Terrorisme |

Inquiétude croissante alors que les extrémistes exploitent l'instabilité à Aden

Nabil Abdoullah al-Tamimi à Aden

image

Des yéménites marchent dans un marché de rue à Aden le 11 août, suite à des affrontements entre les forces progouvernementales et les séparatistes. [Nabil Hasan/AFP]

Des analystes yéménites mettent en garde que l'état actuel d'instabilité dans la capitale temporaire d'Aden ouvrent la porte à une activité extrémiste recrudescente.

Plusieurs comptes sur les réseaux sociaux associés à « L’État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS) ont réclamé mardi 13 août que le groupe a tué un officier de l'armée yéménite à Aden.

Les partisans de l'EIIS ont publié des photos du sergent Nasr Abdou Qaid, qui a été tué alors qu'il conduisait sa voiture à travers le district de Sheikh Othman à Aden, et un fusil automatique équipé d'un silencieux qu'ils ont identifié comme l'arme du crime.

Les analystes politiques qui ont parlé à Al-Mashareq ont indiqué que le combat de la semaine dernière opposant les partisans du Conseil transitionnel du sud (STC) et les forces progouvernementales, a rendu les choses faciles aux extrémistes pour mener des attaques.

Le sous-ministre de la Défense saoudien le prince Khalid bin Salman a mis en garde que les combats internes pourront être exploités non seulement par les houthis (Ansarallah) appuyés par l'Iran, mais aussi par al-Qaïda et l'EIIS, a rapporté l'AFP.

« Des combats armés entre les parties en conflit à Aden affaiblissent les deux côtés et profitent aux groupes terroristes, qui attendent une opportunité pour mener leurs opérations terroristes, et aux houthis», a affirmé l'analyste politique Faissal Ahmed à Al-Mashareq.

« Les combats qui ont eu lieu à Aden auront des répercussion négatives sur la sécurité et la prédisposition des forces de sécurité à faire face aux menaces posées par al-Qaïda ou l'EIIS», a signalé Ahmed.

« La manière dont l'EIIS a mené son opération montre la faille de sécurité à Aden», a-t-il expliqué, notant que cela « créera des lacunes que les groupes terroristes exploiteront ».

La situation actuelle affectera les opérations d'aides humanitaires menées par l'ONU, a-t-il signalé, et « aggravera davantage la souffrance humanitaire ».

L'ONU a annoncé récemment qu'elle réduisait le nombre de son personnel à Aden pour des soucis de leur sécurité, a-t-il remarqué, soulignant le besoin « de trouver des solutions qui rétabliront la sécurité à son état ultérieur avant les événements récents d'Aden ».

Cela garantira que l'ONU et autres organisations seront capables de reprendre leur travail.

Aimez-vous cet article?
10
NON

1 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire
Captcha

Excellent!

Répondre