http://almashareq.com/fr/articles/cnmi_am/newsbriefs/2019/05/15/newsbrief-03

AIE : Les approvisionnements en pétrole diminuent à la suite des sanctions imposées sur l'Iran

L’approvisionnement mondial en pétrole a diminué le mois dernier, a déclaré l’Agence internationale de l’énergie (AIE) mercredi 15 mai, face à la montée des tensions au niveau mondial alors que les sanctions américaines contre l’Iran se resserraient et que les membres de l’OPEP et d'autres pays produisaient moins de brut, a rapporté l’AFP.

Dans son dernier rapport mensuel sur le marché mondial du pétrole, l'AIE a déclaré que, si la géopolitique et les perturbations de l'industrie assombrissaient les perspectives, elle estimait que l'équilibre du marché allait basculer d'un excédent à un déficit.

Cela favoriserait les efforts des pays producteurs de pétrole pour maintenir les prix élevés.

L’AIE a déclaré que la production iranienne de pétrole brut avait chuté en avril à 2,6 millions de barils par jour (mbj), son plus bas niveau en cinq ans, et qu’elle pourrait chuter en mai à des niveaux jamais vus depuis la guerre des années 80 contre l’Irak.

Dans un tableau contenant des données de la société de renseignement du secteur de l’énergie Kpler, les exportations iraniennes devraient chuter à environ 0,5 millions de barils par jour en mai d'environ 1,4 millions de barils par jour en avril.

Les ruptures d'approvisionnement, y compris celles du Venezuela frappé par la crise, surviennent alors que l'OPEP et ses alliés, dont la Russie - souvent appelé l'OPEP plus - avancent dans le sens de leur dernier pacte visant à limiter la production.

Après une surabondance de production qui a entraîné une chute des prix l'an dernier, ils ont convenu en décembre de réduire à nouveau la production.

L'AIE a déclaré que les pays de l'OPEP plus avaient produit 0,44 millions de barils par jour de moins que leur objectif en avril.

Néanmoins, il a déclaré que "l’AIE a estimé que d’autres producteurs ont clairement annoncé qu’ils interviendraient pour remplacer les barils iraniens, bien que progressivement, à la demande des clients".

Il a noté que malgré l’incertitude de l’offre et une brève hausse atteignant 75 dollars le baril, les prix du brut de référence mondial Brent ont peu varié par rapport à il y a un mois.

Aimez-vous cet article?
0
0

0 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire Captcha