http://almashareq.com/fr/articles/cnmi_am/features/2018/10/04/feature-02

Éducation |

2018-10-04

Le Liban veut augmenter la scolarisation des Syriens


Des enfants syriens jouent devant une tente dans le camp de Bar Elias dans la Bekaa, avant le début de la session scolaire de l'après-midi. [Nohad Topalian/Al-Mashareq]
Des enfants syriens jouent devant une tente dans le camp de Bar Elias dans la Bekaa, avant le début de la session scolaire de l'après-midi. [Nohad Topalian/Al-Mashareq]

Le ministère libanais de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur a déclaré qu'il continuera de fournir une éducation aux réfugiés syriens pour l'année scolaire 2018-2019, alors que le nombre d'élèves syriens devrait passer de 220 000 à environ 260 000.

Bien que certains élèves syriens soient inscrits cette année dans les classes normales du matin, la priorité pour celles-ci est donnée aux Libanais. La majorité des Syriens assistent aux sessions informelles de l'après-midi.

L'éducation des réfugiés syriens dans les écoles libanaises « se poursuivra pour l'année scolaire 2018-2019 », a déclaré Sonia Khoury, qui dirige l'unité de gestion du programme au sein du ministère.


Des enfants syriens réfugiés attendent pour s'inscrire à l'école élémentaire publique de Mazraat Yachou au Liban. [Nohad Topalian/Al-Mashareq] 
Des enfants syriens réfugiés attendent pour s'inscrire à l'école élémentaire publique de Mazraat Yachou au Liban. [Nohad Topalian/Al-Mashareq] 

Des enfants syriens réfugiés attendent pour s'inscrire à l'école élémentaire publique de Mazraat Yachou. [Nohad Topalian/Al-Mashareq] 
Des enfants syriens réfugiés attendent pour s'inscrire à l'école élémentaire publique de Mazraat Yachou. [Nohad Topalian/Al-Mashareq] 

L'inscription des élèves libanais a commencé le 19 septembre, a-t-elle rapporté à Al-Mashareq, et celle des réfugiés syriens le 25 septembre.

« Contrairement aux années précédentes, [les élèves syriens] seront inclus dans l'éducation formelle de base, ce qu'on appelle la session scolaire du matin », avait expliqué Khoury.

Mais la priorité est d'inscrire les élèves libanais à la session du matin, après quoi l'inscription des Syriens à cette même session et à celle de l'après-midi s'est déroulée dans les limites des capacités des écoles, a-t-elle ajouté.

Le ministère, avec l'aide de l'UNICEF et d'autres organisations internationales, cherche à inclure les élèves syriens dans les sessions matinales pour leur fournir une éducation formelle, tout en maintenant le programme informel de l'après-midi, a-t-elle précisé.

L'éducation dépend du financement

Lors de l'année scolaire 2017-2018, 220 000 élèves syriens étaient inscrits dans les écoles libanaises, a déclaré Khoury.

L'objectif cette année est de fournir une éducation à 260 000 élèves syriens, en plus des 265 000 élèves libanais, a-t-elle rapporté.

Mais cela dépend de l'accès aux fonds attribués pour l'éducation des enfants syriens dans le cadre du programme d'enseignement accéléré Reaching all Children with Education (RACE), a poursuivi Khoury.

L'objectif d'éducation pour 260 000 élèves pourrait être mis en attente, a-t-elle déploré, et « le ministère devrait se contenter du même chiffre que l'année dernière en raison du retard de paiement complet des frais de scolarité de l'année dernière par les pays donateurs ».

« L'inscription de 265 000 élèves libanais, et l'objectif de 260 000 Syriens représentent un coût de 148 millions de dollars, sur lesquels seuls 100 millions sont disponibles », a-t-elle déclaré.

Une coopération d'enseignement

L'UNICEF va « continuer à inscrire des élèves syriens aux sessions de l'après-midi », a indiqué Soha Bou Chabke, coordinatrice du programme d'éducation de l'UNICEF.

Les frais d'inscription seront payés pour ces élèves, tout comme les frais de transport, qui seront calculés en fonction de la distance parcourue, a-t-elle expliqué à Al-Mashareq.

« Notre but en tant qu'organisation est d'augmenter le nombre d'élèves syriens », a-t-elle poursuivi, autant que cela est possible compte tenu du manque de financement actuel.

Les inscriptions ont été ouvertes plus tard pour les élèves syriens, car la « priorité est d'inscrire les élèves libanais, puis les élèves étrangers ayant une mère libanaise, et enfin les élèves syriens et d'autres nationalités », a-t-elle indiqué.

La coopération se poursuit « quotidiennement avec le ministère de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur pour fournir une éducation aux élèves », a-t-elle conclu.

Aimez-vous cet article?

Al icons no 40

10 COMMENTAIRE (S)

* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha
Bubble | 2018-10-23

Ceci est juste parler. Il n'y a pas d'inscription en session du matin ou de l'après-midi sans relations. Jusqu'à présent, ils n'ont inscrit aucun de mes enfants.

Répondre
Bubble | 2018-10-23

Avec la volonté de Dieu, la réussite sera pour tous!

Répondre
Bubble | 2018-10-23

Ce que vous dites n’est pas vrai. Je suis un citoyen syrien vivant à Shamstar. J'ai 16 enfants, neveux et nièces, mais aucune école ne les a acceptés. Le directeur de l'école a déclaré que nous devions apporter des documents prouvant que nos enfants avaient étudié dans une école libanaise. Quelle est la culpabilité de mes enfants s’ils n’ont pas la possibilité d’étudier? S'il vous plaît pardonnez-moi pour mon long commentaire.

Répondre
Bubble | 2018-10-22

Mon fils n’a pas été inscrit jusqu’à présent dans une école au Liban. Il avait d'abord étudié en Syrie. Que puis-je faire maintenant quand aucune école ne l'a accepté?

Répondre
Bubble | 2018-10-16

Ils ne veulent pas inscrire mon fils car il n'a pas été à la maternelle.

Répondre
Bubble | 2018-10-13

Malheureusement, une grande partie de cela est inexacte.

Répondre
Bubble | 2018-10-13

Ils ne voulaient pas inscrire mon fils en première année d’école ; ils ont dit avoir fini de scolariser les enfants nés en 2013.

Répondre
Bubble | 2018-10-08

Je l'aime. Cependant ceux qui ont des enfants qui partaient à l'école à la session du matin dans les écoles publiques pendant 8 ans, est ce que l'école peut refuser d'offrir l'éducation KG pour leurs enfants dans la session du matin à la même école ? Le proviseur dit qu'ils ne pouvaient pas accepter d'autres syriens. Mes enfants sont déjà à l'école. Où dois-je emmener ma fille ? Est ce que je dois ouvrir une nouvelle école pour elle ?!!! C'est injuste.

Répondre
Bubble | 2018-10-06

Ce sont des mensonges pour les étudiants syriens. Ceux qui ont l'aide et quelqu'un pour les appuyer peuvent avoir leurs enfants inscrits dans la session du matin. Alors, que les élèves qui partaient pour l'école du matin ont été transférés à la session de l'après-midi.

Répondre
Bubble | 2018-10-06

Mes enfants se rendaient à la session du matin de Jabir al-Sabah pendant 7 ans. Cependant, ils ont accepté un et n'ont pas enregistré l'autre.

Répondre