Élections

Paula Yacoubian, candidate sur une liste électorale de la société civile, est l'une des six femmes ayant remporté un siège au parlement lors des élections du 6 mai.


Moins de la moitié des 3,7 millions de Libanais inscrits sur les listes électorales se sont déplacés pour voter lors des premières élections législatives organisées dans le pays depuis neuf ans.


Le pays va entrer dans une période de silence électoral vendredi à minuit, jusqu'à la fin du scrutin.


Des candidates aux élections législatives expliquent à Al-Mashareq qu'elles comptent poursuivre leurs campagnes malgré le fait que Nasrallah a déclaré que les femmes ne sont pas les bienvenues en politique.


Des partisans présumés du Hezbollah ont attaqué Ali al-Amin, un candidat chiite modéré, alors que lui et ses soutiens affichaient des posters de campagne près de chez lui.


Des observateurs internationaux arrivent en plusieurs fois au Liban pour surveiller le déroulement complet des élections parlementaires du pays.


Dans son discours de victoire, le président a promis d'œuvrer pour « tous les Égyptiens, sans discrimination de quelque nature que ce soit ».


Alors que les listes rivales se préparent à s'affronter à Baalbek-Hermel, des candidats de l'opposition chiite font savoir que les électeurs ne seront pas intimidés par le Hezbollah.


Les autorités égyptiennes encouragent les Égyptiens à voter en grand nombre pendant les trois jours des élections.


Le nombre de femmes candidates a augmenté de manière significative alors que le pays se prépare à ses premières élections parlementaires en neuf ans grâce à une nouvelle législation électorale controversée.