http://almashareq.com/fr/articles/cnmi_am/features/2019/10/10/feature-01
Politique |

Les dirigeants arabes expriment leur solidarité avec l'Arabie saoudite

Faris al-Omran

L'installation pétrolière d'Abqaiq de l'entreprise saoudienne Aramco le 20 septembre. Les attaques contre les installations pétrolières d'Abqaiq et de Khurais ont ébranlé les marchés de l'énergie et ravivé les craintes d'un conflit dans la région du Golfe. [Fayez Nureldine/AFP]

Des dirigeants et des organisations arabes et internationaux ont continué d'exprimer leur solidarité avec l'Arabie saoudite après la double attaque contre ses installations pétrolières.

Ils ont fermement condamné les attaques du 14 septembre, globalement attribuées à l'Iran, et ont réitéré leur soutien au royaume.

Plutôt que de déstabiliser le Golfe, ce qui semble avoir été l'objectif, les attaques ont uni le monde contre le régime iranien, son Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI) et ses affiliés régionaux.

Les attaques contre les installations pétrolières saoudiennes représentent « un acte d'agression flagrant de l'Iran contre le royaume », a affirmé Cheikh Mouzahim al-Huweit, porte-parole d'une tribu de Ninive.

Les plans de l'Iran sont maintenant « beaucoup plus clairs, c'est-à-dire qu'il veut semer le chaos et alimenter la violence et les troubles », a-t-il expliqué à Al-Mashareq, ajoutant que la communauté internationale avait adopté une position unie et ferme contre les actions malveillantes de l'Iran.

Les discours prononcés par des dirigeants du monde à l'Assemblée générale des Nations unies le 24 septembre ont reflété une vision commune centrée sur la condamnation des actes du régime iranien et de ses efforts visant à déstabiliser la région, a-t-il déclaré.

Selon la perspective iranienne, ces attaques « ont échoué lamentablement », a-t-il estimé, car elles ont seulement « contribué à renforcer les positions internationales qui condamnent ses actions hostiles ».

Ces attaques ont également clairement montré que « les partenaires internationaux, notamment les États-Unis, se tiennent aux côtés de l'Arabie saoudite et des autres pays arabes face aux ambitions de l'Iran », a-t-il ajouté, qualifiant ce partenariat de fort et stratégique.

Solidarité internationale

La Ligue arabe et l'Organisation de coopération islamique (OCI) figurent parmi les entités qui ont condamné ces attaques, ainsi que de nombreux dirigeants et gouvernements arabes et internationaux.

Le roi Abdallah de Jordanie a immédiatement exprimé sa condamnation face aux attaques « lâches » qui ont visé les deux installations pétrolières d'Aramco, a rapporté le Jordan Times.

L'Égypte et les Émirats arabes unis ont qualifié ces attaques « d'actes de terrorisme », et le Koweït et Bahreïn ont condamné les attaques et exprimé leur solidarité avec l'Arabie saoudite.

Lors de l'Assemblée générale des Nations unies à New York le 25 septembre, le président irakien Barham Saleh a lui aussi condamné ces attaques, qui selon lui cherchent à compromettre la sécurité de l'Arabie saoudite.

« La sécurité du Golfe est vitale pour l'Irak », a-t-il déclaré.

Par la voix de Saleh, l'Irak a affirmé qu'il ne permettrait pas que son territoire serve de base de lancement pour des attaques contre des pays voisins ou qu'on viole sa souveraineté, a déclaré expliqué le politologue Ghazi Faisal Hussein.

De nombreux dirigeants arabes et internationaux ont condamné ces attaques et dénoncé l'expansionnisme iranien dans la région, a-t-il rapporté à Al-Mashareq.

Le consensus international est de s'opposer fermement au « mépris du régime iranien pour les normes et les traités internationaux et à la menace que font peser sur la sécurité du Golfe le CGRI et ses milices », a-t-il fait savoir.

Garder l'Iran sous contrôle

Hussein a noté la participation d'équipes onusiennes et françaises à l'enquête saoudienne sur les attaques, déclarant qu'il s'agit d'une « preuve de l'engagement de la communauté internationale » pour garantir la pleine responsabilité des coupables.

Le régime iranien a une longue histoire d'ingérence dans les affaires de la région, a-t-il déclaré, ajoutant que « les ambitions et le désir de l'Iran d'étendre son contrôle et d'exporter sa révolution dans la région ne sont pas nouveaux, mais anciens ».

Le fait de recruter des milices intermédiaires et de leur fournir des armes et des fonds est un élément essentiel de la stratégie expansionniste de l'Iran, a-t-il expliqué.

Pour contrôler les ambitions de l'Iran, a-t-il ajouté, il va falloir continuer à exercer des pressions économiques et diplomatiques sur la république islamique, surtout si elle ne change pas sa politique et ne respecte pas les résolutions internationales.

Aimez-vous cet article?
1

0 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire
Captcha