Analyse

Selon des rapports, les Houthis formés par le Hezbollah

Par Nohad Topalian à Beyrouth

image

Un homme marche dans la rue Mouawad, dans un quartier sud de Beyrouth. Plusieurs familles houthies habitent dans ce quartier, qui est un bastion du Hezbollah. [Al-Mashareq]

Il est probable que de récents rapports, indiquant que le Hezbollah, avec le soutien du Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI), entraîne des Houthis (Ansarallah) au Liban, aient raison, ont déclaré des experts à Al-Mashareq.

Le Hezbollah entraînait auparavant un grand nombre de Houthis dans la vallée de Bekaa au Liban, et dans la région d'al-Qalamoun en Syrie, ont-ils expliqué, et maintenant le parti se concentre sur la formation de combattants d'élite.

Ces forces d'élite entraîneront à leur tour des combattants au Yémen, ont-ils ajouté, notant que le Hezbollah et le CGRI disposent d'une présence notable dans ce pays .

Les quartiers sud de Beyrouth, fiefs traditionnels du Hezbollah, servent d'incubateur pour les Houthis et leurs organes de presse, ont-ils précisé.

Le 24 février, le gouvernement du Yémen a déclaré qu'il possédait des preuves physiques que « le Hezbollah entraîne des rebelles Houthis et combat à leurs côtés ».

« Ces preuves sont documentées et le Hezbollah ne peut pas nier le rôle qu'il joue dans la destruction à travers son soutien moral et logistique évident » aux Houthis, a indiqué le porte-parole du gouvernement, Rajeh Badi.

Plus tôt cette année, un commandant du Hezbollah a déclaré au Financial Times que les Houthis et le Hezbollah s'entraînaient ensemble depuis dix ans. « Ils s'entraînaient avec nous en Iran, puis nous les avons entraînés ici et au Yémen », a-t-il révélé.

Entraînement des Houthis

Dans un article du 6 octobre, le journal saoudien al-Watan a dévoilé qu'environ 10 000 Yéménites habitant les quartiers sud de Beyrouth sont équipés et organisés en prévision de leur incorporation à des camps d'entraînement supervisés par le CGRI.

Selon cet article, l'Iran a facilité le transfert de plusieurs Yéménites vers le Liban pour former le noyau d'une nouvelle force paramilitaire qui agira en Irak, en Syrie et au Yémen.

L'article a également indiqué qu'une « agence de renseignements » forte de 400 membres, dirigée depuis l'université de Sanaa au Yémen et comprenant des officiers de la Garde républicaine yéménite, avait été envoyée à l'étranger pour y être formée à des disciplines médiatiques.

Les Houthis ont aussi envoyé environ 3 600 personnes dans une académie de Téhéran affiliée avec l'agence de renseignements iranienne, sous la supervision du Hezbollah et d'officiers de la Garde républicaine yéménite, a indiqué l'article, et le général de brigade Ahmed Nasser Abdoullah Mousabi, directeur du Service de la sécurité nationale yéménite, ayant vérifié cette information.

Dans un article publié le 9 octobre, le journal saoudien Okaz a fait savoir que le CGRI supervise l'entraînement de combattants Houthis, estimé à 3 000, en Syrie et au Liban, le Hezbollah participant à l'entraînement dans deux camps près d'al-Qousayr en Syrie, et de Baalbek au Liban.

Parmi ces soldats en formation se trouve « un grand nombre d'étudiants yéménites qui étudiaient dans des universités syriennes et libanaises », a révélé l'article d'Okaz.

Entraînement spécialisé

« Précédemment, un grand nombre de Houthis étaient entraînés au Liban », a indiqué à Al-Mashareq un observateur du Hezbollah, qui a demandé à utiliser le pseudonyme « Mohammed », ajoutant que l'entraînement actuel est plus « qualitatif ».

Ce haut niveau d'entraînement est offert à moins de 50 éléments par formation, a-t-il déclaré, « après quoi ils reviennent au Yémen pour entraîner de nombreux Houthis ».

L'entraînement des Houthis au Liban n'est un secret pour personne, a-t-il ajouté.

« Le parti est capable de mener l'entraînement et le fait au Yémen, après avoir entraîné des instructeurs militaires Houthis au Liban », a-t-il indiqué.

Mohammed a confirmé la présence de familles et d'organes de presse Houthis dans les quartiers sud de Beyrouth, dont al-Masira TV, la voix des Houthis basée dans la rue Mouawad.

« Le parti préfère mener ses entraînements dans une zone spécifique difficile d'accès de la Bekaa », a-t-il déclaré.

Hassan Nasrallah, leader du Hezbollah, appelle régulièrement dans ses discours à soutenir les milices houthies, s'opposant à toute approche internationale qui les cible au Yémen.

Dans un récent discours donné à l'occasion de l'Achoura, Nasrallah a déclaré que la fête chiite se tiendra sous la bannière de la solidarité avec le Yémen.

« Les rassemblements de l'Achoura cette année devront porter le nom de solidarité et de soutien au peuple yéménite, son armée, ses groupes paramilitaires populaires et sa résistance », a-t-il ordonné.

