Terrorisme

Les éléments de l'EIIL fuient Ain al-Hilweh et changent leur allégeance à Fatah al-Sham

Nohad Topalian à Beyrouth

image

Des soldats de l'armée libanaise à l'entrée du quartier al-Tawari à Ain al-Hilweh près de la ville portuaire de Sidon au sud du Liban. [Al-Mashareq]

A la suite de l'arrestation de l'agent de "l'Etat islamique en Irak et au Levant" (EIIL) Imad Yassine dans le camp de réfugiés palestiniens d'Ain al-Hilweh près de Sidon, les partisans de Yassine ont prêté allégeance au Front de Fatah al-Sham, anciennement connu sous le nom de Front al-Nosra (FAN), ont signalé les médias locaux et les analystes de sécurité.

L'armée libanaise est entrée dans le camp le 22 Septembre pour arrêter Yassine, qui aurait reçu des ordres du chef des opérations étrangères de l'EIIL Abou Khaled al-Iraqi et avait l'intention de mener de grands attentats au Liban.

L'EIIL fuit le camp

Selon les médias libanais locaux, les rapports de sécurité d'Ain al-Hilweh ont indiqué que, après l'arrestation de Yassine, les membres de son groupe et ses alliés se sont précipités à "abandonner leurs maisons au milieu d'un effondrement dans les rangs de ceux qui avaient prêté allégeance à l'EIIL dans le camp et suivi Yassine".

"Des sources militaires ont comparé la scène à une situation similaire qui a eu lieu dans la ville d'Arsal sur la frontière nord-est, lorsque l'armée libanaise a lourdement bombardé les militants de l'EIIL dans la zone des opérations aériennes et terrestres qui ont forcé les militants à changer d'allégeance au FAN", a rapporté le journal Annahar le 27 Septembre.

L'agence de presse centrale Al-Markaziya a également confirmé le rapport.

"Après que la Direction des renseignements de l'armée a arrêté le cerveau de l'EIIL dans le camp de réfugiés d'Ain al-Hilweh Imad Yassine, des groupes takfiristes dans le camp se sont éloignés du quartier al-Tawari [où Yassine a été arrêté] et du point de contrôle de l'armée libanaise, cherchant refuge dans les quartiers les plus éloignés de peur d'être arrêtés", a-t-il indiqué.

L'agence a déclaré que les terroristes "ont recours à des déguisements pour dissimuler leur véritable identité, alors que certains souffrent de dépressions nerveuses".

L'argent change les djihadistes

L'arrestation de Yassine a incité un certain nombre d'éléments à fuir le camp la nuit et rejoindre le Front de Fatah al-Sham et d'autres groupes terroristes étant donné que ses partisans "sont mal vus dans le camp", a déclaré l'analyste stratégique militaire le général de brigade Naji Malaeb, un officier libanais à la retraite.

"Ces [éléments] sont un produit qui peut être acheté et vendu par des groupes extrémistes islamistes et des organisations qui paient le prix", a-t-il déclaré à Al-Mashareq. "Actuellement, le groupe le plus proche [d'eux ] est le Front de Fatah al-Sham / FAN, car il semble qu'ils se dirigent pour combattre dans ses rangs en Syrie".

Ils ont "fuient avec des cartes d'identité falsifiées et des déguisements à l'aide de réseaux de contrebande qui sont mis en place à cette fin", a-t-il dit.

Alors que l'armée resserre son emprise sur le camp d'Ain al-Hilweh, Malaeb prédit que plus de partisans de Yassine vont tenter de fuir.

"Il est devenu très clair de la coordination établie entre les forces de sécurité libanaises et les factions palestiniennes [dans le camp] que la présence d'extrémistes islamistes à Ain al-Hilweh crée un malaise, et par conséquent, il est dans l'intérêt des Palestiniens de livrer ces [éléments] qui cherchent refuge dans le camp", a-t-il expliqué.

Les extrémistes ont trouvé refuge dans un camp dans le quartier al-Tawari, qui se compose de quatre bâtiments seulement fréquentés par des extrémistes et des fugitifs recherchés, a indiqué Malaeb.

"L'extrémisme se développe dans ce [quartier], tandis que le camp principal de réfugiés d'Ain al-Hilweh est en aucune façon un environnement d'incubation de ces terroristes, qui se trouvent aujourd'hui eux-mêmes exposés à la suite de l'arrestation d'Imad Yassine", a-t-il dit.

Perte de protection

Chaque fois qu'une figure majeure de l'EIIL est arrêtée au Liban, les éléments affiliés avec lui se dispersent et prennent la fuite, dit l'officier à la retraite de l'armée libanaise le général de brigade Hisham Jaber, chef du Centre du Moyen-Orient pour les études stratégiques.

"Après l'arrestation de Yassine, ses partisans ont senti qu'ils n'étaient plus protégés et sont devenus anxieux, et cela les pousse à fuir et rejoindre d'autres groupes qui leur fournissent une protection", a-t-il déclaré à Al-Mashareq.

Jaber a mis en garde contre l'anticipation de la fuite de tous les éléments extrémistes du camp pour rejoindre le Front de Fatah al-Sham parce que "quelqu'un va prendre le relais pour Imad Yassine après son arrestation".

Les éléments de l'EIIL dans le camp ont perdu leur housse de protection avec l'arrestation de Yassine, a souligné à Al-Mashareq l'analyste politique George Shaheen.

En outre, la direction palestinienne dans le camp a clairement affirmé qu'ils coopéreront avec les agences de sécurité libanaises pour maintenir la sécurité, y compris la livraison des terroristes connus, a-t-il dit.

Tous ces facteurs conduisent les adeptes de Yassine à fuir, affirme-t-il.

Quant à leur destination, dit Shaheen, "Ils ne se soucient pas de leur destination, que ce soit un autre emplacement avec l'EIIL ou avec le Fatah al-Sham, car ils ne sont pas du type doctrinal et cherchent seulement celui qui paie".

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500