Le Koweït modifie la condamnation à mort du «chef de la cellule pro-iranienne»

  • + AJOUTER UN COMMENTAIRE
  • Imprimer cet article
  • Augmenter Réduire

La Cour suprême du Koweït a réduit, dimanche 18 juin, la peine d'un citoyen reconnu coupable d'avoir formé une cellule pro-iranienne et de planifier des attaques de la peine de mort à la réclusion à perpétuité, a rapporté l'AFP.

Hasan Abdoulhadi Ali a été condamné à mort par le tribunal inférieure et la cour d'appel l'année dernière après avoir été reconnu coupable d'être «le cerveau d'une cellule» de 26 personnes accusées de liens avec l'Iran et de planifier des attaques dans l'émirat.

Les membres de la cellule avaient été accusés d'espionnage en faveur de l'Iran et de cacher de grandes quantités d'armes, d'explosifs et de munitions dans des entrepôts souterrains.

Ali a également été reconnu coupable d'appartenir au mouvement du Hezbollah du Liban depuis 1996 et de transporter des quantités importantes d'armes et d'explosifs en provenance d'Iran vers le Koweït.

Les juges de la cour suprême, dont les décisions sont finales, ont condamné 20 autres membres de la cellule à des périodes allant de cinq à quinze ans de prison et déclaré deux autres non-coupables.

Les cas des trois autres membres n'ont pas été décidés par la cour suprême parce qu'ils restent fugitifs.

Ils comprennent le seul membre iranien de la cellule, Abdoulredha Haider, qui a été condamnée à mort par la juridiction inférieure en janvier de l'année dernière.

Le tribunal avait accusé Haider de liens avec le Corps de la garde révolutionnaire islamique iranienne (CGRI), de recruter les Koweïtiens et de faciliter leur voyage au Liban, où ils ont reçu une formation militaire au sein du Hezbollah soutenu par l'Iran.

Les 23 accusés présents au procès ont nié les accusations et ont déclaré que leurs aveux étaient obtenus sous la torture.

L'Iran a nié les liens avec le groupe.

AJOUTER UN COMMENTAIRE (Politique Commentaire) * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE

Test