http://almashareq.com/fr/articles/cnmi_am/features/2018/05/18/feature-01

Société |

2018-05-18

Yémen : difficultés économiques pour les tisserands de maawaz


Un artisan yéménite tisse un maawaz dans le style de Lahj dans son atelier à Sanaa. [Faisal Darem/Al-Mashareq]
Un artisan yéménite tisse un maawaz dans le style de Lahj dans son atelier à Sanaa. [Faisal Darem/Al-Mashareq]

La guerre en cours au Yémen a eu un impact négatif sur l'industrie du maawaz, ont indiqué à Al-Mashareq des marchands et fabricants de cet habit traditionnel.

Le maawaz, un artisanat unique au Yémen, est un vêtement traditionnel enveloppant, différent d'une région à l'autre, qui est porté par les hommes depuis des générations.

Les tisserands qui fabriquent cet habit traditionnel ont été confrontés à de nombreuses difficultés et épreuves, dont un manque de soutien de la part du gouvernement, et l'arrêt de l'aide des donateurs.

« Le tissage de maawaz est une profession qui demande un haut niveau de qualité, et nous continuons à le pratiquer malgré la faible demande et la compétition de produits similaires importés », a fait savoir le tisserand de maawaz Hani Qassem à Al-Mashareq.

« Il y a autant de sortes de maawaz yéménites que de régions [où ils sont portés], mais les variétés de Baida, de l'Hadramaout et de Lahj étaient les plus célèbres et les plus demandées avant la guerre », a déclaré Qassem.

Ces derniers temps, a-t-il poursuivi, « la guerre et les conditions de vie ont forcé les gens à se concentrer sur l'obtention de nourriture ».

Le tissage d'un maawaz du style de Baida peut prendre jusqu'à deux jours, et il se vend entre 15 000 riyals yéménites (60 USD) et 50 000 riyals (200 USD), a-t-il rapporté.

« Le maawaz du style de l'Hadramaout, qui est le deuxième en termes de popularité, prend moins de temps à fabriquer que celui de Baida », a précisé Qassem.

Quant au maawaz du style de Lahj, a-t-il ajouté, « il est possible d'en tisser deux par jour, et le prix est donc plus intéressant pour le client, ce qui fait qu'il est le plus demandé dans les provinces où le maawaz traditionnel est beaucoup porté ».

Celles-ci incluent entre autres les provinces d'Aden, Lahj, Abyan et Shabwa, Taez, Ibb, al-Hodeidah, a-t-il expliqué.

Recul de la demande de maawaz

L'impact économique de la guerre au Yémen a contraint de nombreuses entreprises à suspendre leurs opérations, a indiqué à Al-Mashareq le commerçant Ishaq al-Saeedi.

Des centaines de travailleurs ont été licenciés, et l'arrêt du versement des salaires des fonctionnaires a eu un impact négatif sur le pouvoir d'achat des gens, a-t-il poursuivi, ce qui a entraîné une baisse de la demande pour tous les produits, y compris les vêtements.

« La demande de maawaz tissés à la main est la moitié de ce qu'elle était avant la guerre », a-t-il déclaré, notant que le coût du fil utilisé dans le processus de tissage a également plus que doublé par rapport à la période d'avant-guerre.

Al-Saeedi a indiqué que la demande de maawaz traditionnels augmente lors du mois sacré de Ramadan et pendant la période précédant l'Eïd al-Adha, où l'achat de vêtements tend à augmenter.

« Mais les maawaz de style Baida et Hadramaout sont moins populaires pendant cette période à cause de leur prix élevé », a-t-il rapporté.

Les maawaz traditionnels sont de bonne qualité, a-t-il indiqué, notant que dans les provinces côtières comme l'Hadramaout et Abyan, ils sont trempés dans l'eau de mer pour assouplir le tissu.

Manque de soutien gouvernemental

« Le manque d'attention accordée aux entreprises artisanales par le ministère de la Culture et les donateurs a été l'une des raisons du déclin de la production d'objets artisanaux traditionnels de bonne qualité », a affirmé al-Saeedi.

« Il existe encore des associations de femmes spécialisées dans l'artisanat pour aider et sponsoriser les familles qui fabriquent ces produits artisanaux appartenant au patrimoine du Yémen », a fait savoir Fayza al-Suleimani, responsable des relations publiques et médiatiques du Service de promotion des petites et micro-entreprises (SPME).

Bien que ces associations travaillent dans de nombreuses provinces, l'intérêt pour l'artisanat traditionnel comme le tissage de maawaz a faibli, a-t-elle déclaré à Al-Mashareq.

« Je pense que la raison principale est que les artisans manquent de compétences marketing pour vendre leurs produits », a-t-elle expliqué, précisant que beaucoup d'entre eux vendent à des grossistes à faible prix, ce qui a dissuadé certains de s'orienter vers cette profession.

« Une autre raison est le faible rôle des associations d'artisanat dans l'aide à cette industrie et pour l'ouverture de marchés de bonne qualité pour des jeunes artisans », a déclaré Suleimani.

L'absence d'agences gouvernementales favorisant le secteur de l'artisanat a aggravé la situation, a-t-elle ajouté, notant que les tisserands n'ont pour leur part pas organisé ni formé d'associations professionnelles.

Les programmes de soutien des donateurs se concentrent sur les actions d'urgence à cause de la guerre, a-t-elle poursuivi.

Suleimani a suggéré « d'apporter à l'avenir un soutien aux associations d'artisanat qui sponsorisent le tissage et la vente de ces produits artisanaux » et de les aider à continuer leurs opérations, même dans un contexte de conflit et de grandes difficultés.

Aimez-vous cet article?

Al icons no 8

0 COMMENTAIRE (S)

* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha