Terrorisme

Les clercs égyptiens disent que l'attaque sur Gomaa va se retourner contre les extrémistes

Walid Abou al-Khair au Caire

image

Cheikh Ali Gomaa, ex-Grand Mufti d'Egypte, a survécu à une tentative d'assassinat le 5 août. [Photo de la page Facebook de cheikh Ali Gomaa]

La tentative d'assassinat de l'ancien Grand Mufti d'Egypte cheikh Ali Gomaa plus tôt ce mois-ci était presque certainement une réaction à ses positions et fatwas toujours modérés contrant l'idéologie extrémiste, ont déclaré des clercs à Al-Mashareq.

Gomaa, membre du Conseil des Oulémas qui avait servi en tant que Grand Mufti de 2003 à 2013, a été la cible d'une attaque le 5 août à l'entrée de la mosquée d'al-Fadel dans la ville de 6 Octobre, où il devait diriger la prière du vendredi.

Aucun groupe n'a encore revendiqué la responsabilité de l'attaque.

Gomaa est sorti indemne, mais l'un de ses gardes du corps a été blessé. Malgré la tentative sur sa vie, il s'est rendu à la mosquée pour délivrer le sermon du vendredi.

"J'ai envoyé un message dans mon sermon du vendredi à ces terroristes que je ne serai jamais vaciller dans le combat contre eux jusqu'au jour où je mourrai, et je demandais à Dieu que je meure en martyr", a déclaré Gomaa sur les médias sociaux.

"Ces terroristes seront vaincus idéologiquement si nous restons sur le droit chemin, car ils ont trompé les gens, ils ont déformé et mal appliqué les textes", a-t-il souligné.

"Les clercs doivent être à l'avant-garde de [la diffusion] de l'interprétation et l'application correctes [des textes religieux], et si nous parvenons à cette tâche, cela nous permettra d'éliminer ces [terroristes]", a déclaré Gomaa.

Condamnation généralisée

Un nombre d'institutions et de dirigeants ont condamné la tentative d'assassinat.

Dans une déclaration, le Conseil des Oulémas a affirmé qu'il "condamne cet acte terroriste odieux", affirmant que "ces tentatives désespérées ne pourront intimider les érudits fermes ou les dissuader d'accomplir leur noble mission".

Al-Azhar restera un "rempart pour l'Egypte, la Oumma (nation islamique) et le monde entier contre les idées extrémistes", ajoute le communiqué.

Le cabinet égyptien a également condamné l'attaque sur Gomaa.

"Cet incident ignoble a tenté, avec une extrême traîtrise, de porter atteinte à l'un des piliers et des figures brillantes de ce pays qui prennent toujours sur eux la responsabilité d'exposer l'ignorance des tenants de l'extrémisme et de la violence", a déclaré le gouvernement dans un communiqué.

La tentative sur la vie de Gomaa est très grave, a indiqué le membres du Conseil de Oulémas Ahmed Hachim dans une entrevue avec Al-Mashreq, car les érudits religieux occupent une position élevée dans l'Islam.

Gomaa est un fin lettré et un fervent loyaliste de la défense de l'Islam, a-t-il précisé, ajoutant que la tentative d'assassinat est un crime dans tous les sens du mot.

La tentative va retourner contre les extrémistes

Gomaa est connu pour sa modération, son centrisme et son rejet des idées extrémistes, et aussi pour son impact constant sur les groupes terroristes et leurs fatwas takfiristes, a déclaré l'érudit d'Al-Azhar cheikh Mahmoud Abdel-Saadi.

Les apparitions régulières de l'ancien Grand Mufti dans les médias et lors d'événements publics lui ont valu une base populaire, a-t-il dit, et par conséquent son influence a convaincu les groupes terroriste qu'il était impératif de le faire taire.

La tentative d'assassinat aura un effet inverse à celui prévu par les terroristes, a dit Abdel-Saadi, étant donné que plus de gens vont se rallier autour de clercs modérés maintenant que leurs positions ont été validées.

L'insistance de Gomaa sur la prestation du sermon du vendredi après l'incident était un message fort contre le terrorisme, a-t-il ajouté, et les fidèles ont fait leur part en rejetant l'attaque en assistant en grand nombre à la prière du vendredi.

La tentative sur la vie de Gomaa confirme que le chemin emprunté par les institutions religieuses en Egypte, en particulier Al-Azhar, est le chemin correct, en ce qui concerne l'affrontement de l'extrémisme et la correction des idées fausses sur l'islam, a déclaré Abdoul Nabi Bakkar, chercheur politique et professeur à la faculté de la charia et du droit à l'université d'Al-Azhar.

Le discours religieux actuel est destiné aux jeunes afin de les mettre en garde contre le piège de la désinformation dans le cadre d'une bataille idéologique pour éradiquer le terrorisme, a-t-il souligné dans sa déclaration à Al-Mashreq.

Bakkar a également affirmé que la tentative d'assassinat pourrait être une réponse aux pertes subies par les groupes extrémistes en Egypte, car ces groupes souffrent de défaites ainsi qu'un rejet public total de leurs idées terroristes et takfiristes.

Aimez-vous cet article?

1 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500

Ô, Allah, guide la jeunesse musulmane !

Répondre