Analyse

Yémen : des experts saluent la reprise de l'exportation de pétrole

Par Faisal Darem à Sanaa

image

Le Yémen a repris l'exportation de pétrole brut, une étape qui, selon les experts, aidera le gouvernement à revitaliser son économie et d'autres secteurs en difficulté. [Faisal Darem/Al-Mashareq]

La décision du gouvernement yéménite de reprendre les exportations de pétrole est une mesure positive qui l'aidera à payer les salaires et à améliorer ses services, ont déclaré des experts à Al-Mashareq.

Le 6 mai, le Comité suprême pour la vente de pétrole brut, présidé par le Premier ministre Ahmed Obaid ben Dagher, a approuvé la vente de deux millions de barils de pétrole brut provenant du champ pétrolier de Masila, ont indiqué les médias locaux.

Cathay Oil and Gas, choisi parmi 30 compagnies concurrentes, achètera la totalité de ce lot en juin.

Ben Dagher a souligné l'importance de reprendre la production de pétrole d'avant la guerre et d'accélérer la réhabilitation des champs pétrolifères.

Le secteur du pétrole contribue de façon majeure à l'économie nationale, a-t-il ajouté.

Selon le ministère des Finances, le pétrole constitue 30 % du produit intérieur brut (PIB) du Yémen, et représente 70 % des revenus du pays et 90 % de ses exportations totales.

Ben Dagher a demandé aux agences gouvernementales de préparer des rapports de diagnostic sur l'état du secteur pétrolier et de proposer des solutions pour augmenter la production.

Il a poussé les entreprises pétrolières internationales à investir au Yémen pour reprendre leurs opérations, indiquant que les autorités locales sont prêtes à leur apporter la protection et les installations nécessaires pour garantir le succès de leurs activités.

Répondre aux obligations fiscales

L'ouverture des ventes de pétrole à des entreprises étrangères fait partie d'un effort pour « normaliser la situation économique et permettre au gouvernement de répondre à ses obligations financières imminentes », a déclaré le politologue et auteur yéménite Abdoul Malik al-Yousefi.

Cela est d'autant plus important avec la baisse des réserves d'argent liquide de la Banque centrale, a-t-il expliqué à Al-Mashareq.

Après que les Houthis (Ansarallah) se furent emparés de la Banque centrale à Sanaa, ils ont gaspillé les réserves d'argent liquide en devises étrangères, qui sont passées d'environ 4 milliards de dollars à moins d'un milliard en août dernier.

Cela a poussé le président Abdrabbo Mansour Hadi à relocaliser la Banque centrale à Aden.

« Les priorités de dépenses doivent porter principalement sur le paiement des salaires des membres de l'armée et des [fonctionnaires] au plus vite, la création d'un plan de développement et d'un environnement d'investissement attractif dans les zones libérées », a-t-il détaillé.

Export of Yemeni oil abroad

La reprise des exportations de pétrole est primordiale pour lever les fonds qui permettront au gouvernement de répondre à ses obligations, a déclaré l'économiste Abdoul Jalil Hassan.

En plus de permettre le paiement des salaires des fonctionnaires, les revenus du pétrole permettront au gouvernement d'améliorer les services, a-t-il indiqué à Al-Mashareq.

Cela est particulièrement nécessaire dans le secteur de la santé, qui est au bord de l'effondrement à cause de la propagation d'épidémies et de malades, a-t-il poursuivi.

Depuis le vendredi 19 mai, une épidémie de choléra au Yémen a tué 242 personnes, et près de 23 500 autres ont été malades au cours des trois dernières semaines.

« Le pétrole est la source principale de financement du budget général, car les revenus du pétrole avant la guerre représentaient 70 % du revenu total du budget », a précisé Hassan .

Le gouvernement doit aussi porter son attention sur la reprise de l'exportation de gaz naturel liquéfié (GNL), a déclaré l'économiste Abdo al-Wajihi à Al-Mashareq.

Celui-ci est extrait de Marib et exporté depuis Shabwa, a-t-il indiqué, notant que ces deux provinces sont sous l'autorité du gouvernement légitime.

La vente de pétrole et de gaz, qui était autrefois la source principale de revenus de l'État, aiderait à améliorer la présence et l'efficacité du gouvernement dans les provinces libérées, a déclaré al-Wajihi.

« Les exportations de pétrole jouent un rôle majeur pour le gouvernement afin de fournir au trésor des devises fortes, qui empêchent à leur tour la détérioration du riyal yéménite face au dollar », a-t-il précisé.

Cela stimulera le développement par la mise en œuvre de projets d'investissement qui avaient été interrompus à cause de la guerre, a fait savoir al-Wajihi.

Aimez-vous cet article?

3 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500

Le gouvernement a déclaré à nouveau que nous avons du pétrole et du gaz.

Répondre

A ceux qui recevront les salaires, à tous les employés ou aux employés des zones libérées seulement?

Répondre

Il est facile de parler, mais il est difficile de suivre l'action parce que le Yémen manque d'hommes d'État.

Répondre