Terrorisme

L'EIIL enlève 900 civils dans le nord de la Syrie

Par Waleed Abu al-Khair au Caire

image

Des familles fuyant al-Bab vers Afrin s'abritent dans des tentes sur les plaines après que « l'État islamique en Irak et au Levant » ait enlevé 900 résidents de la ville. [Photo fournie par Azad Dudeki]

Depuis le début de l'offensive militaire pour la reprise de la ville syrienne de Manbij à « l'État islamique en Irak et au Levant » (EIIL), le groupe a enlevé environ 900 résidents d'al-Bab, dans la province d'Alep, et en a tué au moins 150 autres.

Les enlèvements ont débuté en juin lorsque les Forces démocratiques syriennes (FDS), une alliance arabo-kurde de l'opposition appuyée par la coalition internationale, ont commencé à avancer vers Manbij, forçant 20 000 résidents à fuir vers des zones plus sûres.

L'EIIL a enlevé environ 900 civils, la plupart étant kurdes, lors de combats pour Manbij, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'homme le 24 juin.

Parmi ceux-là, 350 ont été transportés à la ville d'al-Raqqa, treize ont été exécutés et cinq ont été tués alors qu'ils tentaient de s'enfuir, a déclaré l'Observatoire.

« Depuis le début de la campagne militaire pour la libération de Manbij, l'EIIL a intensifié ses pratiques répressives à l'égard des résidents de la région d'al-Bab, en particulier les Kurdes », a indiqué Faissal al-Ahmad, un militant des médias d'Alep.

Le groupe a commencé à poursuivre et détenir les Kurdes, a-t-il annoncé à Al-Shorfa, assignant des punitions sur les places publiques, allant de la flagellation à l'exécution.

Alors que les FDS s'approchaient de Manbij début juin, a expliqué al-Ahmad, l'EIIL a commencé les détentions de jeunes hommes, les forçant à prendre les armes et les envoyant sur les lignes de front.

Cela a été fait pour « donner l'impression que les Kurdes rejetaient le Conseil militaire de Manbij (CMM), les FDS et les Unités de protection du peuple kurde (YPG et YPJ) et préféraient vivre sous la bannière de l'EIIL », a-t-il affirmé.

Le 23 juin, l'EIIL a pris d'assaut des villages autour d'al-Bab, où ses combattants ont rassemblé et capturé un millier de Kurdes, dont des femmes et des enfants, et les ont transportés vers les prisons du groupe dans la région.

Le groupe a également bâti de nouvelles cellules dans plusieurs emplacements à al-Bab, a-t-il indiqué.

« Cela démontre clairement que les civils kurdes sont utilisés comme boucliers humains pour protéger les positions militaires et les éléments de [l'EIIL] des frappes aériennes menées contre eux », a affirmé al-Ahmad.

Les civils dans des conditions difficiles

« Les citoyens syriens dans la région d'al-Bab, estimés à environ 250 000, vivent dans des conditions très tragiques », a déclaré le commandant de peloton du CMM Ghassan Ibrahim. « Ce sont des Kurdes, des Arabes, des Turcs et des Circassiens, mais la majorité est kurde. »

Ils sont dispersés sur 117 villes et villages, tous sous le contrôle de l'EIIL, a-t-il expliqué à Al-Shorfa, ajoutant que la majorité sont des familles pauvres dépendant de l'agriculture pour leur subsistance.

Les villages alentour sont « sauvagement envahis par l'EIIL », a-t-il indiqué, les éléments de l'EIIL attaquant les maisons, confisquant tous les moyens de communication, dont les téléphones portables et ordinateurs, et envoyant les jeunes vers des lieux inconnus.

Certains villages ont essayé de résister au groupe, a-t-il ajouté, comme à Arab Weiran, où les jeunes ont refusé de rejoindre l'EIIL et de prendre les armes.

En réponse à cela, « les éléments de l'EIIL [ont commencé] à ouvrir le feu, tuant des dizaines de civils et laissant plusieurs autres avec des blessures diverses » a continué Ibrahim.

Le groupe a aussi tué huit jeunes du village de Qaar Kalbein et six autres au village d'Um Housh pour la même raison, a-t-il ajouté.

Une nouvelle vague de déplacement

Les actes criminels de l'EIIL contre les résidents des zones rurales d'al-Bab ont suscité une vague massive de déplacement vers des zones plus sûres contrôlées par les FDS et le CMM, a déclaré Azad Dudeki, de l'équipe du Croissant-Rouge active dans le canton d'Afrin.

Certains se sont dirigés vers Afrin, qui n'est pas sous le contrôle du groupe, a-t-il relaté, ajoutant que des « dizaines de familles sont arrivées dans des zones sécurisées mais sont toujours sans abri, relativement loin des zones peuplées, et vivent dans des conditions très difficiles ».

Leur souffrance est aggravée par « la détérioration de l'état mental des membres de famille suite à ce qu'ils ont vécu », a-t-il précisé à Al-Shorfa.

Plusieurs familles sont toujours sans abri car les villages et les villes débordent de déplacés intérieurs, a-t-il indiqué, « alors ils n'ont pas d'autre choix que de rester dans des tentes sur les plaines agricoles ».

« De nombreuses familles ont rapporté que certains de leurs proches sont perdus et qu'ils n'ont plus de contact avec eux depuis la fuite », a raconté Dudeki, ajoutant que les familles craignent qu'ils ne soient tombés entre les mains de l'EIIL et peut-être exécutés.

Il a estimé qu'au moins 20 000 résidents des zones rurales d'al-Bab ont fui leurs villages, notant que des équipes kurdes du Croissant-Rouge et des organisations humanitaires présentes dans la région se coordonnent avec les groupes militaires pour s'assurer qu'ils ne soient pas pris sous le feu.

Ces groupes œuvrent pour transporter les résidents en fuite de manière sûre vers des zones loin du contrôle de l'EIIL et pour leur fournir une aide et une assistance urgentes, a-t-il déclaré.

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500