ville de Qab Elias.

Ce bâtiment était encore en construction en 2018 lorsque le PLG a fourni des fonds à ses propriétaires libanais pour qu'ils puissent achever les travaux en échange de logements gratuits pour les réfugiés syriens.

Le programme de loyer gratuit, mis en œuvre par Save the Children, a contribué à améliorer les relations entre les réfugiés syriens et leurs communautés d'accueil libanaises. [Photo fournie par Save the Children]

Ce programme, administré par un certain nombre d'ONG, dont Save the Children, le Conseil norvégien pour les réfugiés et Solidarités International, vise à fournir un logement et la sécurité aux réfugiés syriens vulnérables et à améliorer la capacité des communautés locales à les accueillir.

Bâtiments inachevés

« J'ai longtemps vécu dans une tente avec ma famille et mes proches, dans laquelle nous avons été exposés au froid glacial et aux inondations en hiver, et à la chaleur extrême en été », a raconté Qassem.

« Mais depuis fin 2018, ma femme, mes six enfants [âgés de 8 à 15 ans] et moi vivons dans un logement convenable », a-t-il rapporté à Al-Mashareq.

« Un bâtiment inachevé sans portes ni fenêtres à Qab Elias a attiré mon attention, et comme j'avais entendu parler du PLG, j'ai rendu visite au propriétaire libanais [du bâtiment] et lui ai suggéré la possibilité d'y vivre avec ma famille », a-t-il relaté.

Qassem a contacté Save the Children, qui a accepté de donner au propriétaire de l'immeuble de l'argent pour l'installation de portes, de fenêtres, de l'éclairage, de salles de bains et d'une cuisine.

Une fois les travaux terminés, Qassem a signé un bail lui permettant de rester gratuitement dans la propriété pendant 12 mois.

« Initiative humanitaire »

Le propriétaire, Jamal Ibrahim, a déclaré qu'il avait accepté cette proposition pour des raisons humanitaires, « parce que Qassem cherchait une maison pour sa famille ».

« Un représentant de Save the Children m'a donné de l'argent, j'y ai ajouté un montant équivalent et j'ai terminé la construction », a-t-il déclaré à Al-Mashareq.

Ibrahim considère le programme comme une « initiative humanitaire » qui aide à la fois les réfugiés syriens et les communautés d'accueil libanaises.

Save the Children met en œuvre le programme du PLG depuis 2013 dans le cadre du Plan de réponse à la crise libanaise, a expliqué Rayan Hajj, conseiller technique de Save the Children International.

Les communautés d'accueil libanaises sont souvent pauvres, a-t-il indiqué à Al-Mashareq, ajoutant qu'il est courant pour les résidents de commencer à construire des maisons de deux ou trois étages, mais d'abandonner les travaux par manque de fonds.

« Nous leur offrons donc une somme équivalente à une année de loyer, allant de 1200 à 1600 dollars, versée en trois étapes et destinée à achever les réparations », a-t-il expliqué.

Une fois les travaux terminés, le propriétaire libanais et le locataire syrien signent un contrat de bail gratuit pour une période de 12 mois et l'enregistrent auprès de la municipalité, a précisé Hajj.

À la fin de la période de location, le bail est renouvelé, ou un nouveau bail est établi, en tenant compte de la situation financière du réfugié, a-t-il poursuivi.

Bénéfice mutuel

Ce programme est mis en œuvre dans la Bekaa, dans le nord et dans le sud, et 3500 familles de réfugiés syriens, 250 familles libanaises pauvres et 1165 propriétaires fonciers libanais en ont à ce jour bénéficié.

« Il a contribué à forger des relations solides entre les propriétaires [immobiliers] dans les communautés d'accueil libanaises et les réfugiés syriens », a déclaré Hajj.

Il a également contribué à dynamiser le marché immobilier en permettant aux habitants des communautés d'accueil libanaises appauvries d'achever les travaux de leurs bâtiments inachevés et d'établir un réseau semi-intégré d'infrastructures sanitaires et électriques.

Watfa Najdi, qui travaille avec l'Institut Issam Fares pour les politiques publiques et les affaires internationales, a indiqué à Al-Mashareq que l'Institut avait mené une étude avec Save the Children pour évaluer l'impact du PLG sur les réfugiés, en particulier leur accès à la nourriture, aux soins et à l'éducation.

Cette étude a montré que la situation des réfugiés s'était améliorée et qu'ils étaient plus à même d'offrir une éducation à leurs enfants, a-t-elle déclaré.

« Elle a aussi montré que l'impact du programme sur les communautés d'accueil a été positif, car il a permis d'augmenter le nombre de logements et d'atténuer la pression sur les infrastructures », a-t-elle conclu.

Aimez-vous cet article?
6

0 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire
Captcha