http://almashareq.com/fr/articles/cnmi_am/features/2019/05/17/feature-01

Sécurité |

Les États-Unis déploient un groupe aéronaval dans le golfe Persique

Un avion américain B-52H Stratofortress, se ravitaille en carburant d'un Stratotanker KC-135 dans un lieu non divulgué en Asie du sud-ouest, le 12 mai 2019. [US Air Force]

Les États-Unis ont envoyé un groupe d'attaque aéronaval et un escadron de bombardiers dans le golfe Persique en réponse à des renseignements indiquant que l'Iran transporte des missiles balistiques à courte portée à bord de bateaux civils.

Ces signalements émanaient de plusieurs sources de renseignements indiquant que l'Iran est prêt à lancer des frappes contre des cibles américaines.

Les missiles iraniens transportés sur de petits bateaux dans le Golfe faisaient partie des « menaces » qui ont déclenché un déploiement militaire accru dans la région, a déclaré jeudi 16 mai un responsable américain.

Cette photo de la marine américaine de février 2005 montre l'USS Abraham Lincoln lors d'opérations dans l'océan Indien. [AFP PHOTO/HO/ US NAVY/Timothy Smith]

« Les missiles embarqués sur ces navires civils sont préoccupants », a déclaré à l'AFP ce responsable, qui a demandé à garder l'anonymat.

Un article paru dans le New York Times indiquait que des photos aériennes prises par les agences de renseignements américaines montraient des bateaux traditionnels transportant des missiles iraniens dans le Golfe.

Les missiles entièrement assemblés ont été chargés sur les bateaux par le Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI) iranien, que les États-Unis ont désigné comme organisation terroriste étrangère, a rapporté le journal.

« Ce qui préoccupe l'armée et les services de renseignement, c'est l'intention », a déclaré à l'AFP le responsable américain.

« Menace imminente »

Les États-Unis ont ordonné mercredi l'évacuation du personnel non urgent de leur ambassade et consulat de Bagdad à Erbil, citant une menace « imminente » de groupes armés liés à l'Iran et présents en Irak.

De hauts responsables du département d'État américain ont déclaré sous le couvert de l'anonymat que la menace venait de milices irakiennes « commandées et contrôlées » par le CGRI.

« Elle est directement liée à l'Iran, de multiples menaces émanant directement de l'Iran », a affirmé un responsable.

« C'est une menace imminente pour notre personnel », a fait savoir un autre responsable.

Plusieurs bombardiers B-52 Stratofortress se dirigent vers cette région dans le cadre d'une force de frappe, après ce que le Pentagone a qualifié « d'indications récentes et évidentes que des forces iraniennes et d'autres agissant pour l'Iran se préparent à potentiellement attaquer des forces américaines ».

« Le déploiement du groupe aéronaval de l'USS Abraham Lincoln et d'une escadrille de bombardiers est considéré comme une réponse prudente aux indications de préparations renforcées de l'Iran à des opérations offensives contre les forces américaines et nos intérêts », a fait savoir le porte-parole intérimaire du Pentagone Charles Summers dans un communiqué.

« Nous relayons la déclaration de la Maison-Blanche précisant que nous ne cherchons pas la guerre avec le régime iranien, mais nous défendrons le personnel américain, nos alliés et nos intérêts dans la région », a-t-il précisé.

Mesures non militaires

Le déploiement militaire américain fait suite à une escalade de mesures non militaires visant en partie à réduire l'ingérence du CGRI en Syrie, en Irak et au Yémen, ont indiqué des analystes politiques de la région à Al-Mashareq.

En plus de la désignation terroriste du CGRI, ces mesures comprennent notamment un ensemble de sanctions contre des personnes physiques et morales, dont des financiers, affiliées au CGRI et au Hezbollah libanais soutenu par l'Iran.

Elles incluent également l'imposition de sanctions sur le pétrole iranien et les industries métallurgiques du fer, de l'acier et de l'aluminium, a fait savoir la journaliste bahreïnienne Tamam Abou Safi.

« Cette action militaire s'inscrit dans le cadre d'une campagne politique, économique et militaire globale », a-t-elle déclaré à Al-Mashareq.

