http://almashareq.com/fr/articles/cnmi_am/features/2019/08/09/feature-01

Sécurité |

Les membres de la cellule à l'origine de l'attentat du Caire ont été identifiés

Des images vidéo de l'itinéraire emprunté par la voiture impliquée dans l'explosion devant l'Institut national du cancer dans le centre du Caire montrent qu'elle est arrivée sur les lieux et s'est engagée dans le sens inverse de la circulation par erreur, a fait savoir le ministère égyptien de l'Intérieur. [Vidéo fournie par le ministère égyptien de l'Intérieur]

Le ministère égyptien de l'Intérieur a identifié les membres de la cellule terroriste responsable de l'explosion dans le centre du Caire devant l'Institut national du cancer dimanche 4 août.

Dans une déclaration officielle publiée jeudi soir, le ministère a déclaré que l'auteur de l'attentat est Abdoul Rahman Khaled Mahmoud, membre du groupe Hasm, qui a fait l'objet d'un mandat d'arrêt dans une affaire liée au terrorisme en 2018.

L'identité du coupable a été confirmée et les informations ont été analysées, et après que l'ADN des restes trouvés sur les lieux de l'accident a été testé et comparé avec celui des membres de sa famille, a-t-il ajouté.

Armes et explosifs trouvés dans les deux repaires attaqués par les forces de sécurité égyptiennes le 8 août après qu'une explosion devant l'Institut national du cancer dans le centre du Caire a causé la mort de 22 personnes. [Photo fournie par le ministère égyptien de l'Intérieur]

L'agresseur et son frère, dont le rôle était de transmettre les ordres des dirigeants du groupe, étaient tous deux membres de la cellule Hasm.

Vingt-deux personnes ont été tuées et des dizaines d'autres blessées lors de l'explosion survenue dans le centre du Caire, dans le quartier Al-Manyal, que le président Abdel Fattah al-Sissi a qualifié « d'incident terroriste ».

L'explosion a été causée par une voiture roulant à vive allure et remplie d'explosifs qui a percuté trois autres véhicules alors qu'elle roulait en sens inverse de la circulation.

Raids et arrestations en 72 heures

Le ministère a indiqué avoir arrêté le frère du coupable, Ibrahim Khaled Mahmoud, qui est responsable des communications et reçoit des ordres de l'étranger.

Une fois interrogé, il a indiqué aux services de sécurité où se trouvait un autre membre de Hasm, Islam Mohammed Qurani, accusé dans une affaire antérieure de fabrication d'explosifs.

Lorsque les forces se sont approchées de son domicile d'al-Tebin à Helwan, à l'est du Caire, Qurani a ouvert le feu, tandis que le frère du coupable, Ibrahim, tentait de s'échapper, poussant les forces à réagir et à les abattre tous les deux.

Entre-temps, les aveux d'un membre de la cellule arrêté, Hossam Ahmed, également connu sous le nom de Moaz, ont révélé qu'il avait rejoint Hasm en 2018 et qu'il était spécialisé dans le soutien logistique et la surveillance, et que les ordres provenaient des dirigeants du groupe à l'étranger.

Ahmed a déclaré avoir organisé une visite pour l'auteur de l'attentat du Caire avec sa famille dans le parc d'al-Azhar pour leur dire au revoir après avoir appris qu'il avait été choisi pour cette mission.

Des images du parc montrent le moment où le coupable a dit au revoir à sa famille la veille de l'attaque.

Le ministère a déclaré qu'en traquant les éléments fugitifs restants de la cellule, il avait identifié deux repaires : l'un dans un immeuble abandonné de Fayoum, et l'autre dans un appartement d'al-Shorouk, à l'est du Caire.

Les forces de sécurité ont fait une descente dans les deux repaires jeudi à l'aube, tuant quinze membres de la cellule. Ils ont trouvé sur place des armes, des explosifs et du matériel utilisés dans la fabrication d'explosifs.

Le major général Farouk al-Muqrahi, ancien ministre adjoint de l'Intérieur, a déclaré que les autorités égyptiennes avaient identifié la cellule à l'origine de l'explosion et agi contre elle moins de 72 heures après l'incident.

« C'est la preuve que les agences de sécurité font en permanence d'énormes efforts pour recueillir des informations sur les extrémistes, leurs plans et leurs déplacements », a-t-il affirmé à Al-Mashareq.

« Le mode de fonctionnement des agences de sécurité égyptiennes s'est considérablement amélioré ces dernières années », a déclaré al-Muqrahi. « Elles disposent maintenant d'une base de données solide et peuvent agir immédiatement avant que les extrémistes ne puissent mener à bien leurs opérations terroristes. »

Se connecter via Twitter Se connecter via Facebook
Aimez-vous cet article?
73
16

0 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire Captcha