Sécurité |

Les Yéménites souhaitent une meilleure coordination entre les agences de sécurité

Nabil Abdoullah al-Tamimi à Aden

image

Des Yéménites inspectent le site d'un attentat suicide à la voiture piégée perpétré par l'EIIS contre un poste de police dans le district d'al-Sheikh Othman à Aden, le 1er août. [Nabil Hasan/AFP]

Après les récents attentats meurtriers perpétrés dans les provinces yéménites d'Aden et d'Abyan, des responsables gouvernementaux et des commandants de la sécurité ont souligné la nécessité d'une coordination plus étroite entre les divers organismes de sécurité.

Ils ont appelé à la création d'un commandement opérationnel unique, précisant que cela serait plus efficace pour contrecarrer les plans des Houthis (Ansarallah) soutenus par l'Iran, d'al-Qaïda et de « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS).

Cet appel pour une coordination sécuritaire plus étroite fait suite aux récentes attaques perpétrées dans les deux provinces méridionales, qui ont fait au moins 69 morts et des dizaines de blessés.

Lors du dernier incident en date, un soldat a été tué samedi 3 août lorsqu'un engin explosif improvisé (EEI) posé par al-Qaïda a explosé alors que les forces de la Ceinture de sécurité effectuaient un ratissage de Wadi al-Khayyala, dans le district al-Mahfad d'Abyan.

Un autre soldat a été blessé dans l'explosion.

L'incident de samedi s'est produit alors que les forces de la Ceinture de sécurité ont répondu vendredi à une attaque d'al-Qaïda contre une base militaire à al-Mahfad, au cours de laquelle 19 soldats ont été tués.

Jeudi, des attaques distinctes revendiquées par les Houthis et « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS) ont visé les forces de sécurité à Aden, tuant au moins 49 personnes, dont de nombreuses recrues de police nouvellement formées.

L'EIIS a revendiqué un attentat suicide à la voiture piégée contre un commissariat de police qui a tué treize policiers, et les Houthis ont affirmé avoir lancé un drone et un missile balistique contre le camp d'entraînement al-Jala, à l'ouest d'Aden.

La lutte se poursuivra à al-Mahfa

« Les forces de la Ceinture de sécurité ont lancé samedi une campagne de répression contre les éléments d'al-Qaïda à Wadi al-Khayyala », a déclaré Ahmed al-Rabie, directeur général du district d'al-Mahfad.

« Les forces de la Ceinture de sécurité, soutenues par les appareils de la coalition arabe et les forces d'élite de Shabwa, ont repoussé une attaque d'al-Qaïda qui visait à capturer le camp d'al-Mahfad et certains postes de contrôle du district », a-t-il rapporté.

« Un soldat a été tué et un autre blessé lorsqu'un EEI posé par les terroristes a explosé pendant l'opération », a-t-il fait savoir, jurant que la lutte se poursuivrait.

Al-Rabie a exhorté les organismes militaires et de sécurité desservant le district d'al-Mahfad et la province d'Abyan à opérer sous un seul commandement d'opérations afin de lutter contre la menace que représente al-Qaïda pour la sécurité et la stabilité du district et de la province.

« Les responsables de la sécurité de toute la province discutent des moyens de faire face aux menaces que posent ces groupes », a-t-il déclaré.

« Si les efforts de ces organismes, y compris les forces de la Ceinture de sécurité, les forces de sécurité et les brigades militaires, ne sont pas combinés, ces groupes terroristes seront en mesure de porter des coups sévères et de saper la sécurité et la stabilité », a-t-il affirmé.

Unir les forces pour empêcher les attaques

L'ancien Premier ministre Ahmed Obeid ben Daghr a appelé les organismes militaires et de sécurité à unir leurs efforts sous les auspices des ministères de la Défense et de l'Intérieur, et à intensifier les opérations de renseignement.

Cette mesure aidera à empêcher de nouvelles attaques et à préserver la sécurité et la stabilité dans la capitale provisoire d'Aden et d'autres provinces libérées, a-t-il déclaré.

« Au minimum, le commandement des opérations de sécurité doit être placé sous le commandement du vice-premier ministre et du ministre de l'Intérieur », a indiqué Abdoul Qawi Baash, porte-parole du ministère de l'Intérieur.

Cela permettra aux agences de sécurité d'assurer le suivi des rapports et des renseignements concernant les Houthis, les groupes extrémistes et leurs déplacements, et d'y répondre « de manière conjointe plutôt qu'unilatérale », a-t-il ajouté.

« Le fait que les attentats de jeudi à Aden aient été perpétrés quasi simultanément souligne la nécessité de combiner les efforts des agences de sécurité pour contrer les menaces des Houthis » et d'autres groupes, a-t-il précisé.

Al-Qaïda est en difficulté dans la province d'Abyan depuis que les forces de la Ceinture de sécurité, les brigades militaires et la coalition arabe en ont chassé le groupe fin 2016, a déclaré à Al-Mashareq le journaliste et politologue Ahmed Faisal.

Lorsque le groupe a commencé à se désintégrer, ses attaques se sont limitées en grande partie à des attaques d'EEI contre des postes de contrôle, a-t-il déclaré.

Mais les récentes attaques révèlent « qu'al-Qaïda est désormais conscient de l'écart existant entre les agences de sécurité et tente d'exploiter cette vulnérabilité », a-t-il déclaré, appelant les différentes forces de sécurité à collaborer plus étroitement pour combler ces écarts.

« L'unification des opérations de renseignement nécessite de combiner les efforts des agences de sécurité et la mise en place d'un commandement d'opérations unique pour pouvoir préserver la sécurité et la stabilité à Aden et dans les autres provinces libérées », a-t-il conclu.

Aimez-vous cet article?
3
NON
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire
form.captcha