http://almashareq.com/fr/articles/cnmi_am/features/2019/06/10/feature-03
Éducation |

Jordanie : les réfugiés syriens déplorent la réduction du programme pour enfants

Mohammed Ghazal à Amman

Des enfants réfugiés sur une balançoire dans le camp de Zaatari en Jordanie le 9 avril. [Khalil Mazraawi/AFP]

Le réfugié syrien Ahmed Orabi, père de quatre enfants, a fait savoir à Al-Mashareq qu'il était inquiet pour l'avenir de ses enfants, sa famille ne recevant plus l'aide d'un programme de protection sociale de l'UNICEF.

Orabi, qui vit en Jordanie depuis 2013, a déclaré que ses trois enfants en âge d'aller à l'école ont arrêté de la fréquenter après l'interruption de l'aide que la famille recevait du programme Hajati (Mes besoins).

En 2017, année de son lancement, ce programme visait à aider 53 333 enfants de l'école primaire au collège à rester scolarisés dans toutes les régions du royaume, en leur apportant une aide en espèces pour acheter des fournitures scolaires.

Les familles admissibles recevaient 20 dinars jordaniens (28 USD) par mois et par enfant, pour un maximum de quatre enfants, afin de couvrir les dépenses de base telles que le transport scolaire, les vêtements et les fournitures.

Le programme ciblait les enfants de 205 écoles fonctionnant selon le système à deux périodes dans toutes les régions du royaume. La majorité des bénéficiaires étaient des Syriens (86 %), suivis des Jordaniens (11 %), les 3 % restants étant d'autres nationalités.

Mais le nombre de bénéficiaires a chuté à 45 000 l'an dernier, et a récemment été réduit à 10 000 à cause d'un financement insuffisant, a indiqué à Al-Mashareq un employé de l'UNICEF en Jordanie.

Manque de financement

« Malheureusement, le manque de financement a modifié le programme, et nous appelons les pays donateurs à continuer à soutenir le programme, car permettre aux enfants d'aller à l'école est crucial pour leur avenir », a affirmé ce responsable.

L'UNICEF continuera à travailler avec toutes les parties pour poursuivre le programme et essayer de remédier à la situation, a-t-il déclaré, ajoutant que des milliers d'enfants ont cessé d'aller à l'école après l'arrêt de cette aide.

Le programme de protection sociale a pour but d'atteindre les enfants des communautés les plus vulnérables du royaume, selon l'UNICEF.

Il s'inscrit dans le cadre d'un ensemble de programmes qui garantissent également le droit de l'enfant à l'éducation et à la santé, et contribuent à réduire le taux d'analphabétisme et le nombre d'enfants non scolarisés.

Le programme Hajati cherche à accroître les taux de scolarisation et de formation continue, en particulier chez les enfants à risque, en aidant les familles à subvenir à leurs besoins fondamentaux par des allocations en espèces.

Il est conçu pour aider les enfants à accéder à l'éducation, réduire le risque d'abandon scolaire et aider les enfants qui ne sont pas scolarisés à reprendre leurs études.

Les familles sont confrontées à des difficultés

« J'ai arrêté d'envoyer mes enfants à l'école parce que je n'ai pas assez d'argent pour répondre à leurs besoins en ce qui concerne les fournitures, les dépenses, les livres et même la nourriture », a expliqué Orabi.

« Nous dépendons de l'aide et je suis au chômage », a-t-il ajouté, exprimant l'espoir que le programme Hajati retrouve son niveau de financement antérieur.

Salwa Hassouna, réfugiée syrienne de Daraa vivant dans l'est d'Amman, a déclaré à Al-Mashareq que lorsque sa famille a cessé de recevoir l'aide, elle aussi a cessé d'envoyer ses trois filles à l'école.

« L'aide que nous avons reçue du programme Hajati nous a énormément aidés, et quand elle a cessé, mes trois filles sont restées à la maison », a-t-elle déclaré.

« Je suis triste qu'elles ne puissent pas aller à l'école, et j'essaie de trouver du travail dans n'importe quel domaine pour les aider y retourner », a-t-elle déclaré, ajoutant qu'elle espère que le programme pourra se poursuivre comme avant.

« Malheureusement, de nombreuses familles sont obligées d'envoyer leurs enfants travailler pour gagner de l'argent, en raison des circonstances difficiles auxquelles elles sont confrontées », a-t-elle déploré.

« Beaucoup de familles sont également contraintes de marier leurs filles à un jeune âge pour alléger la pression et les responsabilités », a-t-elle poursuivi.

« L'avenir et l'éducation de nos enfants sont importants », a affirmé Hassouna.

Aimez-vous cet article?
4

1 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire
Captcha
| 2019-07-25

Il est inquiet parce que l'aide à laquelle les jordaniens aspirent maintenant a été interrompue. Allez dans votre pays et vivez là-bas!

Répondre