Réfugiés

Les Jordaniens partagent les dons de l'Aïd avec les réfugiés syriens

Mohammed Ghazal à Amman

image

Les travailleurs de l'organisme de bienfaisance Tkiyet Oum Ali distribuent de la nourriture aux réfugiés dans le nord de la Jordanie lors de l'Aïd al-Adha. [Photo de Tkiyet Oum Ali]

Les réfugiés syriens vivant dans le camp tentaculaire Zaatari et ses alentours en Jordanie ont bénéficié de la générosité de leur communauté d'accueil jordanienne pendant l'Aïd al-Adha la semaine dernière, quand une grande quantité de viande provenant d'animaux sacrificiels a été livré au camp.

Les communautés environnantes du camp ont partagé la viande avec leurs voisins syriens pendant la fête chaque année depuis la création du camp.

Mais la quantité de viande distribuée cette année a considérablement augmenté par rapport à ces dernières années, a déclaré le chef de la municipalité d'al Zaatari Abdoul-Karim al-Khalidi à Al-Mashareq.

"Etant donné que les réfugiés syriens vivent dans des conditions difficiles, il est d'usage, depuis leur arrivée au camp en 2012, qu'une grande partie des animaux sacrificiels y est distribuée", a-t-il dit.

De nombreux organismes de bienfaisance et des personnes disposant de moyens dans la région distribuent de la viande provenant du bétail sacrificiel pour les pauvres, y compris les résidents du camp de réfugiés local qui accueille plus de 80 000 Syriens, affirme-t-il.

"Les réfugiés sont devenus une partie intégrante de la communauté ici, et les gens ont beaucoup de compassion envers eux et sympathisent avec eux", a-t-il fait savoir, ajoutant que les résidents étaient impatients de partager leur joie avec les réfugiés à travers la distribution des animaux de sacrifice pendant l'Aïd.

La municipalité a préparé de nombreux endroits dédiés aux rites de l'Aïd, afin de faciliter l'abattage des animaux sacrificiels et contribuer à assurer la propreté du processus, a souligné al-Khalidi.

Le prix du bétail se situait entre 120 et 200 dinars jordaniens (170 $ à 282 $), a-t-il dit.

La viande est un luxe dans le camp

De nombreux résidents de Zaatari ont déclaré à Al-Mashareq qu'ils étaient reconnaissants envers les organismes de bienfaisance et les personnes qui ont fait des dons et distribué de la viande entre eux pendant la fête.

"Mes enfants éprouvaient une grande joie quand je préparais leur plat de viande et de riz préféré le troisième jour de l'Aïd", a déclaré Amal Salloum, mère de quatre qui vit dans le camp depuis 2012.

"L'aide que nous recevons régulièrement de l'ONU et le soutien des entités ne suffit que pour acheter les besoins de base comme le riz et les légumes", a-t-elle dit à Al-Mashareq.

Salloum achète la viande seulement quand elle quitte le camp pour travailler dans les fermes voisines où elle gagne un salaire journalier d'un maximum de cinq dinars (7 $) lorsque le travail est disponible, précise-t-elle.

Les réfugiés syriens sont tristes de passer un autre Aïd loin de leur pays, a déclaré Abdoullah Hraki, un résident du camp de Zaatari qui vit dans le camp avec sa femme, cinq enfants et sa mère.

Pourtant, "nous sentons un accueil chaleureux ici et de nombreuses familles nous montrent leur sympathie", a-t-déclaré à Al-Mashareq.

"Recevoir le sacrifice spécifiquement pendant l'Aïd nous apporte beaucoup de plaisir", a-t-il ajouté. "Nous, en tant que parents, remercions tous ceux qui nous ont aidés et partagés la joie de l'Aïd".

Partager avec les plus nécessiteux

Lorsque les réfugiés syriens ont commencé à arriver dans le camp, les Jordaniens locaux se sont mis à leur offrir une partie de la viande sacrificielle de l'Aïd, a déclaré la résident de Mafraq et propriétaire d'un supermarché Machoor al-Jabour.

"Je sacrifie chaque année, et je ne considère pas que la joie est complète que lorsque je partage avec les pauvres et les nécessiteux", a-t-il dit.

"Nos frères et sœurs, les réfugiés syriens, sont le plus dans le besoin d'aide, et il est un bon sentiment de partager la joie de l'Aïd avec eux", a-t-il ajouté.

En plus des grandes quantités de viande distribuée à l'intérieur de Zaatari, dit al-Jabour, de plus grandes quantités ont également été distribuées aux réfugiés vivant à l'extérieur du camp dans le gouvernorat de Mafraq.

Aimez-vous cet article?

1 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500

Puisse Allah les soulager!

Répondre