Depuis l'imposition des sanctions, a-t-elle ajouté, plusieurs rapports des renseignements ont révélé que l'Iran transporte des missiles balistiques pouvant potentiellement atteindre des cibles américaines.

« Les menaces de l'Iran sur le fait de toucher des cibles américaines dans le golfe Persique sont plausibles », a déclaré le journaliste bahreïnien Ibrahim al-Naham à Al-Mashareq.

La réaction américaine, une mesure de précaution pour protéger ses intérêts et la sécurité de ses alliés du Golfe dans un contexte d'escalade des tensions, « est une conséquence attendue des actions malveillantes de l'Iran contre les pays voisins et la coalition », a expliqué al-Naham.

« Climat d'escalade »

L'envoi du groupe aéronaval et des bombardiers B-52 se fait dans « un climat continu d'escalade entre les États-Unis et l'Iran », a rapporté Richard Dagher, expert libanais en stratégie.

Le déploiement américain « a prévenu l'Iran que toute attaque de l'Iran, directe ou par l'intermédiaire de ses affiliés, contre les intérêts américains ou ses alliés dans la région trouvera une réponse implacable », a-t-il déclaré à Al-Mashareq.

Elle est clairement destinée à empêcher l'Iran de « viser ou mettre en danger militairement la sécurité de ses forces ou de ses alliés dans la région », a-t-il ajouté.

Le déploiement américain « ne sert pas qu'à surveiller, mais aussi à agir au cas où l'Iran commettrait l'erreur de vouloir saper la stabilité au Moyen-Orient », a indiqué Hussein Ezzedine, de l'Assemblée pour la souveraineté libanaise.

L'Assemblée pour la souveraineté est un mouvement populaire destiné à contrer l'influence du Hezbollah soutenu par l'Iran et qui cherche à mobiliser l'opinion contre le parti.

« Il existe un contexte clair pour les événements qui ont conduit à l'envoi du porte-avions USS Abraham Lincoln dans les eaux du Golfe », a déclaré le politologue Tony Issa à Al-Mashareq.

Cela comprend des renseignements selon lesquels l'Iran pourrait cibler les intérêts américains au Moyen-Orient.

Selon de nombreux observateurs, il est difficile pour l'Iran de prendre le risque de cibler les intérêts américains, par le biais du CGRI ou de groupes alliés ailleurs dans la région, car il sait quelles en seraient les conséquences, a ajouté Issa.

L'envoi du porte-avions américain « signale aux Iraniens que leur marge de manœuvre militaire est très mince », a conclu Issa.

Se connecter via Twitter Se connecter via Facebook
Aimez-vous cet article?
64
36

5 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire Captcha
| 2019-05-25

Salut ! Les États-Unis sont rien. Les arabes sont les seuls à avoir peur des États-Unis. Je suis un iranien, un homme du grand territoire de Cyrus !

Répondre
| 2019-05-25

L'Amérique est le terrorisme. Ce n'est pas pour défendre l'Iran ou les autres, mais le régime le plus sale est celui de l'Amérique. Tous les États sont des terroristes, à l'exception d'eux et de leurs alliés! Cependant, ce sont eux qui ont créé le terrorisme et maintenant ils en accusent d’autres. Ils vendent des armes à des pays, alors ils se battent. Tout cela pour faire plaisir à Israël.

Répondre
| 2019-05-25

Que Dieu bénisse l'Arabie saoudite et ses dirigeants, Al Saud et son peuple! Que Dieu maudisse tous ceux qui veulent de l'agitation dans notre patrie! Nous sommes tous Salman, Al Mohammed et tout Al Saud! Au diable les envieux et les lâches! Vous êtes notre famille depuis l’apparition du soleil du roi Abdoul Aziz, que Dieu bénisse son âme. Nous vous aimons et nous apprécions le tawheed.

Répondre
| 2019-05-18

Rien de cela n'arrivera. Pour que quiconque puisse payer une facture, il doit la payer et tout donner, même s'il s'agit d'une bouteille d'eau.

Répondre
| 2019-06-08

Aux idiots: l'Amérique ne vient pas avec tout son poids pour une ballade; elle est venu pour mettre fin au terrorisme iranien qui prévaut depuis 40 ans.

Répondre