Terrorisme

Hezbollah: Outil d'expansion iranienne au Liban

Jounaid Salman à Beyrouth

image

Des combattants iraniens soutenus par le Hezbollah marchent dans un défilé militaire à Beyrouth. [Al-Mashareq]

L'ingérence iranienne dans les affaires intérieures libanaises par son mandataire le Hezbollah fait partie d'un projet de longue date visant à étendre l'influence de l'Iran dans la région, ont déclaré des analystes politiques à Al-Mashareq.

Depuis le déclenchement de la révolution islamique en 1979, le régime iranien a cherché à étendre son influence en soutenant les groupes de proxy, avec un certain nombre de responsables iraniens influents confirmant clairement l'intention du "projet iranien".

"L'Iran a effectivement le contrôle de quatre capitales arabes", dit l'ex-ministre iranien de renseignements Heydar Moslehi en Avril 2015, en notant que "la révolution iranienne ne connaît pas de frontières".

Le mois précédent, le commandant adjoint du corps des gardiens de la révolution islamique iranienne (CGRI) le général Hossein Salami a révélé que "les responsables iraniens ne s'attendaient pas à une telle propagation transfrontalière rapide de la révolution islamique".

Un mois auparavant, le commandant adjoint de la Force d'élite Qods qui fait partie du CGRI le général de division Esmail Qaani avait dit que "l'Iran continue de conquérir des pays dans la région".

"La république islamique a commencé à prendre le contrôle de l'Afghanistan, l'Irak, la Syrie, la Palestine, et elle étend aujourd'hui son influence dans les autres pays de la région", a-t-il dit.

Beaucoup considèrent que le Liban la première étape du "projet iranien" en raison de la création du Hezbollah qui déclare ouvertement qu'il soutient la Wilayat d'al-Faqih, une doctrine qui prône un système politique fondé sur la tutelle d'un guide, disent les analystes.

Rifi : le Liban souffre d'interférences du Hezbollah

"Le projet de l'Iran est évident et il est fondé sur l'ingérence dans les affaires intérieures de l'Etat et l'établissement de centres d'influence en sa faveur en armant des milices et en sapant la stabilité interne des pays arabes en prélude à la prise de contrôle de ces pays", a indiqué le ministre de la Justice libanais Achraf Rifi dans une déclaration à Al-Mashareq.

La meilleure preuve de cela, a-t-il dit, est l'investissement de l'Iran dans l'armement de groupes tels que les Houthis, membres d’Ansarullah au Yémen et le Hezbollah au Liban, ainsi que des groupes en Irak et en Syrie.

"Ils ont déclaré, à travers certains de leurs dirigeants, qu'ils contrôlent quatre capitales arabes, et la preuve se renforce tous les jours que l'Iran cherche à pénétrer profondément dans le [monde] arabe au moyen de groupes qui le soutiennent ", a-t-il souligné.

Le Liban souffre de ce projet d'expansion à travers le Hezbollah, dit Rifi, "qui est financé par l'Iran" et que l'Iran utilise comme un outil pour faire avancer ses propres intérêts dans la région.

La preuve en est que l'Iran "l'a poussé à se battre en Syrie", a-t-il affirmé, ajoutant qu'il rejette cette tentative d'impliquer le Liban dans les guerres dans lesquelles il n'a pas d'intérêt.

Le Hezbollah "utilise des menaces" pour empêcher la convocation d'une session parlementaire pour élire un nouveau président libanais, a-t-il fait savoir, dans ce qu'on peut qualifier de mesure qui a créé un vide de pouvoir et paralyse les institutions du pays.

La nomination du président du bloc du Changement et Réforme, le député libanais Michel Aoun, et celle du député libanais Soleiman Frangieh ont été rejetées parce qu'elles sont une extension du projet du Hezbollah qui menace l'Etat, dit-il.

Le Hezbollah n'est "pas compatible" avec l'Etat libanais

"Le projet iranien est incapable de présenter un véritable modèle d'Etat, et a échoué en Irak à établir un modèle d'Etat qu'il puisse présenter au monde", a déclaré l'analyste politique Ali al-Amine à Al-Mashareq.

