Terrorisme

Mercredi, six États du Golfe et les États-Unis ont imposé de nouvelles sanctions au Hezbollah ayant pour but de bloquer son accès au réseau financier mondial.


Les corps de 20 chrétiens coptes assassinés par l'EIIS sur une plage de Libye en 2015 devraient pouvoir rentrer dans leur pays, à une date encore inconnue.


Abdoullah al-Muhaysini, un religieux radical connu pour ses fatwas extrémistes, a été la cible d'un engin explosif alors qu'il se déplaçait dans la campagne d'Idlib.


Cet « émir » du groupe a été tué dans des échanges de tirs avec les forces égyptiennes lors d'opérations lancées dans le centre et le nord du Sinaï.


Un groupe de suivi des armes a pu faire remonter les bombes radiocommandées dissimulées sous forme de pierres et récupérées par les forces de la coalition arabe au Yémen jusqu'en Iran.


Lancée par le PNUD et International Alert, cette « boîte à outils » guide les spécialistes dans la conception de programmes visant à prévenir l'extrémisme violent.


Les villageois du directorat sont bloqués dans leurs villages, où la milice appuyée par l'Iran a pris des civils en otage en échange de rançons.


Les écoles des zones sous le contrôle de la milice soutenue par l'Iran ont reçu l'ordre d'arrêter les cours normaux pendant un mois pour organiser des « programmes culturels ».


Les militants se rendant en Afghanistan pour le compte de l'EIIS ne trouveront que la mort aux mains des forces afghanes et de la coalition, une résistance populaire et une certaine résistance de la part des talibans eux-mêmes


La milice soutenue par l'Iran a tiré des missiles sur des zones résidentielles qu'elle a été contrainte d'abandonner, un acte considéré comme un ciblage délibéré des civils.