Politique |

L'aide iranienne aux Houthis prolonge le conflit au Yémen

Nabil Abdoullah al-Tamimi à Aden

image

Un Yéménite brandit une Kalachnikov avec un drapeau sortant du canon arborant une photo du leader des Houthis, Abdoulmalik al-Houthi, lors d'une réunion tribale le 21 septembre à Sanaa. [Mohammed Huwais/AFP]

L'envoi illégal continu d'armes par l'Iran à ses intermédiaires au Yémen, les Houthis (Ansarallah), a prolongé la guerre au Yémen et causé d'immenses souffrances au peuple yéménite, ont déclaré des analystes à Al-Mashareq.

L'ingérence du régime iranien dans ce long conflit vise uniquement à servir ses propres intérêts dans la région, ont-ils déclaré, soulignant qu'un état de guerre prolongé ne bénéficie en rien au peuple yéménite.

L'Iran est impliqué dans la contrebande d'armes vers le Yémen par l'intermédiaire de son Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI), ainsi que des experts pour les assembler, a déclaré à Al-Mashareq l'analyste politique et journaliste Faisal Ahmed.

Ces armes ont été utilisées pour cibler des civils et des infrastructures dans l'Arabie saoudite proche, laquelle soutient le gouvernement légitime du Yémen dans sa lutte contre les Houthis, ainsi qu'au Yémen, a-t-il précisé.

Cela a alimenté les tensions régionales et prolongé la guerre, qui est maintenant entrée dans sa cinquième année, a-t-il ajouté, en plus d'aggraver les souffrances au Yémen.

Il existe des preuves que le CGRI a fait passer illégalement des armes aux Houthis « par des îles de Bab-el-Mandeb et à bord de petits bateaux de pêche », a indiqué Ahmed.

Cela a pour seul but de faire avancer un agenda iranien qui n'a que faire du peuple yéménite, a-t-il déclaré, et qui a en fait mis en péril la vie des pêcheurs yéménites.

Les actions de l'Iran ont aggravé les souffrances du peuple yéménite « à tous les niveaux », a-t-il poursuivi.

Expansionnisme iranien

À travers le soutien apporté aux Houthis, qui a notamment consisté à leur fournir des missiles et des drones, l'Iran cherche à étendre son influence dans la péninsule arabique, a expliqué l'analyste politique Waddah al-Jalil.

Attaquer des cibles du gouvernement yéménite et tirer des missiles sur des cibles civiles en Arabie saoudite « ne sert que les intérêts de l'Iran », a-t-il affirmé à Al-Mashareq, notant que les Houthis « sont un des instruments de l'Iran dans la région ».

La contrebande d'armes par l'Iran vers le Yémen a pour but d'en faire une « base militaire à partir de laquelle attaquer les intérêts de ses rivaux dans la région et acquérir une zone dominant la mer Rouge », a déclaré al-Jalil.

Le contrôle exercé par les Houthis sur certaines de ces zones renforce l'influence des Iraniens et leur capacité à frapper les routes de transport dans le golfe Persique et la mer Rouge », a-t-il ajouté.

Trafic d'armes

« Le CGRI a affecté des unités spéciales au trafic d'armes vers ses milices dans la région, dont les Houthis au Yémen », a déclaré à Al-Mashareq Abdoulsalam Mohammed, directeur du Centre Abaad d'études stratégiques.

Ces unités ont introduit clandestinement au Yémen des pièces de missiles et des technologies liées aux drones, a-t-il indiqué, ainsi que des ingénieurs iraniens pour aider à assembler les armes et l'équipement et former les Houthis à leur utilisation.

Les ingénieurs iraniens installent des usines au Yémen pour la fabrication de composants plus encombrants, qui sont difficiles à introduire clandestinement dans le pays et qui peuvent être produits pour un moindre coût au Yémen, a-t-il ajouté.

L'utilisation d'armes iraniennes par les Houthis prolonge la guerre, a affirmé Mohammed, ajoutant que « tout cela est fait pour servir les intérêts de l'Iran ».

La guerre a causé des souffrances incalculables aux Yéménites, notamment des déplacements internes, des dégâts considérables aux infrastructures et des perturbations des services, dont les écoles, ainsi que des pénuries alimentaires et du chômage.

Les secteurs public et privé du pays ont été décimés, sa monnaie a perdu de la valeur et des familles ont été déchirées par la pauvreté, qui a contribué à une augmentation du recrutement d'enfants-soldats.

Aimez-vous cet article?
2
NON

0 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire
Captcha