Éducation

L'ancien président de l'université du Caire dévoile une approche de lutte contre l'extrémisme

Par Waleed Abou al-Khair au Caire

image

L'ancien président de l'université du Caire Jaber Nassar prononce un discours lors d'un événement de l'établissement. Lors d'un entretien exclusif accordé à Al-Mashareq, Nassar a décrit les efforts de l'université pour empêcher l'idéologie extrémiste de s'implanter. [Photo fournie par Jaber Nassar]

Pour protéger les étudiants contre l'idéologie extrémiste, l'ancien président de l'université du Caire a déclaré qu'il était nécessaire de favoriser leur croissance intellectuelle et de les encourager à participer à des activités culturelles.

Parce qu'avant toute chose, a-t-il expliqué à Al-Mashareq lors d'un entretien exclusif, la lutte contre le terrorisme doit s'attaquer à la pensée extrémiste.

Nassar, dont le mandat s'est achevé le 31 juillet, a décrit ses efforts durant sa présidence et les efforts continus du corps enseignant pour nourrir la pensée des étudiants et décourager l'extrémisme.

Al-Mashareq : À votre avis, quel est le rôle de l'université dans la lutte contre le terrorisme ?

image

Des étudiants de l'université du Caire posent pour une photo dans l'une des salles de l'université dédiée à l'art et à la lecture. [Photo fournie par Jaber Nassar]

Jaber Nassar : Le rôle de l'université dans la lutte contre le terrorisme est vital, mais indirect. Le terrorisme est un acte, et cet acte violent doit être combattu par l'application de la loi et l'utilisation de la force nécessaire. Mais en allant au plus profond des choses, on se rend compte que le terrorisme est un acte qui résulte d'une idéologie extrémiste.

Cette idéologie extrémiste est la source principale du terrorisme. Le rôle principal de l'université est donc de contrer l'extrémisme dans la société et d'empêcher que cette idéologie extrémiste ne vienne influencer les étudiants.

Al-Mashareq : Comment peut-on combattre la propagation de l'idéologie extrémiste ?

Nassar : Le rôle de l'université dans la lutte contre l'idéologie extrémiste et le terrorisme est devenu primordial dans le tarissement des sources de l'extrémisme.

L'extrémisme a mené à l'effondrement du processus pédagogique dans les universités, car un étudiant extrémiste ne peut être éduqué et un professeur extrémiste ne peut assurer un enseignement allant dans l'intérêt du pays. [...]

[L'extrémisme] est combattu en restaurant la force douce des universités en tant qu'incubateurs de la pensée, de la littérature et des lumières. Les universités ont donc un rôle majeur à jouer dans la lutte contre l'extrémisme et le terrorisme grâce à un processus pédagogique judicieux qui intègre la culture, les arts et la littérature. Une université n'est pas seulement un lieu pour apprendre, mais aussi un forum permettant de se réunir et de rassembler toutes les formes de culture, d'art et de littérature.

L'expérience de l'université du Caire a été inspirée par cette réflexion, cette vision et ce concept, et a réussi en très peu de temps à tenir éloignés ses étudiants et son personnel de l'idéologie extrémiste.

Al-Mashareq : Quelles activités intellectuelles avez-vous menées pour sensibiliser les étudiants à l'idéologie extrémiste ?

Nassar : Nous avons utilisé les arts, la littérature et la lecture, et nous avons modelé la façon de penser des étudiants afin qu'ils embrassent acceptent les différences, qu'ils acceptent les autres et qu'ils élargissent leurs horizons.

Pour ce faire, nous avons organisé d'importants programmes culturels à l'université, comme le concours Iqraa (lecture), qui est devenu une institution, en plus de l'utilisation des arts, de la littérature, du dialogue, des événements culturels et des symposiums afin de répondre à tous les points de vue différents visant à contrer toute justification utilisée par les extrémistes dans le recrutement des étudiants.

Al-Mashareq : Parlez-nous de l'initiative Iqraa.

Nassar : La solution pour l'éradication de l'extrémisme ne réside pas seulement dans la confrontation militaire, qui ne représente qu'une petite partie de la solution. La réelle confrontation consiste à contrer l'extrémisme par la culture, la pensée, les arts et l'éducation, et à modeler la façon de pensée des étudiants pour qu'ils acceptent les autres et les différences.

Nous avons créé des salles de lecture, un projet très efficace conçu pour mettre tous les livres de culture générale à disposition de nos étudiants, lesquels peuvent réserver un livre sur internet puis le récupérer à la bibliothèque de l'université.

Chaque étudiant emprunte trois livres et peut garder le quatrième gratuitement, pour les aider à se construire une bibliothèque et à lire de nombreux livres qui élargissent leurs horizons.

Nous sommes fiers de cette initiative, qui se poursuivra.

Al-Mashareq : Comment les arts sont-ils utilisés pour contrer l'extrémisme ?

Nassar : Nous avons organisé une série d'événements pour faire revenir à l'université les arts théâtraux sous toutes leurs formes.

Au début de mon mandat de président en 2013, j'ai décidé que chaque faculté devait avoir un théâtre, et le nombre de théâtres est ainsi passé de huit à seize. J'ai aussi décrété que chaque faculté devait avoir un groupe de théâtre et un groupe de chant.

Des concours ont été organisés pour des représentations longues et courtes, avec des remises de prix. L'université produit ainsi des étudiants talentueux dans toutes les formes d'art et de culture.

Aimez-vous cet article?

1 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500

Que Dieu nous accorde tout le succès et l'aide. La participation intellectuelle et l'impliquation dans toutes les questions liées à l'Etat, le développement des talents et le déracinement de toute idéologie extrémiste sont la voie à suivre.

Répondre