Réfugiés |

2018-07-26

Les réfugiés tardent à rentrer d'Arsal en Syrie


Une fillette syrienne sourit à l'arrière d'un camion chargé des biens de sa famille à un point de contrôle de l'armée libanaise à Wadi Hmeid, dans la vallée de la Bekaa, après avoir quitté l'Arsal pour regagner Qalamoun en Syrie le 23 juillet. [AFP]
Une fillette syrienne sourit à l'arrière d'un camion chargé des biens de sa famille à un point de contrôle de l'armée libanaise à Wadi Hmeid, dans la vallée de la Bekaa, après avoir quitté l'Arsal pour regagner Qalamoun en Syrie le 23 juillet. [AFP]

Des centaines de réfugiés syriens ont commencé à rentrer chez eux depuis la ville frontalière libanaise d'Arsal au cours des derniers mois.

Le retour volontaire d'environ 850 réfugiés syriens a commencé lundi 23 juillet lors du dernier retour coordonné entre Beyrouth et Damas.

Entre le 27 juin et le 7 juillet, 800 autres réfugiés syriens sont retournés volontairement dans leur patrie depuis les camps d'Arsal après que les autorités syriennes ont approuvé leur retour d'une liste de 3 000 noms.


Des soldats libanais à un poste de contrôle à Wadi Hmeid dans la vallée de la Bekaa supervisent un convoi transportant des réfugiés syriens qui ont quitté l'Arsal pour regagner leurs foyers dans la région de Qalamoun en Syrie le 23 juillet. [AFP]
Des soldats libanais à un poste de contrôle à Wadi Hmeid dans la vallée de la Bekaa supervisent un convoi transportant des réfugiés syriens qui ont quitté l'Arsal pour regagner leurs foyers dans la région de Qalamoun en Syrie le 23 juillet. [AFP]

Les membres de la Croix-Rouge libanaise parlent aux réfugiés syriens à un point de contrôle de l'armée libanaise à Wadi Hmeid le 23 juillet. [AFP]
Les membres de la Croix-Rouge libanaise parlent aux réfugiés syriens à un point de contrôle de l'armée libanaise à Wadi Hmeid le 23 juillet. [AFP]

Dans la première phase, 400 Syriens sont retournés à Fleita dans l'ouest de Qalamoun, tandis que dans la seconde, 400 sont retournés dans les villes de Qara, al-Jarajir et Ras al-Maara.

En avril, 500 réfugiés sont rentrés de Shabaa et de Hasbaya, dans le sud du Liban, dans leurs villages de Mazraat Beit Jinn, sous la supervision de la Direction générale de la sécurité générale (GDGS), en coordination avec les autorités syriennes.

Au début de juin, le directeur général de la DGSM, le général Abbas Ibrahim, a annoncé que les efforts pour renvoyer certains réfugiés en Syrie ont déjà porté leurs fruits.

Il a indiqué qu'il avait discuté avec le ministre syrien de la réconciliation Ali Haidar d'un "cadre pour la mise en œuvre de la première phase du plan de retour, qui comprend entre 3 000 et 4 000 Syriens déplacés".

Beaucoup hésitent à revenir

Certains réfugiés syriens, dont Mohammed Shihab, de Homs, prennent leur temps pour décider s'ils reviennent.

Shihab a dit à Al-Mashareq qu'il ne retournerait pas dans son pays "tant qu'il n'y aura pas de protection internationale".

"Je suis prêt à endurer tout le harcèlement plutôt que de faire un retour dangereux et d'embrasser un régime qui a kidnappé mon fils en 2012 ", a-t-il dit, ajoutant qu'il ne sait toujours pas si son fils est vivant ou mort.

"[Le retour des réfugiés apporte un certain soulagement à Arsal", a déclaré le maire d'Arsal, Bassel al-Hujairi, exprimant cependant l'espoir que le plan serait mis en œuvre progressivement, car Arsal s'est appuyé sur les travailleurs syriens dans des secteurs tels que l'agriculture et les carrières.

Le retour des réfugiés syriens "a été volontaire", a déclaré Khaled Raad, responsable des affaires des réfugiés à Arsal et responsable du Bureau pour l'éducation des Syriens au Liban, lui-même réfugié d'al-Qussayr.

"Malheureusement, les habitants d'al-Qussayr retournent dans des maisons détruites", a-t-il dit.

Pendant ce temps, de nombreux jeunes syriens "refusent de revenir pour éviter le service militaire".

Alors que beaucoup rejettent l'appel au retour du ministère syrien des Affaires étrangères, il a déclaré: "Nous voulons tous retourner dans nos foyers et nos racines, mais le manque de sécurité nous empêche de le faire en ce moment."

Respecter les choix des réfugiés

"Le HCR respectera le choix des réfugiés s'ils décident de revenir", a déclaré Lisa Abou Khaled, responsable de l'information au HCR, à Al-Mashareq.

Lors du retour des réfugiés à Asal al-Ward en 2017 et à Beit Jinn en avril, elle a déclaré: "Le HCR était présent aux points de départ pour répondre à toutes les questions ou exigences qu'ils pouvaient avoir lorsqu'ils se préparaient à partir pour la Syrie."

Dans tous les rapports précédents, "nous étions en contact étroit avec le GDGS, même si le HCR n'est pas la partie qui organise le retour des réfugiés en Syrie", a-t-elle déclaré.

Elle a souligné le rôle du HCR pour aider les réfugiés à "mettre de l'ordre dans leurs documents et à répondre à leurs besoins médicaux lorsqu'ils se préparent à quitter".

Le HCR a entretenu des contacts étroits avec la Croix-Rouge libanaise et le ministère de la Santé, et a partagé des informations sur les cas identifiés lors de ses évaluations à Arsal qui nécessitent des soins médicaux supplémentaires, a-t-elle ajouté.

Au cours des dernières années, près de 210 000 réfugiés sont rentrés en Syrie, a déclaré le ministre d'Etat aux Affaires des déplacés, Mouin Merhebi, à Al-Mashareq.

Beaucoup de ceux qui s'opposent au régime "veulent revenir pour des raisons sociales", a-t-il dit, mais étant donné la situation à al-Qussayr, ils ont demandé à retourner dans d'autres régions.

Le Hezbollah occupe al-Qussayr, où il a détruit des maisons, déplacé ses résidents et installé d'autres personnes à leur place, a indiqué Merhebi.

L'annonce récente par le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, de la formation d'un comité de retour n'est rien de plus qu'un pointage politique, a-t-il ajouté.

La milice ferait mieux de s'attaquer aux causes du déplacement et de quitter la zone qu'elle occupe afin de permettre un retour en toute sécurité, a-t-il dit.

Aimez-vous cet article?

Al icons no 10
* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha