Sécurité

Les Houthis profèrent des « menaces vides » aux États du CCG, selon les analystes

Sultan al-Barei à Riyad

image

Le leader houti Abdoul Malik al-Houthi a menacé d'attaquer des « installations vitales » en Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis dans un discours télévisé du 22 avril. [Photo diffusée sur les réseaux sociaux]

Les menaces proférées récemment par le leader des Houthis, soutenus par l'Iran, contre le Conseil de coopération du Golfe (CCG) ne sont que des « messages politiques » destinés à servir les ambitions du Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI) iranien dans la région, ont expliqué des experts à Al-Mashareq.

Il a été prouvé que les capacités des Houthis (Ansarallah) sont tout au plus limitées, ont-ils déclaré, et la région est couverte par un réseau de défense aérienne et de systèmes de missiles qui la protège contre tout type d'attaque venue des airs.

Le 22 avril, le leader des Houthis, Abdoul Malik al-Houthi, a menacé dans un discours télévisé d'attaquer l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis avec des missiles balistiques et des drones aériens.

Il a menacé de frapper les intérêts économiques des deux pays en visant des « installations vitales ».

Les événements récents ont « confirmé sans équivoque les capacités limitées des missiles que le CGRI menace d'utiliser par le biais des Houthis au Yémen », a fait savoir l'expert militaire saoudien Mansour al-Shehri à Al-Mashareq.

Aucune attaque directe n'a été faite contre les cibles militaires ou vitales que les Houthis ont menacées, a-t-il rapporté, et « ces nouvelles menaces sont donc des messages politiques que le CGRI adresse aux États du Golfe ».

Depuis 2015, les forces saoudiennes ont intercepté de nombreux missiles tirés par les Houthis depuis le Yémen, mais des dizaines de civils, dont des enfants, ont été blessés ou tués par les fragments de ces missiles.

Système de défense aérienne intégré

« Les États du CCG disposent d'un système de défense aérienne intégré qui peut intercepter tout missile ou drone chargé d'explosifs », a indiqué le colonel Rashid Mohammed al-Marri, ancien membre du service des stupéfiants de la police de Dubaï.

Grâce à un partenariat stratégique avec les États-Unis, la défense aérienne des États du CCG a été renforcée par des avions et des missiles antibalistiques (MAB), a-t-il fait savoir à Al-Mashareq.

Les États du CCG ont également amélioré leurs défenses avec le système Patriot, l'un des plus importants systèmes de défense aérienne au monde, permettant de contrer les missiles balistiques, les missiles de croisière et les appareils sophistiqués, a-t-il expliqué.

« Avec le système de missiles Patriot qui protège désormais presque entièrement les cieux de la région du Golfe, les drones et les missiles balistiques ne peuvent passer », a-t-il déclaré, notamment car les drones dont les Houthis se vantent sont « des modèles obsolètes et inefficaces ».

Les menaces d'Abdoul Malik al-Houthi sont « de nouvelles preuves incriminantes contre les Houthis et le CGRI », a affirmé le chercheur politique Abdoul Nabi Bakkar à Al-Mashareq.

Ces dernières menaces révèlent encore davantage que les Houthis possèdent des missiles balistiques, « qui sont essentiellement assemblés en Iran dans les usines du CGRI, ou au Yémen sous la supervision d'officiers du CGRI, avec des pièces fabriquées en Iran », a-t-il déclaré.

De plus, Mohammed Ali al-Houthi, membre du conseil politique des Houthis, a nié le 15 avril que le stock de missiles balistiques des Houthis ait baissé, a rapporté Bakkar.

Cet aveu soumet les Houthis « à une responsabilité internationale », a-t-il affirmé, ajoutant que l'objectif principal de la milice est de saper la paix et la sécurité de la région.

Aimez-vous cet article?
40
6 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire

Si le Commandant dit qu'il ferait quelque chose, il le fera ! S'il promet, il honorera. S'il veut transformer les bergers de vaches dans le Golfe en vaches, cela arrivera avec la permission de Dieu et aux mains des héros.

Répondre

Si le Houthi dit quelque chose, il agira à cet effet!

Répondre

Si al Sayyid et son dirigeant Abdoul Malek disent qu'il fera quelque chose et qu'il menace les États d'agression de frappes, ils doivent refaire leurs calculs dans le Golfe et mettre fin à leur agression contre le bien-aimé Yémen.

Répondre

Honte aux Houthis et leurs aides! S'ils ont la courtoisie des arabes, ils ne mettraient pas leurs mains dans les mains de l'Iran.

Répondre

Les derniers qui devraient parler sont Al Saud, égaux aux sionistes. Vive les Houthis! Nous éliminerons l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, qui, avec l'Amérique, sont des agents d'Israël. Je crache sur ces deux pays. L'Iran et les Houthis sont la couronne de vos têtes!

Répondre

Dieu donnera victoire à la vérité même après un moment.

Répondre