Droits de la Femme

Les femmes d'affaires saoudiennes développent leurs entreprises dans une pépinière américaine

AFP

image

Les entrepreneures saoudiennes Asmaa Alabdallah (à gauche), fondatrice de BitGo, et Reem Dad (à droite), cofondatrice de Taibah VR, ont récemment pris part à un programme intensif à Halcyon, une pépinière d'entreprises de Washington, pour faire des leurs idées une réalité. [Olivia Hampton/AFP]

Reem Dad, une Saoudienne de 22 ans, crée une plateforme pour que les pèlerins et les touristes visitent Médine, l'un des sites les plus sacrés de l'Islam, en réalité virtuelle.

Heba Zahid, 37 ans, travaille sur GreenDesert, l'un des premiers projets qui aideraient à créer une culture de recyclage dans ce pays du Moyen-Orient.

Dad et Zahid étaient deux des quatorze jeunes entrepreneures sociales d'Arabie saoudite ayant suivi un programme intensif à Halcyon, une pépinière d'entreprises de Washington, pour faire des leurs idées une réalité.

Cette initiative se déroule après que les Saoudiennes aient reçu le droit de conduire en juin, dans le cadre de réformes par le prince héritier Mohammed ben Salmane, faisant naître l'espoir de l'égalité des sexes malgré une répression continue contre les militantes des droits des femmes.

« Tout est en train de changer [...]. Il y a de la place partout pour les femmes », a déclaré Dad, dont le programme de réalité virtuelle s'appelle Taibah VR.

« Si un homme veut créer une entreprise ou veut lancer quelque chose, il existe des processus qu'il doit suivre, le même que nous suivons. Je pense donc que nous sommes égaux », a-t-elle affirmé à l'AFP.

Parmi les autres projets se trouvent une application en arabe pour aider les enfants autistes à communiquer, une autre pour mettre en relation les employeurs et les travailleurs afin de réduire le taux de chômage, et un jeu vidéo destiné à encourager les jeunes à s'engager dans le service communautaire.

Le programme Vision 2030 du gouvernement saoudien vise en partie à faire la promotion d'entreprises locales, dont celles dirigées par des femmes, et dont la participation sur le marché du travail devrait passer de 22 % à 30 % d'ici la fin de la prochaine décennie.

« Futures leaders »

Asmaa Alabdallah, âgée de 22 ans et participante du programme de Halcyon, a fondé BitGo, un jeu de réalité augmentée inspiré de Pokémon Go qui utilise des techniques de ludification pour encourager la participation au service communautaire.

« Bien entendu, nous sommes confrontées à de nombreux défis [...], mais la chose la plus importante est de ne jamais laisser tomber », a-t-elle déclaré, soulignant comme Dad que sa difficulté majeure n'est pas d'être une entrepreneure en Arabie saoudite, mais de trouver des codeurs locaux qualifiés.

La formation a été financée en partie par l'Université Taibah à Médine, qui a lancé un concours avec le soutien du consulat saoudien à New York.

Pendant leur séjour de deux semaines, elles ont affiné leurs arguments de vente, ont renforcé leurs réseaux stratégiques et ont participé à des ateliers sur la négociation, la vente et la vulnérabilité.

Ils ont bénéficié de conseils de grandes sociétés comme Amazon Web Services, d'autres startups et des consultants, comme Deloitte.

A la fin du programme, les femmes ont présenté leurs projets à environ 150 visiteurs, philanthropes, ainsi qu'à des représentants d'organisations internationales et d'ambassades.

Malgré l'optimisme, de nombreuses difficultés perdurent en Arabie saoudite.

La première est le système de tutelle du royaume, qui empêche les femmes de prendre des décisions importantes, comme un voyage à l'étranger, le mariage, le divorce, ou la signature de contrats, sans la permission d'un homme tel que son mari, son père ou son frère.

« Surtout dans un pays comme l'Arabie saoudite, qui historiquement n'a pas offert aux femmes l'accès à ce genre d'opportunités, le fait qu'ils acceptent ce programme avec uniquement des fondatrices a été bienvenu », a déclaré Josh Mandell, directeur des politiques et des programmes internationaux de Halcyon.

« Ces femmes devraient revenir en Arabie saoudite non seulement en tant que futures leaders pour leur pays et leur région, mais également pour lancer des projets couronnés de succès. »

Aimez-vous cet article?

2 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500

Merci beaucoup à ces filles.

Répondre

C'est très bien de voir dans nos pays arabes biens-aimés des générations qui ont de bonnes idées dans des projets utiles pour la nation musulmane. Je suggère l'instauration d'un de ces projets pionniers à travers le monde arabe, et avec la volonté de Dieu, vous trouverez tout le soutien.

Répondre