"Le problème du Liban aujourd'hui, qui souffre de l'impact de ce projet, est plus grave que l'élection d'un président de la république et ne sera pas résolu dans un avenir prévisible", a-t-il dit.

Il a décrit ce problème par le fait que le "refus du Hezbollah de reconnaître le principe de l'existence de l'Etat et de se conformer à sa constitution".

Le Hezbollah "n'est pas compatible avec l'Etat et évite de résoudre ce dilemme tout en l'exacerbant", a ajouté al-Amine.

Le parti a commencé par l'étiquetage de l'État libanais comme étant un régime infidèle, dit-il, puis il est entré au parlement après avoir reçu l'approbation de le faire à travers une fatwa du chef suprême de l'Iran Ali Khamenei en 1992.

Al-Amine a déclaré que la menace la plus grave que cela pose est "qu'un parti libanais doit obtenir l'approbation d'un dirigeant dans un autre pays".

Bien que le modèle du Hezbollah est incompatible avec l'Etat, a-t-il ajouté, il se propage à d'autres pays de la région, du Yémen à l'Irak et au-delà, dans le but de saper "les projets nationaux de ces pays".

L'Iran aspire à s'étendre au-delà de ses frontières actuelles en se fondant sur des groupes puissants comme les Houthis et le Hezbollah, a affirmé l'analyste politique George Chahine à Al-Mashareq.

De cette façon, dit-il, l'Iran peut prétendre qu'il ne s'ingère pas dans les affaires des autres Etats car il repose sur le rôle et l'influence des groupes politiques et sectaires dans ces pays.

Aimez-vous cet article?

4 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500

Que recherche l'Iran dans d'autres pays ? Lorsqu'un gouvernement compte sur son propre peuple et reçoit sa légitimité de leurs votes, il en aura inévitablement après ses intérêts nationaux. En fait, son unique priorité sera ses intérêts nationaux. Au contraire, lorsqu'un gouvernement et un État ne dépendent pas de leur peuple et ne reçoivent pas la légitimité en fonction de leurs votes, il est normal qu'ils ne soient pas intéressés par la défense des intérêts nationaux, et au lieu de cela chercheront l'expansion et la conquête, ainsi que la création de guerres dans d'autres pays. Ainsi, ils réprimeront les demandes légitimes de leur propre peuple, les privant de liberté, de justice, de prospérité et de progrès. En créant des guerres dans d'autres pays, le régime iranien cherche à ignorer et réprimer les demandes nationales de l'Iran pour la liberté et la justice. C'est pour cette raison que le régime iranien veut élargir ses territoires ainsi que son influence dans la région. Selon moi, le plan pour unifier l'Irak et le Koweït est un moyen de libérer l'Irak de l'influence de l'Iran, de la Turquie, de l'Arabie saoudite, et mettre fin à leur ingérence incessante dans ce pays. Suite au détachement du Koweït de l'Irak, la carte géographique de l'Irak a été dessinée par les forces coloniales britanniques afin que ce pays souffre d'une impasse géographique. La solution à cette impasse est l'unification de l'Irak et du Koweït. En fait, le plan d'unification de l'Irak et du Koweït peu

Répondre

Les Mercenaires d'Al Saud parlent de Hezbollah? Où étiez-vous quand le sud du Liban a été occupé par les sionistes? Vous nous avez donné des maux de tête, en disant que l'Iran contrôle quatre capitales arabes! Qu'en est-il des autres capitales, qui les contrôlent? Qui contrôle al-Qods, la sirène des capitales? Vive Vive l'Iran et le Hezbollah!

Répondre

Et vous, les Arabes, que faites-vous ? Quel est votre projet pour la région ? Ayez un projet comme l'Iran, et arrêtez.

Répondre

Vous êtes les petits-enfants des singes et des porcs. Vous êtes les Bédouins d'al-Jazira hébreuse et arabisée. Nous décidons de l'avenir du Liban, et l'Iran va bientôt occuper votre pays et vous en tant que princes et rois deviendrez des esclaves. Par Allah, nous allons vous humilier.

Répondre