Entraînement en Syrie, au Liban et au Yémen

« La véracité des rapports sur l'entraînement des Houthis par le Hezbollah ne peut pas être confirmée », a déclaré à Al-Mashareq le général de brigade Khalil al-Helou, président du mouvement Message du Liban et ancien officier militaire.

Cependant, a-t-il poursuivi, « plusieurs sources bien informées ont parlé d'entraînement des Houthis mené par le Hezbollah dans des camps de la région d'al-Qalamoun en Syrie, et une région de la Bekaa au Liban ».

La présence des entraîneurs du Hezbollah a également été observée au Yémen, a-t-il déclaré.

Selon ses propres recherches et la politique régionale de l'Iran, a-t-il indiqué, « en examinant les événements et la politique de l'Iran dans la région et son intervention en Syrie, au Yémen, au Bahreïn et au Liban , on peut constater qu'ils viennent du CGRI »

« Ainsi, tant que [le CGRI] dirige les opérations militaires dans plusieurs pays aux côtés du Hezbollah, les rumeurs d'entraînement des Houthis – quel que soit leur nombre – dans des zones libanaises ou syriennes sous contrôle du Hezbollah, sont probablement vraies », a-t-il dévoilé.

« Je ne peux pas ignorer le sujet, surtout car le parti ne le cache pas et que le CGRI ne camoufle pas son implication, et cela ne l'empêche pas de se vanter de sa quête pour étendre son influence vers la méditerranée, le Bahreïn et le Yémen », a-t-il déclaré.

« Dans le contexte des rumeurs concernant la présence d'éléments houthis bénéficiant d'entraînement au Liban, j'ai reçu des informations selon lesquelles, il y a un an de cela, certains d'entre eux ont reçu une formation à des armes spécifiques dans des centres [de formation] du Hezbollah », a indiqué Rouba Mounther, journaliste spécialisée dans les groupes terroristes et écrivant pour le journal al-Joumhouria.

« Aujourd'hui, le Hezbollah a des experts au Yémen, où eux et le CGRI entraînent les Houthis », a-t-elle ajouté.

Aimez-vous cet article?

18 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500

Allah est le partisan des vulnérables sur terre, et Il est contre l'arrogance. Cependant, les Juifs de Bani Khaybar et leurs alliés al-Saoud ne croient pas au Coran.

Répondre

La chose en commun entre les Houthis, le Hezbollah et l'Iran est l'appartenance sectaire [illisible] les Houthis adoptent l'idéologie de Jarudi qui est proche de l'Arian Athna Ashariyyah.

Répondre

Si ce que vous dites est vrai, ce serait le début du soulagement.

Répondre

Allah me suffit et Il est le meilleur des protecteurs ! Pas en Iran, pas au Liban ou chez le Hezbollah, mais par les traîtres yéménites qui se sont vendus aux Magiens.

Répondre

Que la paix soit sur Afash. À cette époque, il y avait un État et la loi. Mais les agents se sont révoltés contre lui pour satisfaire leurs maîtres. Le jour viendra où l'Arabie saoudite souhaitera avoir ce leader.

Répondre

Ce journal hypocrite al-Watan fausse toujours les choses. Allah, préserve le peuple du royaume et accorde la victoire à ses rois. Mokhtar al-Karmadi.

Répondre

Allah nous suffit ; Il est notre meilleur garant. Il réclamera vengeance d'eux.

Répondre

L'Arabie Saoudite vaincra les infidèles Arrafida.

Répondre

La fin de l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL), les milices houthis iraniennes et les milices de l'expulsé Ali Abdoullah Saleh Affash [illisible] dans notre cher Yémen est proche. La famille Al-Houthi et la famille Affash [illisible] seront jugées et les milliards et les propriétés volés seront restitués. Il n'y a pas d'espoir pour l'EIIL, la famille al-Houthi ou les milices de l'expulsé Ali Abdoullah Saleh Affash [illisible] dans le cher Yémen.

Répondre

Cependant, il est permis à Israël et l'Amérique d'entraîner l'armée saoudienne, et la preuve est leur fuite des fronts comme des femmes.

Répondre

Tous les types de médias appartiennent aux Etats qui combattent le Yémen. Comment pouvons-nous croire ce qu'ils écrivent?

Répondre

Allah protègera sa religion. Nous n'en doutions pas. Cependant, les gens de l'Islam ont été en proie à des rats de Khomeiny, y compris les rafida et d'autres. Il n'y a pas d'autre Dieu qu'Allah! Khomeini a menti à Allah. Il n'y a pas d'autre Dieu qu'Allah! Puisse Allah damn Khomeini!

Répondre

Les Houthis, l'Iran et le Hezbollah au Liban sont un outil pour la destruction de l'islam ; ce sont les partisans de ceux qui veulent faire mal à l'Islam.

Répondre

Ô, Allah, détruit l'Iran, les Houthis et tous les tueurs !

Répondre

Allez au diable, fils d'Omeyyade! Nous vous purifierons de nos propres mains, les mains des Houthis!

Répondre

Vous êtes censés vérifier l'information pour qu'elle soit plus acceptable et que les analystes, les journalistes et les médias puissent l'utiliser.

Répondre

Qu'Allah protège le Yémen !

Répondre

Qu'Allah protège Nasrallah et l'Iran et les rende victorieux dans tous les champs du djihad, si Allah le veut !

Répondre