Sécurité

Les réfugiés d'Alep au Liban réfléchissent à leur retour

Nohad Topalian à Beyrouth

image

Une vitrine froissée dans le quartier de Cheikh Saeed d'Alep située sur la rue. Malgré les dégâts et une trêve ténue, de nombreux résidents déplacés veulent retourner dans leurs foyers et leurs commerces dans la ville. [Photo fournie par Yamana Khatib]

Avec un cessez-le-feu fragile maintenant en vigueur, certains réfugiés syriens au Liban envisagent un retour à leurs maisons et à leur vie à Alep, tandis que d'autres disent qu'il faudra des années avant qu'ils puissent revenir.

Khouloud Yassin, une réfugiée syrienne qui vit dans le camp de la vallée de la Bekaa de Kfar Zabad, a déclaré que sa famille de cinq personnes envisage sérieusement retourner à Alep.

Ils attendent simplement que les travaux de reconstruction commencent dans leur quartier détruit et que l'eau et l'électricité soient restaurées, a-t-elle dit à Al-Mashareq.

"Nous vivons dans une tente depuis quatre ans, et depuis le début, nous avons anticipé notre retour à notre maison dans les quartiers orientaux d'Alep où son mari travaillait dans le secteur agricole, a-t-elle annoncé

Depuis que la famille a entendu qu'une trêve a été déclarée en Syrie , et a vu à la télévision des images du retour progressif de la vie à Alep, ils ont envisagé d'y rentrer.

"Nous discutons de cette question tous les jours et communiquons avec nos parents et voisins là-bas pour connaître la situation actuelle dans notre région, près du complexe résidentiel Hanano et l'état de notre maison", a déclaré Yassin.

Ses voisins d'Alep, cependant, qui ont déménagé dans une autre région puisque que les bâtiments dans leur quartier sont à risque d'effondrement après les attentats à la bombe, ont averti que sa famille devra obtenir un logement temporaire s'ils décident de revenir, dit-elle.

"Nous envisageons de demander à nos parents d'obtenir une résidence temporaire pour nous afin que nous puissions revenir le plus tôt possible, d'autant plus que la reconstruction a commencé à Alep", a-t-elle souligné.

"Nous voyons que la sécurité a été rétablie", a-t-elle ajouté, affirmant que les années de déplacement de sa famille au Liban ont été comme des éons." Une trêve est en vigueur et nous voulons vivre en paix".

"Il est vrai que certains des nécessités de vie ne sont pas maintenant disponibles à Alep, mais au moins nous retournerons dans notre pays et la ville dans laquelle nous avons vécu toute notre vie", a-t-elle dit.

L'est d'Alep revient à la vie

Ces derniers jours, depuis la trêve, des centaines de Syriens ont fait leur chemin vers l'est d'Alep pour commencer le travail lent de la reconstruction.

Des hommes ont été vus jetant des décombres dans la cour d'une auberge historique alors que les marchands se rassemblaient en bas pour surveiller la résurrection de leurs magasins touchés par la guerre dans les souks célèbres de la ville, a rapporté l'AFP.

Les commerçants sont revenus pour la première fois pour débarasser leurs quartier des débris laissés par des années de combats.

"J'étais si heureux de voir ma boutique encore debout au milieu des débris en dépit d'un peu de dégâts", explique Antoun Baqqal, 66 ans, l'un des commerçants de Khayr Beyk Khan.

Jeudi 26 janvier, des centaines d'hommes, de femmes et d'enfants ont pris un train à travers la ville alors que les services reprenent pour la première fois en quatre ans.

Il s'agit du premier voyage du train depuis que les combattants de l'opposition ont pris le contrôle de l'est d'Alep l'été 2012, ce qui a permis de diviser la ville du Nord en une partie occidentale détenue par le régime et une partie orientale contrôlée par l'opposition.

Un conducteur en veste de cuir a transporté les voitures pleines de la station de Jibreen dans les banlieues orientales de la ville vers la gare principale de Bagdad d'Alep.

En raison du conflit syrien, les services restent suspendus entre Alep et d'autres villes principales.

Najib Faris, chef de la compagnie de chemin de fer publique, a annoncé qu'il y aurait quatre voyages par jour entre les stations de Jibreen et de Bagdad pour servir jusqu'à 600 passagers par voyage.

'Le temps du retour est proche'

Jamal al-Jasser, un réfugié de Bab al-Nasr dans la vieille Alep qui vit maintenant dans la vallée de la Bekaa, au Liban, a déclaré à Al-Mashareq qu'il envisage envoyer sa femme et ses trois enfants à Alep lorsque la situation sera plus claire.

Il a dit qu'il continuerait à travailler au Liban pour gagner et leur envoyer de l'argent.

"Nous sommes fatigués d'être déplacés et de déménager de maison en maison quand les loyers sont élevés sur nous, sans parler des conditions de vie difficiles auxquelles nous faisons face", a-t-il dit.

"Je considère sérieusement le retour de ma famille à Alep comme une première étape après que je leur ai assuré une maison dans un quartier d'Alep, parce que notre maison est gravement endommagée, m'a-t-on dit, et elle est inhabitable".

"Ma femme peut gérer les affaires de la famille, car elle est originaire d'Alep et est très familière avec elle, et nous avons des parents qui sont restés là-bas et lui fourniront l'appui pendant que je reste au Liban pour travailler ", a dit al-Jasser.

Certaines de ses connaissances lui disent d'attendre avant d'agir sur sa décision, dit-il, "mais le temps de retour est proche, je pense, d'autant plus que la reconstruction est sur le point de commencer".

'La guerre n'est pas finie'

Cependant, tous les réfugiés syriens au Liban ne partagent pas le même optimisme.

"Même la pensée d'un retour est impossible dans un avenir prévisible", a déclaré Rouya Bayazid, un réfugié d'Alep qui vit maintenant au Mont Liban.

"Nous avons été déplacés il y a quatre ans à Dik el-Mehdi, où mon mari travaille dans une station d'eau".

En Syrie, dit-elle, son mari avait possédé son propre barbier.

"Le bâtiment dans lequel nous vivions est en danger d'effondrement", dit-elle, ce qui les a empêchés de revenir.

Malgré la trêve actuelle, la situation à Alep demeure incertaine, a-t-elle fait savoir.

"Aujourd'hui, nous demandons, ce que nous cache la période après la trêve? Y aura-t-il l'assurance de vivre en sécurité? a indiqué Bayazid: "La guerre n'est pas terminée en Syrie, ni à Alep".

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500