Sécurité |

2018-05-17

Face à l'opération Sinaï, l'EIIS recule


Nasrallah Mohamed Nasrallah, maire de Bir al-Abed, ouvre officiellement le marché alimentaire Ahlan Ramadan dans le Nord-Sinaï le 14 mai. [Photo fournie par le centre de presse de la ville de Bir al-Abed]
Nasrallah Mohamed Nasrallah, maire de Bir al-Abed, ouvre officiellement le marché alimentaire Ahlan Ramadan dans le Nord-Sinaï le 14 mai. [Photo fournie par le centre de presse de la ville de Bir al-Abed]

Les forces égyptiennes ont obtenu d'importantes avancées dans leur lutte contre « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS) au Sinaï, trois mois après le lancement d'une vaste campagne de lutte antiterroriste contre le groupe.

L'armée égyptienne a rapporté jeudi 17 mai avoir tué 19 extrémistes lors d'affrontements armés impliquant des forces de l'armée et de la sécurité dans le centre et le nord du Sinaï ces derniers jours.

Depuis son lancement le 9 février, l'opération Sinaï 2018 a pris pour cible « les activités criminelles qui affectent la sécurité et la stabilité nationales » dans le nord et le centre du Sinaï, et dans certaines parties du Delta du Nil, selon un communiqué des forces armées égyptiennes.


Des gardes-frontière égyptiens montrent certaines des armes saisies lors de l'opération Sinaï 2018. [Photo fournie par le ministère égyptien de la Défense]
Des gardes-frontière égyptiens montrent certaines des armes saisies lors de l'opération Sinaï 2018. [Photo fournie par le ministère égyptien de la Défense]

Des véhicules blindés des forces armées égyptiennes participent à une vaste campagne de sécurité au Sinaï. [Photo fournie par le ministère égyptien de la Défense]
Des véhicules blindés des forces armées égyptiennes participent à une vaste campagne de sécurité au Sinaï. [Photo fournie par le ministère égyptien de la Défense]

Elle comprend également des mesures destinées à couper les routes de ravitaillement terrestres et maritimes utilisées par Wilayat Sinai, un affilié de l'EIIS, et a réussi à détruire l'infrastructure de base du groupe, y compris son centre de propagande, ont indiqué des responsables et des analystes.

Près de 200 extrémistes, et au mois 33 soldats égyptiens sont morts depuis le début de l'opération, a rapporté l'AFP.

Wilayat Sinai a perdu son infrastructure centrale, et sa capacité à lancer des attaques majeures a été affaiblie, a déclaré à Al-Mashareq le député égyptien Nader Mostafa.

L'opération Sinaï 2018 « a demandé plusieurs mois de préparation, lors desquels les forces armées et les agences de renseignements ont collecté les informations nécessaires à l'identification de toutes les cibles stratégiques », a-t-il indiqué.

Cette campagne a eu pour but la lutte contre l'EIIS dans toutes les provinces d'Égypte, pas uniquement au Sinaï, a-t-il précisé, ce qui a contribué à son succès.

La machine de propagande prise pour cible

« La coupure des communications entre les cellules du groupe terroriste et l'extérieur du Sinaï a été l'un des objectifs principaux de la campagne, tout comme la coupure des routes de ravitaillement et la destruction de son infrastructure », a rapporté Mostafa.

Elle a entravé la capacité du groupe à mener des attaques, ce qui est un pas de plus vers son élimination complète, a-t-il ajouté.

Le ciblage de la propagande de l'EIIS a été une autre priorité de la campagne, a indiqué le journaliste Youssef Ayoub à Al-Mashareq.

« Pendant les opérations, un centre de presse a été découvert et détruit », a-t-il fait savoir. « De nombreux ordinateurs, appareils sans fil, livres, documents et publications sur l'idéologie [extrémiste] y ont été trouvés ».

C'était « le centre principal pour la préparation de la propagande du groupe », a indiqué Ayoub, notant que « le groupe n'est plus en mesure de lancer des attaques pour produire sa propagande ».

Cela est dû au fait que l'infrastructure et les ressources techniques qu'il utilisait pour produire et disséminer sa propagande en ligne ont été détruites, a-t-il expliqué, et parce que « le groupe est désormais trop faible pour lancer des attaques importantes comme par le passé ».

« Par conséquent, il n'a rien à publier », a-t-il poursuivi.

Restauration des biens et des services

En liaison avec ces opérations militaires, les autorités locales du Nord-Sinaï ont commencé à rétablir les services et à garantir la disponibilité des produits sur les marchés locaux pour le mois sacré de Ramadan.

« Tous les produits nécessaires aux habitants de la province sont disponibles en grandes quantités », a affirmé le major général Abdel Fattah Harhour, gouverneur du Nord-Sinaï lors d'un entretien télévisé le 10 mai.

Les besoins des habitants sont satisfaits en coordination avec le ministère de l'Approvisionnement et la chambre de commerce, a-t-il précisé.

À Bir al-Abed, dans le Nord-Sinaï, le maire Nasrallah Mohamed Nasrallah a ouvert un vaste marché qui propose de la nourriture et des produits spéciaux pour le Ramadan à des prix réduits.

Le conseil municipal de la localité travaille en coordination avec le ministère de l'Approvisionnement et d'autres autorités pour veiller à ce que les besoins du Ramadan soient satisfaits, a déclaré Nasrallah.

Le mois dernier, le gouvernement égyptien a révélé des plans pour promouvoir le développement du nord et du centre du Sinaï en tant que zone commerciale et industrielle.

« Les efforts de lutte contre le terrorisme ne peuvent réussir que si le développement au sens le plus large est assuré en conjonction avec la campagne militaire », a affirmé le Premier ministre Sherif Ismail à cette occasion.

Aimez-vous cet article?

Al icons no 3

1 COMMENTAIRE (S)

* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha
محمد مصطفي سلمي | 2018-06-07

Est ce que le Lac Bardawil sera ouvert prochainement? C'est la principale source de revenu pour tout le peuple du Nord du Sinaï, en particulier les gens de Bir al-Abed. Merci. Espérant recevoir une réponse. Que Dieu vous protège et préserve l'Egypte et son peuple de tous les maux !

Répondre