http://almashareq.com/fr/articles/cnmi_am/features/2018/11/15/feature-01

Éducation |

2018-11-15

Les Syriens reçoivent de l'aide pour finir leurs études au Liban


Des centaines d'étudiants syriens, dont certains vus ici, ont reçu des bourses et une aide financières pour terminer leurs études universitaires au Liban. [Photo fournie par le Forum des étudiants au Liban]
Des centaines d'étudiants syriens, dont certains vus ici, ont reçu des bourses et une aide financières pour terminer leurs études universitaires au Liban. [Photo fournie par le Forum des étudiants au Liban]

Des centaines de réfugiés syriens au Liban ont bénéficié de bourses et d'une aide financière d'universités et de donateurs internationaux qui les ont aidés à terminer leur parcours universitaire, très souvent interrompu par la guerre.

Parmi les donateurs se trouve la Kuwait Foundation for the Advancement of Sciences (KFAS), qui a attribué pour la troisième année consécutive des centaines de bourses aux étudiants syriens afin qu'ils poursuivent leurs études à l'Arab Open University.

Cette université est également présente à Beyrouth, Tripoli et Zahlé.


Des réfugiés syriens qui étudient au Liban assistent à un cours à l'université. Beaucoup d'entre eux ont obtenu des bourses d'universités libanaises et de donateurs internationaux pour poursuivre leurs études. [Photo fournie par le Forum des étudiants au Liban]
Des réfugiés syriens qui étudient au Liban assistent à un cours à l'université. Beaucoup d'entre eux ont obtenu des bourses d'universités libanaises et de donateurs internationaux pour poursuivre leurs études. [Photo fournie par le Forum des étudiants au Liban]

La KFAS exige que les demandeurs soient de nationalité syrienne, possèdent un diplôme d'éducation secondaire syrien ou un équivalent, et qu'ils soient inscrits auprès du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR).

La bourse de la KFAS correspond au coût total de l'obtention d'une licence dans l'une des branches de l'Arab Open University au Liban.

L'organisation à but non lucratif SPARK, qui fournit un accès à l'éducation supérieure dans les sociétés post-conflit, offre également des bourses aux étudiants syriens.

Après une pause de sept ans, Manal Salama, de Maadamiyat al-Sham en Syrie, est revenue à l'université pour terminer sa licence en éducation grâce à une bourse complète qu'elle a reçue pour étudier à la branche de Zahlé de l'Arab Open University.

« Pour la deuxième année consécutive, j'ai reçu une bourse pour terminer ma licence en éducation », a-t-elle raconté à Al-Mashareq.

« Après avoir été contrainte d'interrompre mes études, d'abord à cause d'un mariage, puis parce que je suis devenue réfugiée au Liban, je suis revenue à l'université l'année dernière, et je suis désormais étudiante grâce à cette bourse », a-t-elle déclaré.

Des bourses pour les étudiants syriens

Le Forum des étudiants au Liban aide les étudiants syriens réfugiés au Liban, comme Omar al-Maghrabi, 27 ans, à décrocher des bourses auprès d'organisations donatrices.

« Je remplissais toutes les conditions pour obtenir une bourse afin de décrocher une licence en administration commerciale et me préparer au marché du travail », a-t-il indiqué à Al-Mashareq, ajoutant que c'est une chance qui « ne peut pas être ignorée ».

Ce forum aide les étudiants syriens réfugiés à obtenir des bourses auprès d'une des sources disponibles, a expliqué son président, Yasser Ali, à Al-Mashareq.

Parmi ces sources se trouvent SPARK, la Lebanese Association for Scientific Research (LASeR), et plusieurs autres universités libanaises, a-t-il rapporté, notant que plus de 1400 étudiants syriens cherchent à obtenir des bourses universitaires au Liban.

« Nous avons pris des mesures concrètes pour aider les étudiants », a-t-il déclaré. « Nous avons organisé des réunions avec les présidents et les doyens d'universités et nous avons obtenu une aide financière pour leur inscription dans plusieurs de ces établissements. »

Le forum met également à disposition des bourses pour la formation continue à l'Université américaine de Beyrouth (AUB), dont ont bénéficié 125 étudiants syriens cette année.

Ce sont des bourses de formation, a-t-il précisé, expliquant qu'elles durent six mois et proposent comme spécialisation des cours d'anglais, des formations d'enseignants, à la gestion de projet et de bureau.

« Le forum aide les étudiants à obtenir des bourses complètes auprès de SPARK, qui aide 1300 étudiants avec des bourses complètes, auxquelles viennent s'ajouter 200 dollars par mois pour chaque étudiant », a déclaré Ali.

« À Tripoli, LASeR fournit des bourses complètes et partielles à plusieurs étudiants syriens pour leurs études à l'Université de Jinan et à l'Université libanaise », a-t-il poursuivi.

Facilités éducatives et aide financière

La Beirut Arab University (BAU) offre elle aussi des facilités d'éducation et une aide financière à de nombreux étudiants syriens réfugiés au Liban.

L'université « a réussi à attirer 1470 étudiants syriens depuis le début de la crise syrienne », a déclaré Subhi Abou Shahin, directeur des affaires estudiantines de l'université.

« L'université permet aux étudiants de s'inscrire s'ils n'ont pas de permis de résidence et leur fournit un affidavit de l'université pour les aider à en obtenir un auprès de la Direction libanaise de la sûreté générale », a-t-il indiqué à Al-Mashareq.

La BAU « accorde également des bourses aux étudiants syriens, ceux du premier tiers recevant 80 % du coût de leurs frais d'inscription, le deuxième tiers 50 %, et le troisième 25 % », a précisé Abou Shahin.

L'université aide aussi les étudiants par des bourses pour les facultés de sciences humaines, de droit, de sciences politiques, de sciences, d'administration commerciale et de sciences de la santé, a-t-il conclu.

Aimez-vous cet article?

Al icons no 0

5 COMMENTAIRE (S)

* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha
Bubble | 2018-11-30

Bonjour ! Mon fils a présenté sa candidature pour Spark, mais n'a pas été accepté. Je ne sais pas pourquoi, prenant en considération que ses collègues ont été admis.

Répondre
Bubble | 2018-11-29

Que la paix soit sur vous ! Je me suis inscrit à l'université libanaise, faculté des lettres, département d'histoire. J'ai terminé la première, la deuxième et la troisième années. Mais j'ai arrêté à cause de problèmes financiers. J'aimerai terminer mes études. Veuillez m'aider. Merci Beaucoup.

Répondre
Bubble reply icon | 2018-11-30

Mon nom est Omran Majid al-Rayabi. Tous mes collègues ont été acceptés dans Spark, à l'exception de moi. Veuillez m'accepter pour que je termine mes études, surtout que j'appartienne à la classe pauvre. Veuillez m'aider.

Répondre
Bubble | 2018-11-16

J'espère obtenir une bourse pour étudier enfin d'obtenir un diplôme de Maîtrise. Merci.

Répondre
Bubble | 2018-11-15

Salutations ! Mon nom est Ahmed Hussein al-Sheikh. Je vis au Liban, Baalbek, depuis 2012 à cause des événements en Syrie. Je suis un père de famille de 8. Ils étudient tous, y compris 3 à Liu. L'un d'eux a reçu une bourse Spark, et deux sont à ma charge. Mon fils aîné est en dernière année à la faculté de pharmacie, et ma fille est en première année en design après qu'elle a arrêté ses études à la suite de son obtention du baccalauréat libanais à cause de problèmes financiers et puisqu'elle n'avait reçu aucune bourse et malgré le fait qu'elle a un baccalauréat libanais. Cette année, elle a été inscrite à LIU mais on n'a pas versé les frais d'études à ce jour et on n'a pas pu régler les échéances pour l'année 17-18 pour l'étudiant en pharmacie. Que faire pour que nous continuons les études sans devoir arrêter? Merci beaucoup.

Répondre