http://almashareq.com/fr/articles/cnmi_am/newsbriefs/2018/03/06/newsbrief-01

2018-03-06

Les juges du tribunal d'Hariri se prononcent sur le plaidoyer d'acquittement du suspect du Hezbollah

Les juges d'un tribunal soutenu par l'ONU décideront mercredi 7 mars d'acquitter l'un des quatre membres présumés du Hezbollah accusés de l'assassinat en 2005 de l'ancien Premier ministre libanais Rafic Hariri, a rapporté l'AFP.

Le Tribunal spécial pour le Liban rendra son jugement après que la défense a demandé l'abandon de la procédure contre Hussein Oneissi, affirmant que l'accusation n'a pas réussi à prouver sa position.

Al-Hariri, qui était le Premier ministre du Liban jusqu'à sa démission en octobre 2004, a été tué en février 2005, lorsqu'un kamikaze a fait exploser une camionnette remplie d'explosifs à côté de son convoi blindé sur le front de mer de Beyrouth.

Les "juges de la chambre rendront une décision sur une demande soumise par la défense demandant un jugement d'acquittement" mercredi, le tribunal a déclaré dans une déclaration.

Oneissi, 44 ans, qui, avec les trois autres suspects, est jugé par contumace par le tribunal basé aux Pays-Bas, fait face à cinq chefs d'accusation.

Notamment, il est accusé d'avoir recruté et préparé Ahmed Abou Adass, un islamiste libanais qui a fait une bande vidéo revendiquant l'assassinat qui a été envoyé aux organisations internationales de presse le jour de l'attaque.

Une enquête de l'ONU a par la suite trouvé qu'Abou Adass, qui avait disparu et se trouverait en Syrie, n'était probablement qu'un homme de l'attentat et n'était pas le terroriste.

L'accusation dans le procès, qui a ouvert ses portes en janvier 2014, a maintenu ses arguments contre les quatre membres présumés du Hezbollah en février.

Mais la défense d'Oneissi a soutenu qu '"aucun élément de preuve n'a été présenté ou soutenu le fait qu'Oneissi a participé à la fabrication de la vidéo ... ou à l'édition du texte".

Ils ont également fait valoir que "l'accusation n'a pas prouvé qu'Oneissi avait l'intention de commettre un crime contre la sécurité de l'Etat, ou qu'il savait qu'un acte de terrorisme devait être commis".

Trois autres suspects, Salim Ayyash, Assad Sabra et Hassan Habib Merhi sont également jugés par contumace.

Aimez-vous cet article?

Al icons no 1

0 COMMENTAIRE (S)

* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha