http://almashareq.com/fr/articles/cnmi_am/features/2018/11/07/feature-01

Société |

2018-11-07

Une ONG libanaise réhabilite les districts de Tripoli meurtris par la violence


De jeunes bénévoles aident Farah al-Ataa à réhabiliter les infrastructures et à rénover les bâtiments de Bab al-Tabbaneh et Jabal Mohsen à Tripoli. [Photo fournie par Farah al-Ataa]
De jeunes bénévoles aident Farah al-Ataa à réhabiliter les infrastructures et à rénover les bâtiments de Bab al-Tabbaneh et Jabal Mohsen à Tripoli. [Photo fournie par Farah al-Ataa]

Une organisation libanaise à but non lucratif œuvre pour réhabiliter des quartiers résidentiels de Tripoli qui ont été le théâtre de violences sectaires et de combats de rues intenses.

Les jeunes de Tripoli originaires des districts rivaux de Jabal Mohsen et Bab al-Tabbaneh s'affrontaient violemment depuis des années, dans des heurts qui avaient empiré avec le début de la guerre en Syrie.

En avril 2014, les forces libanaises avaient mis en place un plan de sécurité destiné à mettre fin à la violence.


Farah al-Ataa a monté un chantier pour réhabiliter les zones de Tripoli endommagées par la violence sectaire. [Photo fournie par Farah al-Ataa] 
Farah al-Ataa a monté un chantier pour réhabiliter les zones de Tripoli endommagées par la violence sectaire. [Photo fournie par Farah al-Ataa] 

Quatre ans après la mise en œuvre de ce plan, Farah al-Ataa (Joie de donner) a rassemblé un groupe de bénévoles pour des travaux de reconstruction à Hara al-Jadidah, à Jabel Mohsen, et Baal al-Darawish, à Bab al-Tabbaneh.

Les travaux ont débuté fin août et se poursuivront jusqu'à la fin de l'année.

Supprimer les traces de la violence

À Baal al-Darawish, les bénévoles de Farah al-Ataa travaillent pour réparer l'immeuble résidentiel où vit Mervat Ahmad al-Cheikh, pour son plus grand bonheur.

« Après la fin des violences, nous avons saisi l'échelle de la destruction et de la dévastation », a déclaré al-Cheikh à Al-Mashareq.

« Les façades des bâtiments sont abîmées et criblées de trous causés par les obus d'artillerie, et l'infrastructure, qui était déjà en mauvais état, a subi d'importants dégâts », a-t-elle ajouté.

Les bénévoles réparent et repeignent les murs extérieurs et les parties communes de l'intérieur des bâtiments, a-t-elle poursuivi, et ils réhabilitent les réseaux d'évacuation, d'eau, d'électricité et de télécommunications.

« Nous avons un nouveau quartier propre avec des bâtiments rénovés, et les rats ne courent plus entre les jambes de nos enfants », a-t-elle déclaré. « Il n'y a plus de câbles visibles dans la maison où j'habite avec mes enfants et mes petits-enfants. »

« Farah al-Ataa a visité nos maisons et a évalué le travail à effectuer », a-t-elle rapporté, ajoutant que les travaux de réhabilitation ont restauré le bel aspect du quartier et ont réuni les habitants des deux bords.

Les divisions sectaires ne sont plus palpables dans le quartier, a-t-elle poursuivi.

Restauration des bâtiments et des services

Farah al-Ataa a mis en place un chantier pour ses projets de réhabilitation d'infrastructure, qui sont concentrés sur 21 bâtiments à Hara al-Jadidah et Baal al-Darawish, a expliqué à Al-Mashareq le président de Farah al-Ataa, Melhem Khalaf.

En plus de la réfection des parties communes, comme les entrées, les escaliers, les balcons et les toits, a-t-il indiqué, les travaux comprendront l'installation de câblage caché pour l'électricité et les télécommunications.

Ceci éliminera les câbles visibles et emmêlés et garantira que tous les câbles sont connectés à des panneaux de distribution permanents et conformes, a-t-il ajouté.

Les réseaux d'eau et d'électricité seront également réparés dans le cadre de ces projets, qui comprendront la reconstruction de murs au bord de l'effondrement, le renforcement des toits et le retrait des ordures dans les cages d'escalier.

« Après avoir commencé par travailler tous les jours sept jours par semaine, nous avons dû limiter le travail à la période comprise entre le vendredi et le dimanche de chaque semaine, parce que les bénévoles sont à l'école ou l'université », a rapporté Khalaf.

Une trentaine de jeunes Libanais d'origines diverses, ainsi que quelques jeunes Français, travaillent ensemble pour « ramener la vie dans ces deux zones et cultiver la beauté et la joie », a-t-il fait savoir.

Rétablir l'harmonie dans la vie

« Nous sommes venus en 2002, 2009 et 2011 pour réparer les maisons et bâtir des places publiques et des parcs pour les enfants », a déclaré Khalaf. « Nous revenons aujourd'hui non seulement pour réparer les bâtiments et les infrastructures, mais aussi pour rétablir l'harmonie entre les habitants de la région et les rassembler. »

Le travail de Farah al-Ataa « ne s'arrêtera pas, car notre but est de faire en sorte que les habitants des deux zones vivent dans la dignité » et d'apporter aux enfants et aux jeunes un nouvel espoir et un environnement sain dans lequel vivre, a-t-il expliqué.

Zein al-Suwayfi, habitant de Jabal Mohsen, a déclaré que le travail accompli par Farah al-Ataa est « impressionnant et admirable, parce que non seulement ils réparent les bâtiments, mais en plus ils sèment l'espoir et l'assurance, et ils restaurent notre dignité et notre humanité ».

« Ma maison, dans laquelle je vis avec ma femme, mon fils et mon père, avait brûlé, et le comité d'aide m'avait octroyé une petite somme à titre d'indemnisation, qui n'était pas suffisante pour couvrir le coût [de la réhabilitation] », a-t-il raconté à Al-Mashareq.

Quatre ans après la fin des combats, Farah al-Ataa a nettoyé la maison, peint les murs, réparé le balcon fissuré et a installé une tuyauterie et des câbles neufs, a-t-il conclu.

Aimez-vous cet article?

Al icons no 0

0 COMMENTAIRE (S)

* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha