Terrorisme

L'Arabie saoudite démantèle des cellules libres de l'EIIL

Par Sultan al-Barei à Riyad

image

Les autorités saoudiennes ont arrêté les membres de trois cellules libres liées à « l'État islamique en Irak et au Levant » qui prévoyait de perpétrer des attaques dans le royaume, et ont saisi des explosifs trouvés en leur possession. [Photo fournie par la Saudi Press Agency]

Les forces de sécurité saoudiennes ont récemment démantelé un réseau terroriste de « l'État islamique en Irak et au Levant » (EIIL) composé de trois cellules libres qui prévoyaient de mener des attaques contre des cibles civiles et militaires dans le royaume, ont indiqué les autorités.

Ces arrestations ont été l'aboutissement d'une complexe enquête de sécurité qui a duré plusieurs mois, a déclaré le ministère de l'Intérieur dans un communiqué publié le 19 septembre sur ses pages officielles de réseaux sociaux.

Le réseau démantelé comprenait un total de 17 membres, dont un Yéménite, un Palestinien et un Égyptien. L'une des personnes arrêtées est une femme.

Ces cellules prévoyaient de s'en prendre à des citoyens, des figures religieuses, du personnel de sécurité, et des installations militaires et économiques, a précisé le communiqué, et avaient fourni « un soutien médiatique et électronique à l'EIIL et avait communiqué avec ses éléments à l'étranger ».

Les autorités ont saisi « des engins explosifs improvisés (EEI), des ceintures d'explosifs prêtes à exploser, des coudes métalliques utilisés comme EEI, des armes automatiques, des silencieux et des munitions », a précisé Mansour al-Tourki, porte-parole du ministère de l'Intérieur.

Ils ont également confisqué plus de 600 000 riyals (160 000 dollars), a-t-il ajouté.

Al-Tourki a déclaré que parmi les cibles visées se trouvaient la ville d'entraînement de la Sécurité publique, des installations de la Garde nationale, des sites religieux dans la région d'al-Ahsa, et un oléoduc qui passe près de la zone de Dawadmi et relie l'est et l'ouest du royaume.

Opération « qualitative »

« Les cellules libres sont des cellules terroristes fermées et secrètes qui sont comme des groupes séparés d'individus liés aux chefs, où les membres d'une cellule ne se connaissent pas entre eux et ne connaissent pas les membres d'autres cellules », a expliqué le général de division Mansour al-Shehri, officier à la retraite de l'armée saoudienne et attaché militaire.

Les chefs eux-mêmes ne se connaissent pas les uns les autres et ne sont liés que par les dirigeants externes qui leur assignent des tâches, a-t-il indiqué à Al-Mashareq, ce qui explique pourquoi la découverte de ces groupes est l'une des opérations de sécurité les plus difficiles.

Ce type d'opération exige un important travail de renseignements et de surveillance, a-t-il ajouté.

Démanteler plusieurs cellules libres en même temps est un « succès qualitatif » de la part de la Direction saoudienne des renseignements, a-t-il noté, et prouve la bonne capacité de surveillance des agences de sécurité.

« Mettre à jour ces groupes terroristes à épargner au royaume d'énormes pertes en vies et en biens », a affirmé Fadel al-Hindi, superviseur au Centre de recherche en sciences sociales et humaines de l'université du roi Abdoulaziz.

Les attaques planifiées visaient « tout type d'installations, militaire comme civile », a-t-il déclaré à Al-Mashareq, ajoutant que le seul but du réseau était de verser le sang et de causer la terreur.

Le fait de cibler des sites religieux, des centres d'entraînement des recrues de la sécurité publique et des zones résidentielles où vivent des centaines de personnes, prouve à nouveau que ces cellules sont partisanes de l'idéologie terroriste, a-t-il ajouté.

Il était évident que « les terroristes prévoyaient également de frapper l'économie du royaume en s'attaquant à l'oléoduc de la région de Dawadmi », a-t-il indiqué.

« C'est un pipeline central qui relie les oléoducs de l'est et de l'ouest du pays et qui a une capacité d'au moins sept millions de barils de pétrole », a-t-il déclaré.

Une attaque sur cet oléoduc causerait « d'énormes pertes », a-t-il affirmé.

Lutte contre la cybercriminalité

Certains des membres des cellules ont été accusés de mener « des activités de cybercriminalité pour le compte de l'EIIL », a précisé le colonel saoudien Jamal al-Noukhaifi à Al-Mashareq.

« Démanteler ces cellules est une étape importante et proactive dans la lutte contre le cyberterrorisme dans le royaume », a-t-il déclaré, en particulier car les communications en ligne sont l'un des conduits majeurs du groupe, et son principal outil de communication avec « les jeunes égarés qui tombent dans le piège de ses idées ».

Découvrir ce réseau de l'EIIL « est une indication du succès des autorités dans la surveillance et la traque des terroristes », a affirmé al-Noukhaifi.

« C'est une étape très importante vers le siège des terroristes qui disséminent leurs idées grâce au recrutement sur internet », a-t-il ajouté.

Al-Noukhaifi a déclaré que le succès de cette opération devrait servir de dissuasion majeure pour tous les jeunes du royaume ou de la région qui pourraient être tentés de faire la promotion du groupe, ou de sympathiser avec lui.

Aimez-vous cet article?

1 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500

Ô, Allah, protège le pays des deux mosquées sacrées contre le terrorisme et les terroristes, et épargne le sang des musulmans !

Répondre