Terrorisme

Le Bahreïn cherche l'unité du CCG pour mettre fin à l'ingérence iranienne

Par Mohammed al-Jayyousi à Manama

image

Le ministre des Affaires étrangères Cheikh Khalid ben Ahmed Al Khalifa prononce un discours au nom du Bahreïn devant l'assemblée générale de l'ONU à New York le 26 septembre. [Photo fournie par le ministère des Affaires étrangères du Bahreïn]

Mentionnant l'augmentation de l'ingérence iranienne dans les affaires du Conseil de coopération du Golfe (CCG), des responsables bahreïniens appellent les états du CCG à unir leurs efforts pour repousser les tentatives de l'Iran visant à miner la sécurité et la stabilité de la région.

« L'ingérence iranienne est devenue plus explicite et plus flagrante, à travers les déclarations hostiles envers le Bahreïn faites par des responsables supérieurs iraniens jouant délibérément la carte sectaire », a indiqué le ministre de l'Intérieur du Bahreïn, le lieutenant général Cheikh Rashid ben Abdoullah Al Khalifa lors d'une réunion avec des représentants d'organisations de la société civile le 29 septembre.

« Ces tentatives désespérées ne saperont pas l'unité nationale », a-t-il affirmé.

Il y a eu 124 déclarations iraniennes hostiles envers le Bahreïn entre janvier et août, selon le ministère de l'Intérieur.

« Sans parler de l'accueil de personnes recherchées, et des opérations de planification, d'instigation et d'entraînement, ainsi que de la contrebande d'armes et d'explosifs, et le financement que ces activités requièrent », a-t-il ajouté.

Le 26 septembre, le ministre bahreïnien des Affaires étrangères, Cheikh Khalid ben Ahmed Al Khalifa, a fait un discours devant l'assemblée générale de l'ONU à New York dans lequel il a critiqué l'Iran pour son « discours sectaire irresponsable » et « les dégâts faits à nos relations bilatérales et collectives avec ce pays ».

« Nous sommes toujours confrontés aux tentatives de l'Iran de mettre en danger notre sécurité et notre paix sociale à travers son soutien aux groupes et milices affiliés à lui, comme le terroriste [groupe au Liban] du Hezbollah et autres rejetons du Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI) », a-t-il déclaré dans son discours.

Il a exhorté l'Iran à « changer profondément sa politique étrangère, à mettre un terme à sa politique hostile et à faire preuve d'une attitude ouverte envers nos pays, permettant ainsi à la région d'entrer dans une nouvelle ère de stabilité et de développement ».

L'ingérence du gouvernement iranien dans les affaires des pays du CCG a atteint ses limites, a déclaré Khamis al-Roumaihi, membre du Conseil consultatif du Bahreïn.

« Les autorités iraniennes doivent bien comprendre que leur contrôle sur certains pays arabes ne durera pas éternellement », a-t-il expliqué à Al-Mashareq.

« Les six États du Golfe et un grand nombre de pays arabes et islamiques sont conscients des menaces que posent Téhéran et ses ambitions de domination régionale, et nous avons les moyens de repousser toute interférence iranienne dans la région », a-t-il poursuivi. « Peu importe à quel point l'Iran tente d'interférer, il échouera de façon certaine. »

La question a également été soulevée lors du 13e sommet de l'Organisation de la coopération islamique (OCI) qui s'est tenu en avril à Istanbul.

Dans son dernier communiqué, la conférence « a déploré l'ingérence de l'Iran dans les affaires internes » des États membres du CCG et d'autres dans la région, « et son soutien continu au terrorisme ».

Répandre le désaccord dans la région

Salman Naser, directeur du Groupe des militants des droits de l'Homme du Bahreïn, a déclaré que la constitution de l'Iran autorisait les pires actes sectaires et les pratiques les plus extrémistes.

« La [doctrine] Wilayat al-Faqih a entrepris l'oppression du peuple iranien et s'acharne à placer des milices armées et à les soutenir pour déstabiliser la sécurité de la région, en particulier dans la région du Golfe, et surtout au Bahreïn », a-t-il déclaré à Al-Mashareq. « L'Iran joue la carte sectaire, surtout depuis que le fait que des cellules terroristes [soutenues par l'Iran] ont été découvertes au Bahreïn, en Arabie saoudite et au Koweït ».

Nasser a déclaré qu'il était devenu évident pour le monde entier que « le régime iranien n'est pas fondé sur de bonnes relations diplomatiques et de voisinage ».

« Il est plutôt basé sur l'alimentation du sectarisme, la propagation de la mésentente et de l'extrémisme, et l'incitation au conflit entre les peuples », a-t-il affirmé.

Il a indiqué plusieurs exemples, notamment au Liban, où l'Iran « a placé le Hezbollah comme un État dans l'État », et au Yémen « avec le rôle des Houthis et leur tentative de phagocyter l'État yéménite ».

Aimez-vous cet article?

2 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500

L'Iran viendra à vous pour voir si l'Amérique peut vous protéger.

Répondre

Vous avez trop diffamé l'Iran comme si vous dites à l'Iran d'occuper rapidement toute la région du Golfe. Cela aura lieu très bientôt, et nous allons voir ce que vous pouvez faire, vous rats!

Répondre