2018-10-02

L'OMS lance une deuxième campagne de vaccination contre le choléra au Yémen alors que les cas se multiplient

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a indiqué mardi 2 octobre qu'elle aidait les autorités yéménites à procéder à une deuxième campagne de vaccination contre le choléra dans trois régions durement touchées, a indiqué l'AFP.

Plus de 2 500 personnes sont mortes de l'infection d'origine hydrique depuis que la pire épidémie de choléra dans l'histoire du Yémen a commencé en avril 2017, alors que près d'un million d'autres cas suspects ont été signalés dans le pays.

Les enfants de moins de cinq ans représentent près d'un tiers de tous les cas suspects.

L’épidémie de choléra au Yémen semblait s’être apaisée pendant un certain temps, mais le porte-parole de l’OMS, Tarik Jasarevic, a mis en garde contre une nouvelle escalade.

"Nous avons constaté une augmentation du nombre de cas de choléra au Yémen depuis juin et cette augmentation a été encore plus importante au cours des trois dernières semaines", a-t-il déclaré à la presse à Genève.

Au cours des huit premiers mois de l'année, le Yémen a enregistré près de 155 000 cas présumés de choléra, dont 197 décès.

Mais rien qu’au cours de la dernière semaine d’août, 9 425 cas présumés de choléra ont été enregistrés dans le pays et, une semaine plus tard, le nombre de cas suspects enregistrés a atteint 11 478, selon l’OMS.

L’OMS a averti que le Yémen était confronté à une troisième épidémie de choléra car les pluies d’automne ont augmenté le risque d’infection après avoir déjà été frappé par deux épidémies de choléra en moins de deux ans.

Afin d’empêcher une "troisième vague", l’OMS, l’UNICEF et d’autres partenaires ont commencé à aider le gouvernement le 30 septembre à administrer une deuxième dose de vaccination orale à deux doses dans trois des districts les plus vulnérables.

Save The Children a prévenu mardi qu'al-Hodeidah, la ville portuaire du Yémen sur la ligne de front entre une alliance pro-gouvernementale et les Houthis (Ansarallah) soutenus par l'Iran, avait vu les cas tripler au cours des trois derniers mois seulement.

Aimez-vous cet article?

Al icons no 1

0 COMMENTAIRE (S)

* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha