Terrorisme |

2018-08-14

La Jordanie doit rester vigilante après les attaques, affirment des analystes


Des forces jordaniennes se rassemblent près d'un bâtiment endommagé près de la ville de Salt dimanche 12 août. Les forces jordaniennes ont tué trois extrémistes et en ont arrêté cinq autres lors d'un raid la veille. [Khalil Mazraawi/AFP]
Des forces jordaniennes se rassemblent près d'un bâtiment endommagé près de la ville de Salt dimanche 12 août. Les forces jordaniennes ont tué trois extrémistes et en ont arrêté cinq autres lors d'un raid la veille. [Khalil Mazraawi/AFP]

Les Jordaniens doivent rester vigilants pour empêcher de futures attaques terroristes, ont affirmé des analystes à Al-Mashareq, après une attaque meurtrière survenue samedi 11 août à Salt qui a été attribué à « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS).

Quatre membres des forces jordaniennes et trois membres d'une cellule liée à l'EIIS ont trouvé la mort lorsque les forces de sécurité ont lancé l'assaut contre le repaire de cette cellule.

Cinq autres extrémistes ont été arrêtés samedi lors de cette opération.

Les forces jordaniennes ont mené ce raid suite à une explosion vendredi soir visant une voiture de patrouille lors d'un festival de musique près d'Amman, qui a causé la mort d'un policier.

Lundi, la Jordanie a annoncé que cette cellule était composée de partisans de l'EIIS adhérant aux idées extrémistes du groupe. Le royaume est un membre essentiel de la coalition internationale luttant contre l'EIIS dans les pays voisins que sont l'Irak et la Syrie.

La cellule se préparait à lancer une série d'attaques en Jordanie, a affirmé le ministre de l'Intérieur Samir Moubaidin.

Les suspects, tous jordaniens, « ne faisaient partie d'aucune organisation », a-t-il ajouté, mais ils suivaient l'idéologie extrémiste de l'EIIS et soutenaient le groupe.

Rôle actif dans la lutte contre le terrorisme

« Ce n'est pas la première fois que la Jordanie est prise pour cible, car le royaume a joué un rôle majeur dans la lutte contre le terrorisme », a déclaré le major général Fayez al-Duwairi, officier en retraite de l'armée jordanienne et analyste militaire.

« De nombreux membres des forces de sécurité sont morts en martyrs en 2016 lorsque plusieurs opérations terroristes ont eu lieu à Karak, Irbid et dans les régions frontalières avec la Syrie », a-t-il rappelé à Al-Mashareq.

Le royaume a été pris pour cible en raison de son rôle actif dans la lutte contre le terrorisme et son appartenance à la coalition internationale luttant contre l'EIIS, a-t-il expliqué.

« La Jordanie a participé à de nombreuses opérations contre des groupes terroristes dans plusieurs pays, et elle possède une longue expérience en matière de lutte antiterroriste, mais la prudence est de mise, car nous sommes une cible », a déclaré al-Duwairi.

Il a appelé à la vigilance et à l'augmentation du niveau de préparation dans la période à venir, compte tenu de l'instabilité régionale actuelle et alors que l'EIIS cherche à se venger de sa défaite.

Les groupes extrémistes recrutent des jeunes vulnérables, et beaucoup d'attention doit donc être consacrée à résoudre les problèmes auxquels ils sont confrontés, a indiqué le professeur de sociologie Hussein al-Khuzai à Al-Mashareq.

« Les écoles, les universités, les familles et les lieux de culte jouent un rôle majeur dans la guerre contre le terrorisme », a-t-il poursuivi, en faisant la promotion d'une société qui rejette la violence.

Se concentrer sur le front intérieur

« Il faut se concentrer davantage sur le front intérieur », a affirmé à Al-Mashareq le major général à la retraite et analyste en stratégie Adeeb al-Sarayreh.

« L'armée fait un excellent travail de contrôle de la frontière et empêche l'infiltration de terroristes depuis les pays voisins », a-t-il fait savoir.

Elle a réussi à faire avorter les tentatives d'infiltration de nombreux extrémistes, a-t-il rapporté, ajoutant que « nous devons rester prudents et surveiller les cellules dormantes en Jordanie ».

Il sera nécessaire à l'avenir de répondre aux problèmes économiques et sociaux comme la corruption, la pauvreté et le chômage, des conditions que les extrémistes ont exploitées pour recruter des jeunes pauvres et sans espoir, a indiqué al-Sarayreh.

« Les groupes terroristes pensent qu'ils peuvent créer des tensions dans la société jordanienne », a déclaré Mohammed Nasour, un habitant de Salt.

« Chaque fois que la Jordanie est attaquée par des groupes terroristes, les Jordaniens prouvent leur unité et sont unis avec les services de sécurité et les dirigeants », a-t-il rapporté.

« Ils sont de plus en plus convaincus du besoin de poursuivre la guerre contre le terrorisme, malgré les pertes », a-t-il ajouté. « Les terroristes ne parviendront pas à nous diviser. »

Aimez-vous cet article?

Al icons no 5
* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha