Sécurité

Opération des Forces démocratiques syriennes dans la province d'al-Raqa

Par Waleed Abu al-Khair au Caire

image

Des combattants des Forces démocratiques syriennes avant le lancement de l'opération visant à libérer les zones rurales du nord d'al-Raqa de « l'État islamique en Irak et au Levant ». Le 24 mai, les FDS ont annoncé le lancement d'une offensive majeure contre l'EIIL. [Photo fournie par les Forces démocratiques syriennes]

Les Forces démocratiques syriennes (FDS) ont lancé une offensive le 24 mai pour libérer les zones rurales du nord de la province d'al-Raqa des mains de « l'État islamique en Irak et au Levant » (EIIL).

Appuyées par les Unités de protection du peuple kurde (YPG et YPJ) et par les frappes aériennes de la coalition, les FDS ont pu progresser sur plusieurs fronts et libérer un certain nombre de villes et de villages.

« Nous lançons cette campagne dans le but de mettre fin aux attaques contre notre peuple », a déclaré Rojda Felat, commandante des FDS, dans un communiqué.

« Nous appelons chacun à soutenir cette offensive », a-t-elle indiqué.

Les FDS ont été formées en octobre 2015 comme alliance des YPG et YPJ kurdes, et d'autres groupes d'opposition, y compris des milices arabes, assyriennes et autres.

Le 24 mai, des avions de la coalition ont procédé à des dizaines de frappes au nord de la ville d'al-Raqa, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme.

Cibler les zones contrôlées par l'EIIL

« L'offensive militaire en cours a pour principal but la libération de toute la zone nord d'al-Raqa des éléments de l'EIIL, ce qui permettrait de lancer de futures opérations dans d'autres zones, notamment les villes d'al-Raqa, Manbij et al-Bab », a indiqué Talal Sello, porte-parole des FDS, à Al-Shorfa.

« La décision a été prise de cibler toute zone dans laquelle le groupe est présent », a-t-il précisé.

Pendant ce temps, les FDS poursuivent leur offensive pour reprendre la ville stratégique de Manbij avec l'aide des frappes aériennes de la coalition.

Jeudi 2 juin, les combattants des FDS sont parvenus à dix kilomètres de Manbij, a indiqué l'Observatoire, reprenant vingt villages situés non loin de la ville.

Les habitants d'al-Raqa ont été avertis de rester loin des zones de combat pour éviter d'être utilisés par le groupe comme boucliers humains « comme cela s'est produit par le passé », a précisé Sello.

C'est la raison pour laquelle certaines opérations de libération ont été retardées, a-t-il indiqué, notant qu'un grand nombre de civils avaient réussi à fuir les zones contrôlées par l'EIIL.

La zone d'al-Mabrouka, dans la région d'al-Hawl, où les personnes déplacées sont abritées, a été sécurisée, et des efforts sont en cours pour leur apporter des services de base, comme des tentes, de la nourriture et des soins médicaux.

Attaque sur trois fronts

Les FDS se composent de combattants issus de toutes les composantes de la société de la région, a précisé Sello, soulignant la récente inclusion d'un grand nombre de combattants d'origine arabe, kurde, assyrienne et autres.

Trente et une factions différentes, qui représentent la composition ethnique et religieuse de la société syrienne, se battent sous la bannière des FDS, a déclaré Aram Chamoun, commandant d'unité du Conseil militaire syriaque à Al-Shorfa.

Les opérations militaires dans le nord d'al-Raqa ont été lancées sur trois fronts, en commençant par la ville d'Aïn Issa, à 50 km au sud de Kobani, a-t-il indiqué.

Al-Fatisa a été le premier village libéré des mains de l'EIIL, suivi des fermes de Kartaja, d'al-Wasta, de Nimrudiyah et de Mutamashrij, a-t-il précisé.

Des éléments de l'EIIL ont été vus « incendiant des maisons et des champs de cultures dans les villages dont ils se retiraient pour masquer leur retraite », a déclaré Chamoun.

« Libérer la zone rurale du nord est très important pour couper les routes reliant les zones tenues par le groupe, et les routes qu'il utilisait pour récupérer des éléments depuis et vers la Syrie en leur faisant passer la frontière illégalement », a-t-il expliqué.

« Cette zone est également le point central de toutes les zones contrôlées par le groupe », a-t-il ajouté, soulignant que sa libération permettrait d'accéder à al-Raqa, Manbij, al-Bab, et aux zones rurales de Deir Ezzor et d'Alep.

Reprendre le contrôle du nord d'al-Raqa sécuriserait également Kobani contre les tentatives d'infiltration de l'EIIL, a-t-il ajouté.

Les habitants saluent l'offensive militaire

L'offensive en cours « a amené la joie dans le cœur des habitants d'al-Raqa », a affirmé Abdulkadir Yahya, commerçant d'al-Raqa, qui a préféré s'exprimer sous le couvert de l'anonymat par peur pour sa sécurité.

« Cela leur montre qu'ils ne sont pas seuls et que le jour de leur libération est proche », a-t-il déclaré à Al-Shorfa.

Yahya espère que les combats dans les zones rurales du nord se termineront rapidement, pour que la bataille pour la ville d'al-Raqa commence le plus tôt possible.

« Les gens craignent que le groupe ne dirige sa vengeance contre eux », a-t-il expliqué.

Et de s'interroger : « [Les éléments de l'EIIL] ont perpétré des crimes contre nous alors qu'ils n'étaient pas attaqués ; que pensez-vous qu'ils feront s'ils perdent leur passage principal, les zones rurales ? »

La situation dans la ville et les villages alentour est « très tendue », et les rues sont quasiment désertées par les civils, qui craignent d'être pris pour cibles par l'EIIL, a-t-il déclaré.

Les imams des mosquées ont dit dans leurs sermons que les forces kurdes veulent occuper al-Raqa « pour punir les Musulmans et les chasser de leurs terres », a ajouté Yahya.

Cependant, les habitants d'al-Raqa savent bien qui combat, et quels sont les objectifs, a-t-il précisé, ajoutant que les forces impliquées dans les opérations sont constituées de combattants venant de la région et d'al-Raqa elle-même.

« Leur seul but est de mettre un terme au cauchemar de l'EIIL et de restaurer la vie dans ces régions qui sont en deuil depuis que l'EIIL en a pris le contrôle », a-t-il ajouté.

Aimez-vous cet article?

1 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500

Les services de renseignement américains (la CIA) ont mis sur pied et entraîné les Forces démocratiques syriennes afin que si « l'État islamique en Irak et au Levant » (EIIL) l'emporte en Syrie, il se retrouve face à un concurrent, ces Forces démocratiques syriennes. Si le régime bat l'EIIL, l'alternative pour lui sera les Kurdes, qu'il utilisera contre le régime syrien victorieux, afin que l'Amérique puisse remplir son objectif et obtenir sa victoire dans la région. La stupidité des Kurdes les poussera à leur perte, parce que ceci réunira la Turquie, la Syrie, l'Irak, l'Iran, la Russie et la résistance libanaise dans une coopération et une coordination militaires en vue d'une défense commune. Après cela, les Kurdes seront réduits à l'état de contes que nous raconterons à nos enfants.

Répondre