Économie |

2018-04-27

La Banque centrale du Yémen rétablit les lignes de crédit pour les importations de produits alimentaires


Les employés comptent de l'argent à la Banque internationale du Yémen à Sanaa. [Nabil Abdoullah al-Tamimi / Al-Mashareq]
Les employés comptent de l'argent à la Banque internationale du Yémen à Sanaa. [Nabil Abdoullah al-Tamimi / Al-Mashareq]

La Banque centrale du Yémen a récemment annoncé qu'elle a pris une série de décisions visant à stabiliser le marché bancaire et à sécuriser l'importation de produits alimentaires de base.

Les décisions ont été annoncées à la suite d'une réunion du conseil d'administration de la Banque centrale tenue à Aden le 12 avril, avec la participation de représentants des banques, de la Chambre de commerce et d'industrie et du secteur privé.

Les décisions, suivantle dépôt de $2 milliards fourni par l'Arabie saoudite , établiront des lignes de crédit pour l'importation des produits de base, y compris le blé, le riz, le sucre, le lait et l'huile de cuisson dans les banques publiques de toutes les provinces, à compter du 1er juin .

La cérémonie de signature du dépôt saoudien a eu lieu à Riyad le 15 mars, entre le ministre saoudien des Finances, Mohammed al-Jadaan, et le gouverneur de la Banque centrale du Yémen, Mohammed Mansour Zammam, a rapporté l'agence de presse saoudienne.

Le 14 avril, Zammam a rencontré des représentants de sociétés de change agréées à Aden pour discuter des moyens de renforcer les relations entre ces sociétés et la Banque centrale et de protéger la stabilité de la monnaie locale.

Les participants se sont mis d'accord de former un comité, sous la supervision de la Banque centrale, comprenant des représentants des banques commerciales et des sociétés de change.

Ce comité se réunira chaque mois pour fixer le taux de change du dollar américain.

Les participants ont également convenu d'établir un système unifié, avec des règles et des contrôles, pour régir la relation entre les opérateurs de change et la Banque centrale et pour répondre aux difficultés rencontrées par les opérateurs de change.

Zammam a déclaré que les actions de la Banque centrale visent à protéger l'économie du Yémen contre le blanchiment d'argent, à lutter contre le financement du terrorisme et à atténuer les effets négatifs des taux de change élevés et de la manipulation des prix des produits de base.

Stabilité financière et monétaire

Les actions de la Banque centrale sont "positives", mais leur succès dépend d'un environnement où la banque opère de manière indépendante, a indiqué à Al-Mashareq Mustafa Nasr, président du Centre des études et des médias économiques.

"Les pays de la coalition [arabe] se sont engagés envers la Banque centrale pour faciliter l'ouverture de lettres de crédit pour la banque auprès des banques du Golfe et des banques internationales et pour lui apporter un soutien financier, technique et technologique", a-t-il ajouté.

La décision de la banque de rouvrir des lignes de crédit pour l'importation de produits alimentaires de base à un taux de change spécial pour le dollar rétablit effectivement une certaine mesure de subvention pour l'importation de produits alimentaires de base, a-t-il ajouté.

"Cela va créer une disparité entre le taux de change du dollar et le taux de change subventionné pour l'importation de produits de base", a déclaré Nasr.

"Il n'y a plus besoin du taux de change subventionné, mais plutôt de la nécessité de rendre ... le dollar disponible au prix du marché", a-t-il indiqué.

Il a ajouté que des efforts doivent être faits pour contrôler le prix du riyal yéménite par rapport au dollar américain.

Avec ces mesures, la Banque centrale sera en mesure de favoriser la "stabilité financière et monétaire", a déclaré à Al-Mashareq Fares al-Jaadabi, directeur général adjoint de la Coopérative et de la Banque Agricole de Crédit (CAC).

Mais ces solutions sont temporaires car elles reposent sur le dépôt saoudien, a-t-il dit, soulignant la nécessité de résoudre le problème via "une solution politique et économique globale".

"Ces mesures sont positives mais temporaires et ont été prises pour créer une relative stabilité financière", a déclaré l'économiste Abdoul Jalil Hassan à Al-Mashareq.

"Une stabilité économique durable ne pourra être atteinte qu'en mettant fin à la guerre et en trouvant une stabilité politique et sécuritaire", a-t-il conclut.

Aimez-vous cet article?

Al icons no 7
* INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE
Captcha